Articles commentés

Les dangers du Wifi, qu’en pensez-vous ?

Entre autres dangers qui nous menacent, le wifi occupe une place de choix. A dire vrai, je n’ai pas d’avis tranché sur la question. Primo, parce que je n’utilise pas le Wifi ; secundo, parce que j’ai déjà posé la question à Hydergine lorsque nous évoquions les dangers des...

lire la suite

http://twitter.com/Artnono

Vente de pétards : le prix du danger

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 30-12-2010

Mots-clefs :, ,

2

La nuit de la Saint Sylvestre est l’occasion de faire montre de ses talents d’artificier. Cela étant les pétards peuvent mettre un terme rapide à une vocation de plastiqueur du dimanche. Les dégâts qu’occasionnent les pétards mammouth ou les pétards fusée, vont de l’acouphène à la main arrachée. Bien entendu, les risques sont pris en toute connaissance de cause par les dynamiteurs acnéiques. Cependant, la question de leur interdiction fait débat, et il ne serait pas inutile qu’elle soit prise à bras le corps par quelques députés batailleurs.
En effet, le bruit de l’explosion d’un pétard atteint 130 dB quand le seuil de douleur apparaît à 120 dB.
Imaginez l’affreuse nuisance sonore que subissent les alsaciens où la tradition germanique des pétarades reste bien vivace… Le bruit insupportable des pétards mitraillettes n’a plus rien de festif quand il s’agit de passer le réveillon avec des boules Quiès. Alors, la pétition anti-pétards est la seule issue pour ceux qui veulent se faire entendre au milieu des funestes détonations.
La popularité des feux d’artifice et des pétards est telle que les élus préfèrent se boucher les oreilles comme tout le monde. « Interdire les pétards vous n’y pensez pas ! », il faut bien faire oublier la crise…
Les pétards sont nos meilleurs alliés, et l’ivresse du bruit, le temps d’une nuit, jette un peu de poudre aux yeux…

Vastarel : effets secondaires importants

Posted by Nono | Posted in santé | Posted on 18-12-2010

Mots-clefs :, , ,

19

Il y a de quoi ne pas être rassuré par les effets secondaires du vastarel qui fait partie des médicaments susceptibles d’être rétirés du marché comme le Di-Antalvic, le Ketek, le Nexen . La liste, comprenant 10 médicaments, à été dressée par l’Express avec l’aide de la revue médicale « Prescrire ». Après les révélations d’Irène Frachon concernant le médiator, la liste des médicaments dangereux s’étoffe.
Le Vastarel reste un des médicaments les plus prescrits pour les acouphènes. la substance active, la trimétazidine, serait la cause d’effets indésirables inquiétants.

« Indications : vertiges, acouphènes, angines de poitrine, troubles du champ visuel

« Commercialisé depuis plus de quarante ans, ce médicament très utilisé par les patients âgés a vu ses indications thérapeutiques s’étendre au fil du temps, sans preuves solides de son efficacité. Depuis une dizaine d’années, en revanche, plusieurs effets indésirables inquiétants ont été observés: tremblements, troubles de la marche et des jambes sans repos, syndromes parkinsoniens. Délivré sur ordonnance, il est remboursé à 35%. »
http://www.lexpress.fr/actualite/sciences/sante/10-medicaments-a-retirer-du-marche_945306.html

Bouchon Pianissimo pour piano

Posted by Nono | Posted in prevention, santé | Posted on 16-12-2010

Mots-clefs :, , , , , , , ,

6

« Déjà, je suis très contente d’avoir découvert ce site et de pouvoir lire des témoignages même si certains font un peu peur quand même !
Cela fait un an et deux mois que je vis avec un acouphène plutôt faible, disons que je ne l’entends que quand il y a du silence, et d’hyperacousie qui me dérange beaucoup plus ! Commençons par le début : j ‘ai 30 ans et je suis musicienne. J’ai commencé le piano à 10 ans, et deux ans plus tard je suis tombée amoureuse de la batterie et des percussions. J’ai joué dans des groupes rock et grinde core jusqu’à mes 18 ans sans jamais me protéger les oreilles, et aucun problème. Puis j’ai stoppé la musique pendant deux ans durant lesquels je me suis totalement consacrée à mon petit bébé qui a 11 ans aujourd’hui et aux reptiles.
Mais la musique me manquait trop alors j’ai repris d’abord la batterie, puis les groupes, les concerts mais cette fois-ci en me protégeant les oreilles sauf avec mon groupe de percus !! allez savoir pourquoi !! Puis est arrivé le premier choc. Je participais à un carnaval, je jouais de la cloche et je suivais le chars dont les enceintes étaient beaucoup trop forte. Et d’un coup, çà a fait un poke douloureux dans mon oreille droite ; j’ai de suite compris. Mais sur le coup je me suis estimée chanceuse car à part une petite baisse auditive aucune séquelles. çà devait être en 2003 ou 2004.
J’ai continué à fond les ballons en protégeant cette fois-ci tout le temps mes oreilles : les acouphènes et l’hyperacousie n’étaient pas un sujet méconnu pour moi, je connaissais les risques. En 2006 j’ai pris la décision de me consacrer à fond au piano ( classique ) et quelques mois plus tard j’ai rencontré mon chanteur actuel et le old blind mole orkestra est né. J’y joue principalement du piano. Et qu’il s’agisse du piano seul ou du groupe ( pop swing ) beaucoup plus calme que mes groupes précédents, je ne me suis pas protégée les oreilles. A force, l’inévitable est arrivé mais d’une façon bien étrange : en octobre 2009 nous sommes parti faire un concert pour les expressifs à Poitiers. Des manifs ont éclaté dans la ville et le concert a été annulé. En rentrant, j’ai ouvert la fenêtre de ma voiture pour fumer une clope, je roulais à 110 et boum, oreille droite bouchée !
Je ne me suis pas inquiétée et je me suis dit que je devais avoir une otite. Mais une semaine plus tard, oreille toujours bouchée, plus acouphène et hyperacousie !!! Direction l’orl. Je ne suis pas quelqu’un de fataliste, c’était fait alors faut vivre avec. Mon oreille s’est débouchée au bout d’une semaine de cortisone, et de vastarel que je continue à prendre de temps à autre. Mais les premiers mois ont été très dur, les bruits du jet de la douche, le bip de la caisse dans les magasins, les restos, le cinéma, le piano, etc… et le plus dérangeant : les voix des filles et des enfants. Tous ces bruits font comme une saturation dans mon oreille, et je me sature avec ma propre voix ! Très vite, j’ai acquis les prothèses pianissimo pour pouvoir continuer mon métier : la musique.
Personnellement l’acouphène ne me dérange pas trop, il ne m’a jamais empêché de dormir même si il a fallu si habituer au départ. Par ailleurs mon acouphène est un si bémol aigu ! Mais l’hyperacousie est fatigante. Vivement que mon fils mue ! icon wink Bouchon Pianissimo pour piano Je n’ai pas fait de dépression non plus.
Ce qui m’inquiète, c’est l’évolution. J’ai eu une amélioration cette été ; donc en septembre j’ai repris le travail du piano sans les pianissimos mais avec la sourdine, puis j’ai fêté mon anniv, une quinzaine de personnes avec les pianissimos, et ça s’est redégradé, à oui, plus un concert d’Adam Gyorgy où le piano était surélevé par rapport au public, le son n’était pas trop fort et j’ai voulu entendre à nouveau le son d’un piano sans sourdine ou protections dans les oreilles, mais l’utilisation massive d’octaves dans les aigus chez Liszt et Chopin ont eu raison de mes oreilles ! Donc je me suis recalmée, car moi aussi je joue Chopin et Liszt !
Je ne sais pas combien de temps je vais pouvoir continuer la scène, je me renferme pas mal entre chaque répétitions et chaque concerts pour me reposer mais si çà devait empirer, j’arrêterai et me lancerai dans l’élevage des reptiles, font pas de bruit eux ! »

Alarme fatale au supermarché

Posted by Nono | Posted in prevention, santé | Posted on 11-12-2010

Mots-clefs :, , , ,

0

Caroline n’a pas de chance, elle part acheter des couches au hard discount, et revient avec un traumatisme sonore digne d’un concert de hard rock. La cause : l’alarme du supermarché « Dia » qui se déclenche inopinément. ça n’était pas son jour pour passer à la caisse…
Depuis l’hyperacousie lui fait payer en petites coupures ce coup du sort.
Les sirènes des acouphènes se déclenchent désormais en permanence, un bourdonnement incessant dans l’oreille gauche pareil à la funeste alarme.
Le directeur du supermarché refuse d’assumer sa responsabilité civile.
Il n’est pas certain que Caroline obtienne gain de cause auprès du procureur de la république tant nos pathologies sont minimisées, ignorées, moquées.
Pourtant si elle allait jusqu’au bout comme elle l’affirme, son cas ferait jurisprudence et permettrait à beaucoup d’obtenir réparation d’un préjudice dont on mesure trop mal l’importance.
traumatisme sonore au supermarché

Dispute ou voiture ?

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 06-12-2010

Mots-clefs :,

0

Quelques sublimes pages de Proust quand il découvre que les choses ne sont pas clairement délimitées ou individualisées. Il fait la rencontre à Balbec d’Elstir, peintre impressionniste, et croise un essaim de jeunes filles ou se détachent le polo noir, le visage joufflu et les yeux rieurs d’Albertine.
Pour revenir à des considérations prosaïquement médicales, les dernières lignes de cet extrait ne sont pas sans rappeler une forme de diplacousie.

« Parfois à ma fenêtre, dans l’hôtel de Balbec, le matin quand Françoise défaisait les couvertures qui cachaient la lumière, le soir quand j’attendais le moment de partir avec Saint-Loup, il m’était arrivé grâce à un effet de soleil, de prendre une partie plus sombre de la mer pour une côte éloignée, ou de regarder avec joie une zone bleue et fluide sans savoir si elle appartenait à la mer ou au ciel. Bien vite mon intelligence rétablissait entre les éléments la séparation que mon impression avait abolie. C’est ainsi qu’il m’arrivait à Paris, dans ma chambre, d’entendre une dispute, presque une émeute, jusqu’à ce que j’eusse rapporté à sa cause, par exemple une voiture dont le roulement approchait, ce bruit dont j’éliminais alors ces vociférations aiguës et discordantes que mon oreille avait réellement entendues — mais que mon intelligence savait que des roues ne produisaient pas« .

Marcel Proust : « A l’ombre des jeunes filles en fleurs ».

Oser l’ostéopathie ?

Posted by Nono | Posted in santé | Posted on 03-12-2010

Mots-clefs :, ,

10

Après les guérisseurs, les naturopathes, les magnétiseurs, l’ostéopathie est bien la seule discipline paramédicale que je n’ai pas encore essayée. Je vous laisse seuls juges…

« L’ostéopathie a pour but de déceler puis de traiter les zones du corps qui sont en restriction de mobilité.
Cette perte de mobilité peut entrainer des troubles fonctionnels et causer l’apparition d’acouphènes et d’hyperacousie.

Lors des séances, l’ostéopathe va travailler les zones en dysfonctions, le patient va prendre conscience de ces zones et va alors se mettre en place des mécanismes pour retrouver la santé et un équilibre. Une détente se fera sentir et permettra au patient d’appréhender au mieux les acouphènes et l’hyperacousie. »

Source : Utah de Bordeaux (unité de traitement des acouphènes et de l’hyperacousie).

Sophrologie, acouphène et stress

Posted by Nono | Posted in santé | Posted on 01-12-2010

Mots-clefs :,

3

« La sophrologie a pour objectif de permettre au patient d’intégrer son acouphène au quotidien. Elle va amener la personne dans un premier temps à porter son attention non plus sur la souffrance que lui procure l’acouphène mais sur les raisons qui amènent l’acouphène à se manifester. Dans un second temps elle va analyser les moments, les situations qui réveillent l’acouphène, quel vécu a t’elle à cet instant (émotions, ressentis, sentiments) et les difficultés rencontrées (stress). La personne va ainsi voir la réponse psycho émotionnelle exprimée par l’acouphène et chercher les moyens, les capacités pour répondre d’une autre façon à la situation afin de retrouver un équilibre.
Le patient va, grâce à la compréhension, dédramatiser les moments de montée d’acouphène et avoir les moyens d’agir sur le phénomène. »

Alors, j’ai lu ça sur un site qui m’a piqué mon URL, pas de cas de conscience donc…
D’autant que je ne comprends rien à ce charabia psycho cognitiviste. Je tente de résumer : lorsque je me rappelle de mon enfance dans le placard à balais, le stress augmente et l’acouphène aussi. Or l’acouphène devrait être jugé dérisoire comparé au souvenir traumatisant du placard. A priori, ça semble compliqué de « comprendre » et de « répondre » à certaines situations de stress… Ne vaut-il pas mieux stresser que d’analyser sans cesse, voire de créer un stress supplémentaire ?
Quid du type simplet comme moi qui stresse de ne pas savoir analyser son propre stress ?…
Du reste, je ne suis pas intimement convaincu que le stress augmente l’acouphène. Sûrement moins que le bruit. Mais dans ce cas, les tenants de la sophrologie m’opposent un argument massue : mes acouphènes augmentent non pas à cause du bruit -ce qui serait d’une simplicité biblique -, mais parce que je stresse après le bruit… Imparable.