Articles commentés

Le gros pétard

Elle mange des boules de gomme depuis le matin jusqu’au soir,Si bien, qu’à force, elle a attrapé un gros pétardMais quand on se retrouve sous l’édredon, dans le tergal,Minuit quatre heures dans les étoiles. Où va cette jolie petite rueQui passe entre tes seins, pieds nus,Vers...

lire la suite

http://twitter.com/Artnono

La douche froide

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 13-06-2009

Mots-clefs :, , , , , , ,

1

Nos haleines de harengs à la bière, nos yeux veinés de sang, mes oreilles fatiguées… Finalement, nous avons le même âge, c’est bien la seule chose que nous ayons en commun… J’essaye d’écrire ça, du bout de l’index, sur la buée froide de la 204 comme je le faisais déjà dans celle qui avait vu pousser mes longues jambes… Le producteur joue les durs, il s’énerve de manière cinématographique quand la Peugeot de mon enfance se met à caler. Je pense à ma mère qui elle paniquait sec au feu rouge.
- Tu ne diras pas à Papa ! c’était l’expression habituelle, celle qu’il ne fallait surtout pas me dire ! Je m’empressais le soir même d’y faire allusion avec un plaisir décuplé par les yeux noirs maternels, lesquels n’exprimaient rien d’autre qu’une colère de comédie italienne.
Les essuie-glaces balayent rapidement les souvenirs, et les gouttelettes du jet d’eau s’infiltrent par la fenêtre du conducteur, une petite douche froide de présent… A droite du chauffeur énervé, Laurence rit à mes blagues pas drôles qu’elle répète aux autres car leurs oreilles sont encore bouchées par le concert des enfoirés… A l’arrière de la voiture, un grand échalas dont l’homosexualité crève les pneus, me couve de son regard de plumes comme il l’a fait durant toute la soirée. La copine du producteur construit des phrases biens cimentées d’un air rieur. Petite brune palote au nez aquilin rougi par un rhume, son humour éternue régulièrement. C’est bien la seule qui peut sauver cette soirée Titanic dans un mouchoir de poche… Laurence, quant à elle, ressemble à un iceberg qui fondrait dans la seconde et se reformerait dans la suivante; une véritable insulte aux climatologistes du tempérament… Enfin, Philippe Manoeuvre créneaute de manière très rock… J’ignore à cet instant que je me souviendrai de cette nuit dans les moindres replis de sa belle robe sombre…
Chapitre suivant.

lg share fr La douche froide

Articles liés

Comments (1)

[...] Je restais de longues minutes sur le pont, mon front se ridait comme l’eau, et d’étranges sifflements rappelaient mes oreilles à l’ordre. Le bruit changeait le paysage en tableau expressionniste. Il ne me restait plus qu’à crier pour rendre hommage au maître norvégien Munch… Personne ne m’eût entendu et encore moins vu tellement la marée humaine suivait le rythme hypnotique des jeux de lumières et des percussions . Certains levaient le bras, à quelques doigts près, je me serais cru en 33, à Munich… Et puis, sur un dernier larsen suédois, le guitariste mit fin au supplice. Le silence fut accueilli comme le roi après un charivari. Mes amis bourgeois semblaient comblés, je fus même convié à une partie de cartes ; ils me récompensaient à leur façon d’avoir quitté la cabine pour écoper… -Tu viens, allez ! minauda Laurence dont le sourire insistant était infiniment vulgaire mais charmant. Elle se tortillait avec complaisance pour que je monte dans l’antique Peugeot 204 du producteur. J’acceptais du bout des lèvres, me demandant si j’arriverais à affronter jusqu’à l’aube la bêtise et la fatigue. Une chose était sûre : ce vieux tacot nous conduirait immanquablement au prochain chapitre ici. [...]

Rédigez un commentaire