Articles commentés

Pour une reconnaissance de l’hyperacousie

Il est des sujets tabous, comme celui du handicap, tellement tabous que le mot en devient effrayant. Comme puis-je employer le mot « handicapé » pour désigner le fait que je ne suis plus capable de faire un nombre considérable de choses ? Il est pourtant crucial de se déprendre...

lire la suite

http://twitter.com/Artnono

La sauce au glutamate

Posted by Nono | Posted in santé | Posted on 25-04-2010

Mots-clefs :

3

Hier soir, j’ai dîné à la sauce glutamate autrement appelée, non sans frayeur ; « sauce Alzheimer », ou bien terrassé par l’angoisse ; « sauce tueuse de neurones ».
J’ignorais absolument que ce plat préparé, à base de morceaux de lotte bien joufflus, recouverts d’une sauce crémeuse relativement appétissante, contenait du glutamate. Mais, quand bien même l’aurais-je su, la lotte frémissait déjà d’impatience de disparaître dans mon ventre de baleine.
Je ressentis les premiers symptômes après une demi heure de pénible digestion.
Les acouphènes criaient comme des sirènes hystériques auxquelles on aurait tranché la queue. Une soudaine léthargie s’était amoureusement emparée de moi, je lui obéissais avec docilité. Une ria de sueur se mit à couler entre les rochers des omoplates. Je terminais la lecture des Misérables avec l’impression d’être physiquement plongé dans les égouts de Paris, trois Marius sur le dos pour le prix d’un…
Qu’avais-je donc avalé pour être condamné à pareil supplice ?…
La réponse m’apparut en caractères microbiens sur la boîte en carton : glutamate monosodique.
Alors que cette histoire glutamique n’était pour moi qu’une fiction, elle devint réalité biologique.
Le glutamate est un exhausteur de goût pour industriels cupides, un ersatz du sel, un accélérateur d’Alzheimer, un tueur de bébés neurones, il sévit pourtant dans l’indifférence générale.

lg share fr La sauce au glutamate

Articles liés

Comments (3)

Ayant régulièrement des pics très soudains et de courte durée (environ une journée) de mes acouphènes, j’ai commencé à soupçonner mon alimentation. J’évite toujours ce qui contient du glutamate. Je n’étais pas sûr que cette substance agit vraiment sur les acouphènes, mais tu sembles le confirmer.

Le problème aujourd’hui c’est qu’une grande partie de notre alimentation est produite grâce à l’industrie pétro-chimique. Même derrière une simple fraise appétissante se cache des tas de produits chimiques. Il ne viendrait pas à l’idée de la population de se rebeller, bien évidemment.

En effet Youf, quand on connaît les effet délétères de la plupart des additifs, on ne devrait pas s’étonner du nombre de maladies et d’allergies liées à l’alimentation.
Justement, quant à moi je suis obligé depuis de nombreuses années de manger Bio du fait d’un allergène : « le baume du pérou » que l’on retrouve dans tous les parfums utilisés dans l’agro-alimentaire et l’industrie pharmaceutique. C’est d’ailleurs à cause (ou grâce) à cette allergie que je suis contraint de surveiller mon alimentation comme une pétasse au régime.

[...] la frustration créent autant de pathologies qu’une absorption massive de chips au glutamate glutamate. Hier, j’ai regardé « traitement de choc », un film d’Alain [...]

Rédigez un commentaire