Articles commentés

Free parade, manifestation de teufeurs fêlés

Aujourd’hui a lieu, place de la République à Paris, une manifestation contre la répression dont sont victimes nos amis teufeurs persécutés par les odieux fascistes. Le mot « liberté » revient sans cesse dans leur tract imbuvable sans qu’ils ne se posent la question...

lire la suite

http://twitter.com/Artnono

JOURNAL D’UNE OREILLE

Posted by Nono | Posted in prevention, santé | Posted on 12-11-2008

Mots-clefs :,

0

cendrars modigliani JOURNAL DUNE OREILLE
portrait de Blaise Cendrars par Modigliani

Je viens de découvrir ce texte d’ Olivier Schefer émaillé de citations d’auteurs comme Cendrars, Michaux, Dostoïevski et publié dans la revue VACARME.
Olivier Schefer nous rappelle nos premières angoisses et désillusions face à l’impuissance du corps médical.
Je crois que beaucoup se reconnaîtront dans ces quelques lignes…

« Que se passe-t-il lorsque le bruit s’empare de l’oreille ? Non plus celui du monde, des sources extérieures, mais le bourdonnement, le bruit en même temps intérieur et inassignable ? Ce sont écrivains et philosophes — comme si la question, en filigrane, était riche de leçons sur l’écriture — que tour à tour l’on convoque dans cette tentative de lecture du chuintement intérieur, aux confins du contrôle, devenu inopérant, sur la douleur et la maladie. Il se pourrait bien que cette expérience révèle une plus profonde unité, celle de la maladie et de la santé, et soit aussi l’épreuve de la porosité entre dedans et dehors.

C’est entré en moi un vendredi soir, au début du mois d’avril. Un chuintement long et prolongé dans l’oreille gauche, qui a rapidement pris possession de toute la tête. Au début, je n’y croyais pas. Pour m’en assurer, je plaçais une oreille après l’autre contre une enceinte, dont le son était très bas : j’entendais parfaitement des deux côtés. Mais le son inexplicable et sans origine était toujours là. Le problème avec les « maladies », ce sont les autres qui vous en parlent ou qui vous en ont parlé ; les autres mais aussi les mots qui donnent corps à certaines réalités : ici on m’a dit « acouphène ». »

La suite ICI ,

Olivier Schefer est Maître de Conférence en Esthétique à l’université Paris I, Panthéon Sorbonne.Il travaille sur la période romantique et ses implications modernes et contemporaines.

lg share fr JOURNAL DUNE OREILLE

Articles liés

Rédigez un commentaire