Articles commentés

Témoignage de Nicko

J’ai subi un traumatisme acoustique le 14 octobre 2006, lors de l’un de mes concerts (j’étais chanteur dans un des groupes qui jouaient ce soir là) dans une salle plutôt mal conçue, au réglage sonore sans limitation de décibels (Palais Bar à Paris). J’ai eu un traitement...

lire la suite

http://twitter.com/Artnono

Les douleurs acouphéniques

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 13-05-2009

Mots-clefs :, , , , ,

1

je vais publier ici une réponse exemplaire de Gaetan à l’adresse du docteur Peignard s’agissant des douleurs acouphéniques.
Il ne me semble pas avoir lu une aussi belle démonstration de la vacuité des thérapies cognitives :

« Docteur Peignard, je vais répondre à vos propos en ma qualité de neuroscientifique et malheureusement aussi, de patient douloureux chronique depuis 23 trop longues années.
1- « Ce que vous décrivez ne signifie pas que le mécanisme d’attraction de l’attention soit différent pour vous que pour quelqu’un d’autre ».
Quand une douleur survient dans votre organisme, elle mobilise votre attention spontanément et d’autant plus si elle est continue et élevée. C’est un fait trans-culturel communément partagé et démontré. Il n’y a pas de mécanisme d’attraction en cause et pas de connotation émotionnelle non plus. La preuve, au réveil à 19 ans, je n’avais jamais connu de problèmes auditifs antérieurs. Dans la première heure de survenue de la surdité brusque et des acouphènes; j’ai déclaré à ma mère avec mon potentiel et ma lucidité du moment: « je ne vais pas vivre avec ça jusqu’à ce soir..? » Je ne parlais pas encore de douleurs, car les acouphènes étaient périphériques, mais j’en mesurais la gravité spontanément. L’avenir ne m’a pas détrompé sur cette première impression, très juste.
2 – « Non, les acouphènes ne font pas mal. Ce sont les réactions de tension musculaires déclenchés par votre façon de gérer la perception qui provoquent la sensation douloureuse »
Je m’oppose totalement à votre propos sur la négation de la qualité douloureuse des acouphènes centraux consécutifs à une surdité totale ou à une atteinte du VIII après neurinectomie. Je peux vous affirmer que j’ai mal en permanence et que je situe cette douleur dans la modalité auditive entre 6 et 7 sur l’EVA. Mes acouphènes centraux sont des douleurs de désafférentation de l’aire auditive de manifestation acouphènique, exactement comme les décharges électriques le sont pour les patients souffrant d’un arrachement du plexus brachial. Je vous suggère de relire la littérature de ces dernières années sur le sujet, démontré scientifiquement; ci-jointe.
Tonndorf J, « The analogy between tinnitus and pain: a suggestion for a physiological basis of chronic tinnitus », Journal of Hearing Research 1987;28(2-3):271-5

Chronic tinnitus as phantom auditory pain.
Folmer RL, Griest SE, Martin WH.
Otolaryngol Head Neck Surg. 2001 Apr;124(4):394-400.

Meric C, Gartner M, Collet L, Chery-Croze S « Psychopathological profile of tinnitus sufferers: evidence concerning the relationship between tinnitus features and impact on life ». Audiol Neurootol. 1998 Jul-Aug;3(4):240-52
Electrical stimulation of auditory and somatosensory cortices for treatment of tinnitus and pain.

De Ridder D, De Mulder G, Menovsky T, Sunaert S, Kovacs S.
Prog Brain Res. 2007;166:377-88.

Tinnitus and pain.
Møller AR.
Prog Brain Res. 2007;166:47-53. Review.

Benzodiazepines and GABAergics in treating severe disabling tinnitus of predominantly cochlear origin.
Bahmad FM Jr, Venosa AR, Oliveira CA.
Int Tinnitus J. 2006;12(2):140-4.

Measuring severity of tinnitus with a visual analog scale.
Narozny W, Kuczkowski J, Mikaszewski B.
Am Fam Physician. 2005 Mar 1;71(5):855; author reply 855-6. No abstract available.

Tinnitus impairs cognitive efficiency.
Hallam RS, McKenna L, Shurlock L.
Int J Audiol. 2004 Apr;43(4):218-26.

A 27-year-old man with ringing in his right ear and decreased hearing: five-level acuity scale discrimination of pain.
Gurney DL.
J Emerg Nurs. 2004 Apr;30(2):191-2.

Similarities between severe tinnitus and chronic pain.
Moller AR.
J Am Acad Audiol. 2000 Mar;11(3):115-24. Review.

Manage tinnitus with techniques used to treat chronic pain.
[No authors listed]
Geriatrics. 2000 Dec;55(12):16. No abstract available.

[Comparison: tinnitus pain]
Vincey P, Filippini JF, Ducournau A, Patuano E, Mathias A, Gal M, Gresillon N.
Rev Laryngol Otol Rhinol (Bord). 1999;120(5):323-6. Review. French.

A case of division of the auditory nerve for painful tinnitus. 1908.
Ballance CA.
J Laryngol Otol. 1991 Dec;105(12):1106-8. No abstract available.

[Tinnitus and implants]Despreaux G, Tison P, Van Den Abbeele T, Moine A, Frachet B.
Ann Otolaryngol Chir Cervicofac. 1990;107(7):462-5. French.

3 – « Comme toute douleur centrale ou non il y a une différence entre douleur et souffrance (vous me ferez la concession de prendre en considération que je travaille dans un centre d’évaluation et de traitement de la douleur) et je vous suggère de prendre connaissance des éléments d’informations sur ce sujet disponibles sur le site du réseau douleur de l’hôpital St-Antoine et des ouvrage du Dr Boureau. »
Je connais la différence entre douleur et souffrance. La douleur cumulée engendre dans le temps la souffrance; qui englobe les pertes de chance, les deuils, les limitations de vie. Donc l’association de la douleur physique et de ses conséquences psychologiques, sociales, professionnelles, familiales.
Je vous cite quelques ouvrages de ma bibliothèque . Le défi de la douleur. R. Melzack et P. Wall. Pratique du traitement de la douleur. François Bourreau. La douleur. Jean-Marie Besson.
La douleur rebelle. Anita Violon. La douleur chez l’enfant. Annie Gauvain Piquard. Douleur et plaisir. Thomas Szasz.

4 – « Non, il est assez utile d’associer plusieurs méthodes pour soulager les douleurs. Reste que malgré les corrélations physiopathologiques que l’on peut faire, et vous avez raison de vous en faire l’écho, entre douleur et acouphène, l’acouphène n’est pas une douleur et ne fait pas mal en soi ».
Je vous le répète, les acouphènes centraux forts en absence d’audition, sont des douleurs de désafférentation et c’est comme cela que je les ressens. J’ai mal comme j’ai mal lorsque mon articulation du pied me fait mal ou lorsque je heurte le sol après une chute.
C’est parce que j’ai mal que je n’arrive pas à lire longtemps, que ma concentration est faible, sans vouloir vous décrire toutes les limitations de la vie psychique en présence de douleurs chroniques permanentes. Sans médicament, je n’arrive pas à m’endormir avant de très longues heures avec les douleurs et sans trois antidépresseurs journaliers, je passerai une partie de chaque fin de journée à pleurer plusieurs heures, comme je l’ai fait durant des années avant d’accepter de prendre des antidépresseurs en béquille, faute de disponibilité d’antalgique spécifique à la désafférentation auditive.

5 – « Le discours sur la charge émotionnelle n’est pas que du bavardage : celles et ceux qui ont pu en tirer des applications concrètes ont été améliorés. Je ne nie pas la souffrance, je vérifie à longueur d’années qu’elle n’est pas une fatalité pour tout le monde. A mon tour de vous demander de respecter celles et ceux qui témoignent de l’amélioration de leur état par les TCC : ils ne sont certainement pas tous des « pov’typ’ » abusés par des charlatans.
Avec mes vœux sincères pour une amélioration de votre situation avec ou sans TCC. »
Rien jusqu’à présent n’a démontré l’efficacité des TCC. D’ailleurs ces séances onéreuses, ne sont ni reconnues, ni remboursées par la sécurité sociale. J’ai adhéré à l’association France acouphènes depuis quelques années, après avoir adhéré à l’association américaine (ATA) et à l’allemande (deutsche tinnitus Ligua). J’ai eu l’occasion de rencontrer des patients de tous âges et de nationalités différentes. Aucun ne m’a rapporté d’amélioration après un essai de TCC. J’ai moi même essayé l’EMDR, présentée lors d’une conférence à Lyon par le Pr. David Servan Schreiber. Je n’en ai pas retiré de bénéfices. Je veux bien admettre que les TCC ont des indications dans les phobies ou autre pathologies légères, comme je l’ai lu dans le livre du Dr Jean Cottraux. Cependant, comme me l’a dit ma thérapeute, l’EMDR a été expérimenté avec succès dans les PTSD chocs émotionnels post-traumatiques avec cauchemars, mais sans succès dans les douleurs chroniques. Je vous suggère de m’adresser tout document utile pour me démontrer l’intérêt de ces techniques dans la gestion des douleurs chroniques invalidantes à mon adresse privée: gabat@free.fr
Bien cordialement, Gaetan. »

lg share fr Les douleurs acouphéniques

Articles liés

Comments (1)

Cette lettre de Gaétan me touche !
Je connais la douleur causée par un spasme violent résultant de la montée vertigineuse et instantanée de mon acouphène sur l’oreille gauche ( heureusement la durée est limitée et le spasm redescend et l’ac reprend sa place !
C’est une douleur sévere , fugace … scélérate !

Gaétan je prie pour toi , je ne sais plus rien faire de plus pour ce qui me concerne !

Courage

Rédigez un commentaire