Articles commentés

France 5 : documentaire sur l’oreille

Une émission qui pourrait nous intéresser car elle sera consacrée au fonctionnement de l’oreille interne : l’ouïe et l’équilibre.5 contre 1 que le nom du spécialiste invité commence par L et se termine par O… www.telleestmatele.com « Le mystère de nos sens...

lire la suite

http://twitter.com/Artnono

Acouphènes : témoignage du musicien Robin Notte

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 20-10-2008

Mots-clefs :, , , , , ,

1

« j’avais 16 ans, et j’adorais danser comme tout le monde ou presque a cet age la.
Je suis donc allé en boite , au Lavandou, dans le sud, pendant les vacances d’été.
ce soir la je m’éclatais, il y avait une super ambiance,beaucoup de monde et je me suis retrouvé juste a coté des enceintes.le son funky était bon…mais trop fort …sans m’en rendre compte, mes oreilles souffraient jusqu’au moment ou elles m’ont lâché… J’imagine que le DJ a du monter le son a ce moment là. Tout ce dont je me rappelle c’est que je me suis senti sonné…j’avais d’énormes sifflements dans les oreilles, je me sentais pas bien , j’avais mal dans les oreilles…j’ai du sortir de la boite…la tête qui tournait aussi… Je suis rentré et c’est le lendemain que j’ai pu mesurer l’ampleur des dégâts: j’avais des sifflements ultra forts dans chaque oreille et le moindre bruit m’agressait , me faisais mal … je découvrais ce que l’on appelle « l »hyperacousie »…ce mot désignant juste le fait que l’on entend tout plus fort que tout le monde. Je devais mettre le son au minimum sur la télé. mes parents n’entendaient rien et pour moi c’était encore trop fort… Je ne supportaient pas que quelqu’un sifflote un air, et plus généralement tous les bruits assez aigus… Non seulement on se sent physiquement mal, mais en plus on se sent psychologiquement seul, parce que personne n’entend ces sifflements a part nous, et personne ne nous comprend. Personne ne peut imaginer que ça rend complètement dingue d’entendre ces sifflement 24/24h !
j’ai pris des médicaments…et j’ai appris a vivre avec… ça s’est un peu tassé, mon hyperacousie s’est un peu résorbée…mais je supporte toujours assez mal les sons aigus et le son trop fort…et surtout c’est irréversible. voila maintenant 12 ans que je n’ai pas entendu le silence et je ne l’entendrai plus jamais…quand je me couche, j’entends ces foutus sifflements… je suis pianiste professionnel et pourtant je suis obligé de mettre des bouchons car mes oreilles se fatiguent très vite.si j’avais su le mal que ça engendre, j’aurais mis des bouchons…seulement il y a 12 ans personne ne parlait de ça…a présent tout est possible, protégez vous, parce qu’une fois atteint, c’est comme le sida, ça ne soigne pas ! ça se maintient mais ça ne s’en va jamais ! »


lg share fr Acouphènes : témoignage du musicien Robin Notte

Articles liés

Comments (1)

En réponse à ce témoignage, je peux préciser que les bouchons sont insuffisants.

J’avais une très bonne audition. Mais j’ai subis un grand nombre de traumatismes sonores « moyens » dans ma jeunesse, et depuis de nombreuses années je porte systématiquement des bouchons auditifs type mousse cylindrique (-30 db). J’ai quand même des acouphènes permanents aux deux oreilles.

Il y a deux mois de cela (j’ai 46 ans) je suis revenu d’un concert avec des acouphènes plus forts que d’habitude, cela malgré les protections toutes neuves que j’avais porté, acouphènes qui ont finis par devenir le lendemain une vraie tempête auditive permanente. Je suis allé consulter aussi sec un spécialiste qui m’a expliqué que j’avais réveillé mes anciens traumatismes. Ont suivi très vites des vertiges ponctuels , et une hyperacousie légère. Je suis maintenant en attente d’IRM.
Donc, j’en arrive à ceci, attention au faux sentiment d’être protégé par ces bouchons : il y a aussi la propagation sonore par les os contre laquelle il est IMPOSSIBLE de se protéger, et un effet cumulatif avec le temps dont manifestement il est impossible de juger l’intensité cumulée et le seuil de rupture en fonction de tout un chacun.
Pour moi ça allait bien, et du jour au lendemain, cata, malgré les bouchons, malgré un concert pas très fort et très conventionnel.

Seule solution sur le long terme : des lois qui protègent les citoyens contre les idiots qui confondent « son fort » avec « mutilation ». Ainsi il redeviendra possible d’aller voir des concerts sans risquer un handicap.

Rédigez un commentaire