Articles commentés

Changer le regard sur le handicap

Les acouphènes et l’hyperacousie feront partie des thèmes abordés grâce à initiative de sensibilisation pour changer le regard sur le handicap. Cela se passe à Arras ( aujourd’hui et demain place Foch à partir de 14H30) et, durant deux heures, les valides seront soumis au même « traitement »...

lire la suite

http://twitter.com/Artnono

Comité anti-rave party de Rochefort sur loire

Posted by Nono | Posted in prevention, santé | Posted on 27-04-2010

Mots-clefs :, ,

12

Sur les bords de Loire, certains riverains se passeraient bien de la fête quand il s’agit des raves parties à répétition. A Rochefort sur Loire, un comité anti-rave party a vu le jour après plusieurs nuits agitées. Les raveurs squattent les terrains publics entre Rochefort et Chalonnes un week-end sur deux, abandonnant canettes de bières, chiens, et déjections de sandwichs-kétamine. La préfecture ne semble pas décidée à intervenir, préférant dépêcher sur place deux malheureux gendarmes mal réveillés face à 200 raveurs bondissant comme des sauterelles dans les hautes herbes. Quid de la loi sur le bruit de 1992 ? ouvertement bafouée depuis que les préfectures appliquent à la lettre les recommandations « non interventionnistes » du gouvernement. Le nouveau mot d’ordre en temps de crise : « il faut laisser les jeunes s’amuser« . La culture du divertissement ne suffisait plus, place au culte de l’abrutissement. Saluons le courage d’une vingtaine de riverains qui osent remettre en cause le désordre établi…

source : Ouest France.

La sauce au glutamate

Posted by Nono | Posted in santé | Posted on 25-04-2010

Mots-clefs :

3

Hier soir, j’ai dîné à la sauce glutamate autrement appelée, non sans frayeur ; « sauce Alzheimer », ou bien terrassé par l’angoisse ; « sauce tueuse de neurones ».
J’ignorais absolument que ce plat préparé, à base de morceaux de lotte bien joufflus, recouverts d’une sauce crémeuse relativement appétissante, contenait du glutamate. Mais, quand bien même l’aurais-je su, la lotte frémissait déjà d’impatience de disparaître dans mon ventre de baleine.
Je ressentis les premiers symptômes après une demi heure de pénible digestion.
Les acouphènes criaient comme des sirènes hystériques auxquelles on aurait tranché la queue. Une soudaine léthargie s’était amoureusement emparée de moi, je lui obéissais avec docilité. Une ria de sueur se mit à couler entre les rochers des omoplates. Je terminais la lecture des Misérables avec l’impression d’être physiquement plongé dans les égouts de Paris, trois Marius sur le dos pour le prix d’un…
Qu’avais-je donc avalé pour être condamné à pareil supplice ?…
La réponse m’apparut en caractères microbiens sur la boîte en carton : glutamate monosodique.
Alors que cette histoire glutamique n’était pour moi qu’une fiction, elle devint réalité biologique.
Le glutamate est un exhausteur de goût pour industriels cupides, un ersatz du sel, un accélérateur d’Alzheimer, un tueur de bébés neurones, il sévit pourtant dans l’indifférence générale.

Eolienne : nuisance sonore ?

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 22-04-2010

Mots-clefs :,

8

Ouest France de Mardi revient sur les nuisances sonores engendrées par les éoliennes de Lanvirain dans les Côtes d’Armor. Le bruit serait comparable certain jour à une « gare de triage », selon l’expression utilisée par un habitant dont la maison n’est qu’à 600 mètres des éoliennes. Après estimation, le même habitant a vu sa maison perdre 30% de sa valeur du fait du voisinage éolien. Non loin de là , A Pont-Melvez, les riverain sont parvenus à obtenir que les éoliennes soient bridées entre 22H et 7h du matin.
Après avoir déposé une demande en préfecture, l’association Vent d’Argoat attend que soit menée une étude acoustique indépendante.

Astuces contre la fatigue

Posted by Nono | Posted in santé | Posted on 15-04-2010

Mots-clefs :

7

Voici quelques astuces contre la fatigue qui, je l’espère, vous aideront.
La fatigue est sans doute ce qui rend l’hyperacousie très difficilement supportable.
Il s’agit d’une fatigue nerveuse due au bruit qui peut conduire insidieusement vers un état dépressif. Les apôtres de l’habituation oublient assez rapidement à quel point le bruit entretient l’hyperacousie bien plus que le fait d’utiliser des bouchons d’oreilles.
Du reste, nous sommes tous les jours exposés au bruit, que nous le voulions ou pas.
L’argument consistant à crier haut et fort « ne vous isolez pas » dans l’oreille du patient ne tient pas la route. Pourquoi ? primo parce que les mêmes nous disent que le silence n’existe pas (le bruit dans chambre silencieuse est de 33 dB). C’est, a priori, une contradiction majeure du discours. Comment savoir si nous sommes « isolés » ou non quand le bruit est quasi permanent. En ce moment même circulent sur la route des voitures, le bruit est régulier, je ne me protège pas. Me suis-je habitué pour autant au bruit ? Non, il me fatigue mais je suis bien obligé de le supporter, n’ayant pas les moyens financiers de m’offrir une demeure totalement isolée de mes congénères tondeurs, tronçonneurs ou apprentis raveurs…

Néanmoins, après quelques années, j’ai pu me rendre compte qu’il était possible de supporter certains bruits, dans certaines conditions. J’ai déjà évoqué le pouvoir de la mer. Est-ce le bruit des vagues? le vent ? le sable qui isole du bruit ? l’air iodé ? Je n’en sais rien, je ne fais que constater. Une moto à la mer ne fait pas le même bruit qu’ailleurs… Beaucoup d’hyperacousiques avec lesquels je me suis entretenu, reconnaissent ce fait. Il est d’ailleurs assez regrettable qu’aucun centre n’existe pour accueillir les personnes atteintes par nos pathologies. La seule structure existante n’est rien d’autre qu’un ensemble de gîtes où la propriétaire se sert de son handicap pour louer… Il ne lui est même pas venu à l’esprit de proposer une réduction à ceux qui ne supportent plus le bruit comme elle.
Charité bien ordonnée commence pas soi-même…

D’autre part, la pratique du sport me semble quasi vitale pour résister nerveusement au bruit, mais également pour ressentir un certain mieux-être ( nous ne pouvons décemment pas parler de « bien-être »).
La sécrétion d’endorphines, de dopamine, de sérotonine permet au cerveau de tolérer plus facilement le bruit.
Il faut privilégier les sports d’endurance : la course à pied, la natation, le cyclisme, la marche. La fatigue qui s’en suivra ne sera pas de même nature que la fatigue causée par l’hyperacousie. A un certain niveau d’effort, vous ressentirez une forme d’apaisement qui dans notre état est appréciable…
Si vous n’êtes pas sportif, commencez progressivement, sans jamais vous épuiser, car le système nerveux central est sollicité.
De même, je recommande la pratique de la musculation qui renforce la résistance nerveuse. Inutile de vous ruiner en matériel ou en abonnement, la méthode Lafay, par exemple, contient un certains nombres d’exercices parfaitement adaptés.
Enfin, il est évident que nous avons besoin de dormir plus que d’autres. Un sommeil réparateur serait idéal pour supporter une journée de bruit… Tel n’est pas le cas pour ceux d’entre nous qui souffrent d’ insomnie . Aussi, nous pouvons au moins essayer de nous ménager des temps de repos (une sieste quand cela est possible).

Bono investit dans facebook

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 14-04-2010

Mots-clefs :, ,

0

Bono, Le chanteur du groupe U2, dont nous avons déjà eu l’occasion de parler ici, vient d’investir 90 millions de dollars dans Facebook.
Il détient par conséquent 1% du réseau social.
Cela étant, l’irlandais braillard ne connaît pas de francs succès dans les affaires puisqu’il est considéré comme le « pire investisseur des États-Unis » par le site spécialisé 24/7Wallst.com.
L’homme d’affaire malavisé reste tout de même bien plus préoccupé par le cours de ses actions que par les oreilles de ses fans auxquels il réserve un déluge de décibels.
On comprend aisément les cris d’angoisse dont il fait profiter les foules lorsqu’il engloutit des millions de dollars dans des actions « titanic »…
« In the name of love ! »…

Techno : des sifflements en trop pour des raves en moins

Posted by Nono | Posted in prevention, santé | Posted on 01-04-2010

Mots-clefs :, , , , , , , ,

3

Je m’appelle Fabrice j’ai 28 ans, j’habite Montpellier et j’ai subi plusieurs traumatismes sonores dont un m’a laissé une trace indélébile. Comme beaucoup, je vis avec des acouphènes dans les deux oreilles et je ressens une légère hyperacousie surtout pour les bruits de vaisselle
C’était l’année dernière, trois jours en septembre, je participais à une free à La Grande Motte, je venais d’en faire 3 ou 4 d’affilée, et d’un coup j’ai senti que mon oreille gauche sifflait beaucoup plus fort que d’habitude. Faut dire que j’avais pris des trucs avant… Je suis resté une heure pas loin du mur de son (3, 4 mètres). C’était un gros mur 50/ 60 kw qui me faisait vibrer le ventre. On passait de tout : de la breakbeat, dubstep, electro tribe hardcore (le pire je crois…) Après, j’ai pas pu tenir. J’ai dis à ma copine « on s’en va ».
Dans le camping car, au retour, c’est limite si j’entendais le bruit du moteur tellement ça sifflait fort et l’oreille droite aussi.
Comme j’étais au courant des problèmes auditifs, j’ai pris rendez-vous chez un spécialiste le lendemain, j’ai insisté pour avoir le traitement d’urgence corticoïdes, vastarel. Mais il n’a rien voulu savoir et m’a même un peu méprisé. J’ai juste eu du déroxat, un antidépresseur pour me calmer et du lysanxya mais j’ai ressenti des effets secondaires et j’ai abandonné le traitement… Au bout d’une semaine je tenais plus, j’ai rappelé l’ORL qui m’a dit qu’il pouvait rien faire de mieux, qu’il fallait patienter.
Une semaine se passe et là je commence à flipper, entre l’insomnie et les acouphènes, j’étais à bout de nerfs.
Finalement une amie arrive à me convaincre de changer d’ORL, je suis allé à Lyon voir un bon spécialiste ORL qui m’a proposer de me réhabituer avec un appareillage.
Un an après j’ai plus d’hyperacousie et et les acouphènes sont restés assez fort pour me gâcher la vie. Heureusement je peux compter sur ma famille et ma copine qui m’aident beaucoup.
Je ne peux plus sortir de chez moi seulement dans un supermarché où y’a pas de musique… Ben oui, je ne peux plus écouter de musique et ça me manque. Une chose est sûre : je ne retournerai plus jamais en rave, ça m’aura servi de leçon, mais trop tard…
Alors les mecs, faite gaffe à vos oreilles en rave party…
Je tenais à témoigner sur ce blog même si je trouve le ton de Nono parfois limite, il a le mérite de faire de la vraie prévention et c’est utile surtout dans notre milieu.

Fabrice.