Articles commentés

Noise va faire du bruit

Un Homme ne supporte plus le bruit de la ville. Il décide de sortir l’artillerie lourde pour lutter contre la pollution sonore. Un scénario intéressant pour cette comédie américaine de Henry Bean, avec Tim Robbins, Bridget Moynahan, William Baldwin, William Hurt et Gabrielle Brennan. Je n’ai...

lire la suite

http://twitter.com/Artnono

Rave party : une comédie musicale

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 31-12-2008

Mots-clefs :, ,

5

Certainement l’apogée culturel de notre civilisation… Je vois un côté rassurant à cette récupération. Les raveurs ont, pendant 20 ans, pressé les pouvoirs publics à mettre à leur disposition des aéroports, des terrains agricoles, et cela avec un mépris souverain pour les populations généralement rurales et âgées…Récemment, lors de la manifestation à Rennes, il était question de répression, de liberté d’expression. Des mots vidés de leur sens par une cohorte bigarrée de DJ trentenaires plus ou moins avinés. Bref ! ça sentait plus la naphtaline que l’ecstasy… Se sont-ils posé une seule fois la question de la liberté d’expression, ceux là mêmes qui imposent aux villageois 120 décibels durant trois jours sans discontinuer ? Une sorte de Guantanamo Made in France, souriez vous êtes torturés !…
J’en reviens à cette comédie musicale grotesque qui ne fera sûrement pas rire nos doux raveurs. Ils y verront la fin d’une pseudo marginalité qu’ils cultivaient en troupeaux minables ; ketaminés, ecstasiés, finalement détruits par une société qui préférait les voir dans les raves que sur les barricades…

lg share fr Rave party : une comédie musicale

Articles liés

Comments (5)

C'est quoi cet spectacle? C'est une blague ou quoi!

Attends Nono, pour les raveurs… 120 db devant un mur de son. Les villageois mangent juste un boum-boum très lointain!
Pas de quoi se boucher les oreilles franchement.

t'as tenté 14 h de rave ?

ouai

[...] une des photos de la rave party des Côtes d’Armor que j’ai réussi à prendre au péril de mes oreilles, au mépris du [...]

[...] rythmaient les procès d’intention et les mises en demeure. Nous répétions la même comédie que les voisins au cocker dont nous moquions les répliques théâtrales quelques années [...]

Rédigez un commentaire