Articles commentés

Rave des côtes d’Armor : les photos

Voici une des photos de la rave party des Côtes d’Armor que j’ai réussi à prendre au péril de mes oreilles, au mépris du danger, me frayant un chemin entre les cadavres de bières, mes amis zombis, et les képis fascistes de la maréchaussée…Enfin, arrivé à distance respectable...

lire la suite

http://twitter.com/Artnono

Pour une reconnaissance de l’hyperacousie

Posted by Nono | Posted in prevention, santé | Posted on 10-08-2009

Mots-clefs :, , , ,

3

Il est des sujets tabous, comme celui du handicap, tellement tabous que le mot en devient effrayant. Comme puis-je employer le mot « handicapé » pour désigner le fait que je ne suis plus capable de faire un nombre considérable de choses ? Il est pourtant crucial de se déprendre d’une certaine pudeur qui n’a pas lieu d’être dans notre cas. Pourquoi ? Parce que notre handicap est ignoré. On pourrait jouer les robinsons incompris dans nos îlots virtuels, il n’en demeure pas moins que la vie nous serait beaucoup plus facile si nous n’avions pas à expliquer ce qu’est l’hyperacousie ou même à y renoncer par dépit… Ensuite notre handicap est nié, c’est une évidence. Il suffit de lire Peignard et consort pour se faire une idée de la légèreté avec laquelle les sommités médicales nous considèrent. Si dans le magazine « allo docteur »,  Londero ose dire que les acouphènes ne sont en aucune façon invalidants, quand bien même il ajouterait habilement que les conséquences le sont, le mal est fait…Si j’emploie le pronom personnel « nous » à tout bout de champ lexical, c’est justement pour sortir de l’ornière d’un « je » condamné à rabâcher les même abjurations sur les blogs ou les forums… La faute de cette méconnaissance, de cette « non-reconnaissance » en incombe à la principale association, France Acouphènes, qui depuis 1992 n’a pas été fichue de remplir son devoir. Si la liste des démissionnaires  déçus s’allonge, si les même renégats lancent des anathèmes foudroyants contre ladite association,  je me demande comment serait-elle capable de ferrailler pour obtenir une reconnaissance de nos pathologies. Peu m’importe qu’elle fasse l’inventaire de « ses actions » minables (distributions de tracts, de bouchons, rendez-vous avec le ministère de la Santé fixé en 2022…) elle n’est pas au rendez-vous avec ses adhérents, elle ne le sera jamais.

C’est  pourquoi, je lance un appel sur ce blog, afin de créer une association indépendante des « ORL-Jastreboff » qui nous ont fait assez de mal depuis tant d’années… Espérons que demain, nous n’aurons plus à prouver devant un tribunal administratif à quel point ce handicap est dur à vivre…

lg share fr Pour une reconnaissance de lhyperacousie

Articles liés

Comments (3)

Beaucoup de handicaps ne sont pas reconnus comme tels. Par exemple, moi, il me manque l’avant-bras gauche. Assez voyant comme handicap me direz-vous? Bien… Pas assez selon le gouvernement (gouverne et ment) puisque ça ne m’invalide pas dans ma vie quotidienne (mon œil), que mon médecin ne veut pas remplir un simple formulaire qui reconnaît mon handicap en tant que tel (parce qu’il a lui-même un handicap qui n’est pas reconnu comme invalidant et qui, à mon avis, devrait l’être aussi: bègue). Il est certain, le regard des autres ne compte pas dans la définition d’invalidant, la difficulté à se trouver du travail non plus. Et le courage quotidien d’apprendre à vivre avec ? Bon courage à tous, qui que vous soyez, qui vivez tous les jours avec quelque chose qui VOUS handicape.

Bonjour Anouchka,

La mise en concurrence des handicaps serait absurde, c’est pourtant ce à quoi l’on assiste bien trop souvent.
Cependant, il convient de préciser que les personnes atteintes d’hyperacousie ne sont pas « seulement » (car pour moi et bien d’autres cela est bien peu de choses…) empêchées de travailler, victimes du regard des autres, incapables de faire des choses banales etc. etc. Les personnes atteintes d’hyperacousie vivent une souffrance physique et psychologique permanente du fait du bruit. Car c’est bien cela le plus handicapant : souffrir, être torturé au quotidien sans répit possible.

[...] la gêne éprouvée quand on trie ses mots comme des déchets toxiques face à un malade ou un handicapé. Je n’ai pas su interpréter cette phrase, reléguée à tort dans la corbeille des [...]

Rédigez un commentaire