Articles commentés

Séance de sophrologie offerte

Je suis heureux de vous offrir cette séance de sophrologie basée sur la méthode Vittoz (réceptivité, concentration, volonté). Méditation guidée vers un mieux-être ? Je ne l’ai pas encore testée, ça me stresse plus que tout de voir Bouddha se foutre de ma pomme… En revanche, j’avais...

lire la suite

http://twitter.com/Artnono

MESSAGE SANS NOM

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 29-06-2008

0

msn messenger MESSAGE SANS NOM
Cinq petits bonshommes verts sont alignés en rang d’oignon sur l’écran 19 pouces. Un autre martien surgit de nul part. Il est inscrit en lettres capitales sur son drapeau : « LOL, JE SUIS EN VACANCEs« . Évidemment, c’est un message codé qui s’adresse à d’autres congénères dont j’ignore les usages. » Naf-Naf » me demande des nouvelles, c’est bien la seule qui me vouvoie dans ce monde ou le tutoiement s’impose comme une marque de fausse fraternité. Elle sait écrire, c’est déjà ça… malgré les tournures emphatiques dont l’usage remonte au 18ème siècle, son style me divertit dès les premiers mots frappés à une cadence de clavecin-Allegro. Je me laisse aller aux jeux d’esprit souvent à mes dépens car sa répartie est cinglante. Elle n’aurait pas dépareillé dans les salons si la porte lui avait été ouverte…

la suite plus tard…

Ploucs de fond de vallée.

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 14-06-2008

Mots-clefs :, ,

0

Actuellement je lis Vallès dont j’admire le style concis et les comparaisons brutales. En revanche, le contraste est saisissant entre le portrait flatteur qu’il brosse de la petite paysannerie du 19 ème et les gros agriculteurs cupides et débiles auxquels je suis confronté.
Le propriétaire exige mon départ manu militari. Il arrive hier avec sa vipère de mère, appuie délibérément sur l’accélérateur juste devant ma porte. Dehors un tracteur travaille un champ voisin. Je décide malgré la fatigue de sortir. Je les observe de loin, il parlent fort…Puis, voilà le maître des lieux qui se dirige vers moi d’un pas décidé. Il me ferait presque peur avec ses allures de nain de jardin teigneux. Comme dans une série Z, j’attends qu’il sorte sa hache. Finalement, il se poste au niveau de mon nombril puis s’assied avec aplomb sur le capot de ma voiture. Il est bègue, mais, on dirait qu’il arrive à dompter son handicap pour m’annoncer, tel un instituteur sévère, que le temps est venu de déguerpir au plus vite avant de subir les foudres de la justice implacable. Heureusement pour moi, la peine capitale est abolie…
Comme tous les imbéciles, il est ridicule mais ne s’en rend pas compte. Il pense que sa position de petit chef dans la société lui confère un ascendant indéniable sur un type dans ma situation. Il oublie juste la cruelle inégalité génétique… Je le soulève d’une main; il me semble plus léger qu’un pack de Volvic. Je lui dis non sans perfidie : « vas-y ! colle m’en une ! « .
La réalité l’a rattrapé… il essaye tout de même de garder une certaine contenance. Il tente bien d’imiter le ton d’un fonctionnaire autoritaire mais la voix devient plus étranglée et chevrotante alors même que je vomis à gros bouillons toute ma colère rentrée. La vieille sorcière arrive à la rescousse. Elle tente de m’assener un coup de seau comme on le ferait à un chien menaçant. Physiquement, ils semblent tout droit sortis d’un tableau de Bruegel l’ancien. La mère a le menton en galoche, un nez épaté et un rictus malveillant. Dans ses yeux cruels, l’avarice, la bêtise et la méchanceté tourbillonnent sans fin. Le fils a le corps d’un enfant chétif sur lequel reposerait une tête démesurée et difforme. Il dodeline du chef en bégayant ; j’ai l’impression d’avoir devant moi un fœtus parkinsonien grossi au microscope.
Ils se mettent tous deux à ricaner lorsque j’évoque mon handicap. ça me fait mal au fond, à chaque fois, mais j’encaisse et ne laisse rien paraître. » Je préfère faire peur que pitié » disait le philosophe argentin du 20ème siècle : « Maradona »… Tandis que les insultes fusent, que les cris me heurtent les oreilles, le masque social se craquelle et j’entrevois l’horreur de ces êtres abjects, répugnants et vils ; véritables « ploucs de fond de vallée ».
http://www.acouphenes-hyperacousie.com/