Articles commentés

Pourquoi les baleines et les dauphins échouent-ils sur les plages ?

En Australie, les habitants de de la baie d’Hamelin luttent en ce moment pour maintenir en vie 80 dauphins globicéphales qui ressemblent à s’y méprendre à des baleineaux. Depuis le début du mois, des centaines de cétacés s’échouent sur les plages australes, énormes masses...

lire la suite

http://twitter.com/Artnono

Témoignage de Neige

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 22-10-2008

Mots-clefs :, , , , , , ,

5

« Véritable calvaire. Dans les lieux clot, étroit, où le son ne circule pas, ici plus qu’ailleurs, tout bruit m’insupporte. Chaque éclat de voix, chaque crissement de pneu, une quelconque sonorité aigüe, un rien blesse mes oreilles. Chaque cri, chaque sifflement, a une répercussion douloureuse. Comme si on frappait, de plus en plus fort, sur un petit pieu, contre mon cerveau. A vif. Pics fulgurantes. Comme si quelque chose appuyait sur mon cerveau. Comme si le bruit etait une pierre lancée contre les parois fragiles de mon cerveau. D’autre fois,c’est lui qui semble trop volumineux, l’espace de 2 ou 3 secondes, pour la boite craniène qui l’habite. Pulsation persistante, jusque derrière les yeux. Migraine. Nuque bloquée. Impression de traverser la ville et la vie avec la tête dans un tambour. .. Et toujours, en permanence, s’ajoute ce sifflement, récurrent, omniprésent, dans le bruit comme dans le silence. Je ne sais pas ce qui est le pire… Si … Je crois que je m’accommoderais de l’acouphène, ce sifflement , si il reste à son intensité actuelle. Le plus difficile, c’est l’hyperacousie, l’amplification du moindre son. Le plus difficile, c’est de se retenir de crier, c’est de refréner ses gestes d’humeurs qui me viennent naturellement pour faire taire celui qui hausse, a peine, la voix. C’est aussi, résister, m’isoler 5 minute, prétextant un passage au toilette, lorsque je suis entourée, entre amis ou en famille. Brouhaha bruyant, abrutissant, à se taper la tête contre le mur le plus proche. .. Et le soir, une fois le silence revenu, le sifflement est multiplié par deux … Contrairement à de nombreuses autres personnes affectées, je n’ai pas souvenir d’un « événement traumatique » (concert, discothèque ect …). Le sifflement, je n’ai pas souvenir de ne pas l’avoir pas eu. Par contre, l’hyperacousie, c’est plus récent, du moins cela s’est-il amplifié, hélas. Comparé à d’autre dont j’ai lu les témoignages, je me rend compte que je ne suis pas à un stade « grave et sérieux ». Certain se cloitre pendant plusieurs jours, c’est parfois complément handicapant. Je sais que je devrais prendre RDV avec un ORl, par exemple, je sais, ca fait plusieurs jours que je me le répété … Mais si c’est vraiment des acouphenes et de l’ hyperacousie (ca va souvent ensemble) , il n’y a pas grand chose a faire !! et vous, connaissez vous des personnes qui souffre de ca ? .. » Neige

lg share fr Témoignage de Neige

Articles liés

Comments (5)

Et bien je vie la même chose que (neige) presque au détail pres;30000 e dans des mur anti bruit depui un an plus des casques pour écouté des musiques douces avec systemes electronique pour ne pas entendre les bruits exterieur et j’habite dans un hameau a la campagne .
les orl sont des nuls(tous ceux que j’ai vu dans ma région ) .
On se sent abandonné car incompris;c’est vrai qu’il faut le vivre pour le croire . Voilà;je ne me plaidrai pas plus ce jour

Bonjour je crois qu’aujourd’hui je touche le fond du désespoir…pourtant je vis avec cette saletéde patologie depuis juillet 2012 ! les suite d’une fête de mariage trop sonore d’où je n’ai pas pu et pas su m’extirper merci les cornes de brumes !!!! depuis m dehors il fait soleil les oiseaux chantent mais je suis emprisonnée dans mes murs !!! plus possible pour moi de sortir les oiseaux même avec le port d’un casque en plus de mes bouchons de silicone le chant des oiseaux m’égratigne les conduits auditifs et la douleur est là bien réelle

Bonjour je crois qu’aujourd’hui je touche le fond du désespoir…pourtant je vis avec cette ignoble maladie qu’est l’hyperacousie avec acouphènes sévères depuis juillet 2012 ! ce sont les suites d’une fête de mariage trop sonore d’où je n’ai pas pu et pas su m’extirper à temps ! jamais personne ne m’avait parlé des dangers du bruit ! merci les cornes de brume !!!! depuis ma vie est démolie !

Aujourd’hui 5 mars 2014, dehors il fait soleil ,les oiseaux chantent mais je suis emprisonnée dans mes murs !!! plus possible pour moi de sortir , même au jardin :malgré le port d’un casque en plus de mes bouchons de silicone le chant des oiseaux m’égratigne les conduits auditifs et la douleur est là ,bien réelle !et si il n’y avait que ce bruit …Le cauchemar est que , tout bruit m’est devenu insupportable , il faut gérer tout, tout le temps et anticiper pour ne pas en souffrir ! Chez soi ! une simple maladresse à tout de suite des répercussions !! et même enfermée dans sa maison même en ayant coupé le téléphone j’ entends les motos et mobylettes ou les sirènes de pompiers et d’ambulance qui font que même à mon domicile je dois vivre avec casque et / ou bouchons !
La vie de famille s’est réduite à peau de chagrin plus possible les sorties, les fêtes ,les cérémonies plus possible de voyager !! J’ai la peur au ventre de devoir sortir faire mes courses je viens encore il y a de cela une semaine de subir un autre traumatisme sonore pour avoir seulement été chez le boulanger acheter ma baguette de pain ! là un gamin a joué avec la porte qui grinçait ça a suffit!!!!
Personne ne peut comprendre notre désespoir personne m^me les êtres qui nous sont les plus proches ! ils sont il est vrai juste après nous les premiers à en pâtir puisqu’ils doivent sans arrêt faire attention pour ne pas nous blesser !!! Comment peuvent t’ils continuer à nous aimer à la longue alors que notre caractère lui même s’est aigri par tant de souffrances endurées jour après jour ,tant de renonciations, tant de peur !!!!cette peur qui nous avale qui ronge tout notre être !!!nous ne sommes plus adaptés au monde ..que va t’il advenir de nous ? .

Moi aussi, 6 mois depuis mon traumatisme auditif déclenché par un IRM (pas assez protégé). Et depuis acouphènes sévères et hyperacousie douloureuse.

Je ne peux plus cuisiner, regarder la télé (sauf en sous titrage), sortir dehors dans la rue même pour faire mes courses (je vis en ville) et même ouvrir les fenêtres est difficile (pourtant je vis dans un quartier calme). Merci au corps médical pour m’avoir handicapé à vie.

Moi aussi je suis seul, très seul…enfermé la plupart du temps dans mon 54m2. Je lutte chaque instant contre le bruit en essayant d’éviter le silence complet (facile à dire dans notre situation). Je souffre chaque instant en essayant d’aller « mieux » et de supporter mon fardeau et souvent c’est la rechute.

J’ai déjà consulté bon nombre de spécialistes : orls, neurologues, acuponcteurs, osthéopathes…tous sceptiques vis à vis de notre maladie et des nombreux symptômes rencontrés (oreilles qui chauffes, qui claquent, douleurs et sensations de brulures horribles dans le conduit auditif et dans le coup et la mâchoire). J’ai du arrêter mon travail qui était aussi une passion (notre handicap n’est pas reconnu par le corps médical) je n’ai plus de vie sociale.

Voilà un résumé ma vie à 28 ans. Courage à tous et j’espère pouvoir échanger avec certains d’entre vous par mail.

Julien, je me retrouve complètement dans ton témoignage, mêmes symptômes suite à une irm. Je sais à quel point c’est difficile, alors j’espère te donner un peu d’espoir en te disant que:

Les sensations de brulure dont tu parles étaient permanentes. Elles sont maintenant rares.

Je peux regarder et écouter la télé, à faible volume.

Je sors de temps en temps dans la rue. En ville. Sans bouchons.

Courage, parce-que c’est le temps qui l’a permis. Et c’est déjà énorme.

Rédigez un commentaire