Articles commentés

Temoignage barotraumatisme

« Barotraumatisme de l’oreille… l’enfer !!!Ben voilà, j’étais à fond dans la préparation du niveau 4 avec beaucoup d’exercices et donc de yoyo quand dimanche dernier à minuit une horrible douleur m’a réveillé (pourtant mise à part une petite douleur...

lire la suite

http://twitter.com/Artnono

A LA MUSIQUE

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 07-01-2009

Mots-clefs :

0

tableau+rimbaud A LA MUSIQUE
Henri Fantin-Latour :  » le coin de table », 1872 (détail)

A LA MUSIQUE

Place de la gare, à Charleville

Sur la place taillée en mesquines pelouses,
Square où tout est correct, les arbres et les fleurs,
- 39 -
Tous les bourgeois poussifs qu’étranglent les chaleurs
Portent, les jeudis soir, leurs bêtises jalouses.
– L’orchestre militaire, au milieu du jardin,
Balance ses schakos dans la Valse des fifres :
– Autour, aux premiers rangs, parade le gandin ;
Le notaire pend à ses breloques à chiffres :
Des rentiers à lorgnons soulignent tous les couacs :
Les gros bureaux bouffis traînent leurs grosses dames
Auprès desquelles vont, officieux cornacs,
Celles dont les volants ont des airs de réclames ;
Sur les bancs verts, des clubs d’épiciers retraités
Qui tisonnent le sable avec leur canne à pomme,
Fort sérieusement discutent les traités,
Puis prisent en argent, et reprennent : « En somme ! … »
Épatant sur son banc les rondeurs de ses reins,
Un bourgeois à boutons clairs, bedaine flamande,
Savoure son onnaing d’où le tabac par brins
Déborde – vous savez, c’est de la contrebande ; -
Le long des gazons verts ricanent les voyous ;
Et, rendus amoureux par le chant des trombones,
Très naïfs, et fumant des roses, les pioupious
Caressent les bébés pour enjôler les bonnes…
– Moi, je suis, débraillé comme un étudiant
Sous les marronniers verts les alertes fillettes :
Elles le savent bien, et tournent en riant,
vers moi, leurs yeux tout pleins de choses indiscrètes.
Je ne dis pas un mot : je regarde toujours
La chair de leurs cous blancs brodés de mèches folles :
Je suis, sous le corsage et les frêles atours,
Le dos divin après la courbe des épaules.
J’ai bientôt déniché la bottine, le bas…
– Je reconstruis les corps, brûlé de belles fièvres.
Elles me trouvent drôle et se parlent tout bas…
– Et je sens les baisers qui me viennent aux lèvres…

Arthur Rimbaud-poésies.

lg share fr A LA MUSIQUE

Articles liés

Rédigez un commentaire