Articles commentés

TEMOIGNAGE DE PASCAL, GUITARISTE DE ROCK

Je souffre des acouphènes, j’ai 35 ans, je suis un homme. J’en ai un à l’oreille droite depuis 1995. Je vais vous raconter mon histoire juste dans l’espoir qu’une personne qui ne souffre pas de ce mal puisse prendre les précautions nécessaires et ne pas gâcher sa...

lire la suite

http://twitter.com/Artnono

Donner le change

Posted by Nono | Posted in prevention, santé | Posted on 31-03-2009

Mots-clefs :, , ,

2

Une tache gris bleu au loin dans un bain d’herbe verte, elle n’est pas tenue en laisse…
Elle s’avance vers moi, oreilles au vent. A vue de museau, c’est un dogue allemand, année 2002.
Sa maîtresse a les joues roses et des cheveux de jais sortant de chez le coiffeur…
Elle siffle le molosse qui obéit instantanément et fait demi tour comme aimanté par le strident appel.
Je reste paralysé telle une statue de sel à capuche tandis que l’énorme clebs vient subrepticement me renifler l’arrière jambe.
-J’ai peur des chiens.
-Je l’avais remarqué, lance-t-elle en riant ; un rire sonore qui suffit à couper court à toute velléité sociale, et elle poursuit sa phrase en continuant mon chemin…
Oreilles bouchées, acouphènes à tout rompre, hyperacousie aux abois, si bien que je ne comprends pas un traître mot de la plaisanterie visant ma cynophobie.
J’ai le choix entre 4 propositions :
- « vous êtes comme ma fille ! » (drôle mais peu flatteur)
- « Pourtant il est gentil ! » ( commun mais plus probable)
- »C’est comme une béquille ! » ( je raye ! )
- Une phrase qui se termine par un « i » à l’envers…

Je crois que le mieux en cet instant tragicomique est de donner le change. Je choisis donc la première proposition, mon visage se déride, je fais « comme si » avec une bonhomie souriante qui m’étonne le premier…

Astuces pour un PC silencieux

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 30-03-2009

Mots-clefs :,

3

Le sujet mérite d’être abordé à nouveau, car Clubic consacre un dossier complet et bien ficelé sur les astuces pour rendre son PC silencieux. Toutes les solutions y passent, des plus simples aux plus « geeks ». Je déconseille pour ma part la mousse anti-bruit à l’intérieur de l’ordinateur. En revanche, on pourra investir dans la même mousse et la disposer au dessus de la bête, en évitant d’obstruer la ventilation. On gagnera ainsi quelques décibels…
Bonne lecture !
Dossier Clubic

Guitar Hero Metallica

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 29-03-2009

Mots-clefs :, , ,

2

2009 03 29 164045 Guitar Hero Metallica
Pour ceux qui n’auraient pas pris leur « dose de son » (comme dit Agison…) Nintendo a pensé à vous en créant Guitar Hero Metallica, un jeu vidéo qui comblera vos frustrations de starlettes du Hard… Vous rêvez de la scène ? du public transcendé par vos riffs endiablés ?
Rien n’est plus simple. A la place des briquets, imaginez des milliers de bouchons d’oreilles multicolores et phosphorescents, comme autant de petites lucioles hystériques.
Inutile pour en arriver là de passer une audition chez l’ORL.
Grâce à Guitar Hero Metallica, vous serez en haut de la fiche technique…
La sortie du jeu de massacre sur PS3 est prévue au mois de Mai.
Salon Nintendo

Belinda Cannone : le livre sur l’hyperacousie

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 27-03-2009

Mots-clefs :,

0

Enfin ! enfin, un livre sur l’hyperacousie. Belinda Cannone nous raconte la vie de Jeanne, une fillette qui « entend trop ». Je n’ai pas lu ce livre et peu importe mon avis littéraire puisque l’intérêt est bien une petite médiatisation de notre pathologie auditive. A vrai dire, je me fiche de l’intrigue lourdingue et mièvre, du moment que l’auteur utilise le mot « hyperacousie » dans quelques émissions grand public. Et puis, seul compte le style. Il paraît que Belinda Cannone (par ailleurs enseignante en lettres à l’université de Caen) n’en manque pas, en témoigne la critique érudite qu’en fait Faustine Amoré ici.
Le Monde des livres n’est pas en reste de louanges : « Entre les bruits ? Le « petit cri rond » d’un moineau, la palpitation de la nuit, « fraîche et transparente », le « babil merveilleux d’un merle » ? Tous ces sons, ceux de la nature et ceux des voix développées dans le roman, permettent d’échapper aux bruits parasites du monde. Belinda Cannone a su les isoler avec un certain bonheur d’écriture et une forme très assurée de joie. »

L’opposition entre « bruits naturels » et « bruits industriels » me semble assez juste finalement, quoique « le babil merveilleux des merles » m’exaspère vers 7 h du mat…Sans parler des moutons que je maudis tous les jours, des pigeons que je ferais viens tourner en broche, des ânes qui me font braire, etc, etc.
L’article dans son intégralité: ici

Pourquoi les baleines et les dauphins échouent-ils sur les plages ?

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 26-03-2009

Mots-clefs :

0

2009 03 27 010103 Pourquoi les baleines et les dauphins échouent ils sur les plages ?

En Australie, les habitants de de la baie d’Hamelin luttent en ce moment pour maintenir en vie 80 dauphins globicéphales qui ressemblent à s’y méprendre à des baleineaux. Depuis le début du mois, des centaines de cétacés s’échouent sur les plages australes, énormes masses noires inertes, hydratées par des centaines de seaux liliputiens…
Pourquoi les baleines et les dauphins se laissent-ils mourir sur le sable ?
L’explication de cette tragédie pourrait bien être la perturbation due aux sonars utilisés par les sous-marins (sonars dits ABTF). Les très basses fréquences émises par ces derniers entreraient en collision avec l’oreille interne des baleines, qui perdraient du même coup le nord.
On peut également émettre l’hypothèse que ces mêmes sons perturbateurs feraient paniquer les baleines, au point qu’elle remonteraient trop rapidement à la surface. Cette situation entraînerait un embolie gazeuse fatale, la plage les accueillerait donc comme un cimetière marin…

Les rodéos moto des cités

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 26-03-2009

Mots-clefs :,

0

Rodeo+Massacre Les rodéos moto des cités

A la lecture de cet article d’Inès El laboudy sur Bondy Blog, je me dis que l’enfer sonore est toujours ailleurs, que ces rodéos moto m’auraient rendu fou depuis belle lurette si j’avais dû habiter dans une cité.
Après avoir « vécu » durant 9 heures le bruit dévastateur d’une course de motos cross, je ne peux donc que compatir…
Je vous conseille la lecture des commentaires tout aussi instructifs…

« Un ciel bleu, un air doux, le chant des oiseaux, les cris des petits enfants qui jouent au ballon et d’un coup : VROUM ! VROUM ! La cité vibre au son des moto-cross et compagnie. Un attentat pour nos oreilles. Un bruit assourdissant. Pour la sieste, c’est raté ! Là où j’habite, dans le quartier Paul Eluard de Bobigny, arrivée du soleil rime avec pétarades de motos. Chez soi, on croit pouvoir enfin, après un long hiver, ouvrir les fenêtres et profiter des premières douceurs printanières. Nada ! C’est les fenêtres fermées qu’on lira son bouquin ou regardera le petit téléfilm de 13h30 sur M6.« 

La suite: Ici

Campagne contre le bruit en ville

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 24-03-2009

Mots-clefs :, ,

0

Le périphérique parisien s’étend sur 35 km, une couronne de bruits infernaux qui seront mesurés pendant un mois grâce à 8 stations. L’association Bruitparif à l’origine de l’initiative publiera ses résultats au mois de juin. 500000 habitants de l’île de France subissent des nuisances sonores quotidiennes avec une moyenne de 70 décibels en façade d’habitation…

« Pollution longtemps ignorée, le bruit commence à être mieux pris en compte aujourd’hui.
Le nouveau Président de l’ADEME, Philippe Van de Maele, l’a confirmé le 5 mars dernier lors d’une rencontre avec la presse, l’ADEME participera à la résorption des points noirs du bruit notamment en finançant les opérations. »

La suite: ici

La peur

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 22-03-2009

Mots-clefs :, ,

1

Elle est bien là cette peur, comme un gros casque invisible, elle écrase les tempes de son poids, elle étouffe les pensées les plus douces de sa ouate noire.
Et si un type surgissait ? là, comme de l’écrire, muni d’une Kalachnikov = 160 dB ( les objets les plus anodins sont suivis d’un nombre bien déterminé de décibels, comme un prix collé au danger…). Je n’aurais même la frousse d’y laisser ma peau, ni même une jambe !…
Si un DJ se pointait en vacances dans le jardin pour mixer sa mayonnaise de sons huileux, aurais-je le courage d’aller lui faire ravaler son bol de rythmes nauséeux ?…

Organe de Corti

Posted by Nono | Posted in prevention, santé | Posted on 21-03-2009

Mots-clefs :,

0

« L’organe de Corti est l’organe de l’audition situé dans l’oreille interne. Il est composé des cellules sensorielles de l’audition appelées cellules ciliées ou cellules de Corti.
Les filets nerveux qui en sont issus vont former le nerf cochléaire.
Ce nerf cochléaire formera, avec le nerf vestibulaire, le nerf auditif qui est la 8ème paire de nerfs crâniens.« 

source : santé guérir.fr

20 décibels de trop

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 21-03-2009

Mots-clefs :, , , , , , ,

5

Témoignage de Gab, traumatisé sonore dans des boîtes de nuit et des soirées d’anniversaire de la région rennaise.
« 20 ans. Ce pouvait être le bel âge. Ça aurait pu être mon plus bel anniversaire. Être assez vieux pour faire « ce que l’on veut » hors de ce terrible contrôle parental, bien que l’on ne puisse survivre sans eux plus de 3 jours, ne serait-ce que financièrement… Le A s’en allait, je pouvais enfin rouler après 3 bières, sans craindre de perdre mon permis à 0,50001 g d’alcool par litre de sang. Lorsque l’on découvre l’hyperacousie, on ressentirait presque des envies nauséabondes de meurtre, à la tronçonneuse par exemple, histoire de finir en apothéose : les autres et ses oreilles en harmonie parfaite, enfin, dans la douleur et la souffrance.
Un tel cadeau d’anniversaire, je n’aurais pu l’imaginer, même dans mes pires cauchemars. Ma ligne de vie semblait pourtant parfaite, je n’avais peut-être pas voulu voir cette fissure, non loin du début… Le pire, ce sont les regrets. Regretter d’y être allé, de ne pas s’être protégé, je comprends peut-être (un peu) les séropositifs : je connaissais le mal, je le percevais, et pourtant, je ne l’ai pas mise cette putain de capote en mousse jaune. J’en ai honte, mais ce fut la pauvre métaphore que m’a fait l’ORL que je viens de reprendre ici, ce fameux prescripteur de vastarel et de cortisone inutiles. Jeune et con, à ce croire trop beau, trop bien, on se croit plus puissant qu’on ne l’est, je l’avoue, et je suis la première victime de ma propre supercherie.
Mais comment sortir de tous ces sons ? C’est à se demander si ma conscience pourra arrêter cet amoncellement de bruits. De toute façon, elle finira bien par devoir trier, je doute que je puisse percevoir en permanence je ne sais combien de bruits, sans en mettre de côté une partie. Mes acouphènes ne sont pas forts, mais nombreux. Mon problème à moi est là. Je pense que j’en suis à environ une dizaine depuis mes deux semaines d’hyperacousie, mais effectivement, je ne peux en entendre en même temps que 3 ou 4. Mémoire tampon ? Tout cela ne paraît pas véritablement définir ce balai de sons lointains venant et disparaissant les uns après les autres, ce défilé de mode acouphénique allant au gré de mes activités quotidiennes : la sirène du bruit, le shhhh de la douche, le vrouuuu de l’ordinateur, la sonnerie du portable de ma mère, l’air de Day’N Nite ; chacun m’en laisse un peu, pour quelques minutes ou quelques heures, jusqu’à ce que le suivant le remplace. Complètement flippant au début, je commence à comprendre mon fonctionnement personnel, ce qui est déjà une bonne chose. Trouver des marques dans cet environnement nouveau, hostile et unique, c’est le début du combat.
Je ne désespère plus. Du moins, j’essaye. Je n’ai pas le droit de ne pas y croire au bout de deux semaines, quand certains y croient encore au bout de plusieurs années. Je ne sais si la certaine « amélioration » que je crois percevoir n’est que le fruit du magique lexomil ou si elle laisse présager un futur, bien que lointain, un peu moins sombre. Mais après le désespoir, je me laisse envahir par cet espoir, peut-être un peu fou et naïf, digne d’un débutant comme moi, qui tente de se raccrocher aux branches, espérant qu’on ne les scie pas trop vite….à la tronçonneuse. Je rêve encore d’un matin sans le ventre noué, d’un petit dej sans peur de la télé, d’un film avec le générique, d’une fille qui jouit, d’un verre d’alcool entre amis sans conséquences, et enfin, et surtout, d’un morceau d’électro planant à souhait, qui vous transporte si loin de tout…. Tout cela me paraît tellement près, il y a deux semaines, mais aussi tellement loin…
Encore trop de questions, de peurs, d’angoisses s’amoncellent pour que je puisse voir les choses en face. »

Gab.