Articles commentés

« Yes Tinnitus » vu par un critique rock à la c

Cette semaine c’est un fanzineux débile qui a le droit à son billet d’humeur. Ils ont le don de m’agacer prodigieusement avec la bouillie verbale dont il se repaissent soir et matin. Celui-ci bave sur sa layette aux couleurs d’un groupe de rock indépendant à la mords-moi...

lire la suite

http://twitter.com/Artnono

Techno hardcore, envoyez les basses !

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 30-03-2011

Mots-clefs :

0

Il fallait bien que je tombe, moi, le grand amateur de basses sur un « club de jeunes » hypnotisés par les rythmes de la techno hardcore. Il l’ont baptisé « Le Club », ce minable chalet en planches vermoulues laquées blanc.
Il y accueille les jeunes tarés du coin à chaque anniversaire. Les célébrations se succèdent frénétiquement.
Quelque tôles grisâtres ondulent au dessus d’une dizaine de têtes remplies de bière et d’idées confuses. Des corps malingres s’agitent sous d’étranges néons, comme des plans de cannabis malades… Il a fallu que j’y aille, que j’y retourne, que je négocie, que je menace. Rien n’y fait.
Les promesses et les engagements d’un soir sont oubliés le lendemain.
« Ce sont des jeunes, il faut bien que les jeunes s’amusent » m’assènent mes voisins cacochymes avec un air de reproche. Non seulement ce sont des jeunes, mais ce sont surtout les fils d’untel, avec qui il ne faut surtout pas se brouiller… Alors pas un voisin n’entend cette musique du diable. Je suis le seul. « L’autre fou », c’est moi. J’entends la techno tellurique quand d’autres entendent des voix célestes… Le mini tremblement de terre tous les jours, la fin de semaine en discothèque forcée. Leur club a des faux airs de baraquement concentrationnaire. Si le travail rend libre, Le loisir emprisonne…
Il faut que je déménage avant de vraiment déménager…

UFC que choisir demande le retrait de 8 médicaments

Posted by Nono | Posted in santé | Posted on 30-03-2011

Mots-clefs :,

0

UFC-que choisir demande que 8 médicaments jugés dangereux soient retirés du marché sur la liste des 77 médicaments publiée par l’Affsaps. Les 8 médicaments incriminés sont : Actos, Arcoxia, Equanil, Hexaquine, Nexen, Valdoxan, Vastarel et Zyban.
Pour l’association de consommateurs, en plus d’être inefficaces, ces médicaments représentent un réel danger pour la santé.
UFC-que choisir demande également le déremboursement immédiat des médicaments susmentionnés.

Haro sur les décibels !

Posted by Nono | Posted in prevention, santé | Posted on 28-03-2011

Mots-clefs :, , , ,

1

Deux français sur trois estiment être gênés par le bruit à leur domicile.
Et trois millions d’entre eux sont exposés à des niveaux de décibels potentiellement nocifs sur leur lieu de travail . Malgré une réglementation de plus en plus contraignante, le bruit reste une cause fréquente de nuisance. Avec des conséquences insoupçonnées sur la santé.

Le bruit, cette autre pollution… La dernière enquête TNS Sofres sur le bruit date de mai 2010 et elle est édifiante. 66% des Français déclarent souffrir à leur domicile. Le bruit est cité en troisième position parmi ce qui trouble leur qualité de vie, après la saleté et la pollution de l’air. Les sources de nuisances sonores identifiées : les transports mais aussi les comportements de voisinage et les activités commerciales ou industrielles.

Nuisance subjective

L’intrusion du bruit des autres dans l’intimité du « chez soi » est souvent mal vécue…. En particulier pour les personnes les plus exposées : habitants des grandes métropoles et occupants d’appartements-spécialement de logements sociaux » constate Valérie Rozec, chargée de mission au Centre d’information et de documentation sur le bruit. La première mission de ce docteur en psychologie de l’environnement consiste à renseigner les plaignants. Un travail délicat, car, explique-t-elle, « le niveau sonore effectif compte pour seulement 30 % de la gêne liée au bruit. La nuisance sonore est éminemment subjective« .
La lutte contre le bruit fait partie des missions des pouvoirs de police du maire. A ce titre, il est fondé à (et même tenu de) réglementer les travaux de construction, l’usage des tondeuse à gazon ou les horaire d’ouverture des activité bruyants. En matière de bruit de voisinage c’est aux personnels ou aux élus communaux que reviennent la mesure du bruit et, préférable au procès, la recherche de solutions amiables.

Des dégâts pas toujours perceptibles

En ce qui concerne les niveaux sonores liés aux musiques amplifiées, la France a été le premier pays au monde, en 1998 à brider les baladeurs à 100 dB. Mais la généralisation de la musique compressée, plus dangereuse, pose de nouveaux problèmes. Les pratiques musicales intensives sont devenues monnaie courante. 27% des lycéens ont leur lecteur MP3 vissé aux oreilles plus de 4 heures par jour, 9 % allant jusqu’à s’endormir avec !
Dans les lieux musicaux, la limite réglementaire fixée à 105 dB n’est pas toujours respectée. Et aucune règle ne s’applique aux concerts de plein air.
« Le problème avec le bruit, souligne Valérie Rozec, c’est qu’il est nocif dès 80 dB sur 8 h/jour alors que la douleur n’est perceptible qu’à 120 dB. Il est donc facile de mettre son audition en danger sans s’en apercevoir…. »
Les dégâts occasionnés par des dose de sons excessives sont aussi extra auditifs : troubles du sommeil, moindre performances intellectuelles, augmentation des états anxieux ou dépressifs, élévation de la tension artérielle.
Une étude scientifique allemande estime même à 3% la part des infarctus du myocarde imputables au bruit du trafic routier.

Les territoriaux aussi

En milieu professionnel, la réglementation sur le bruit s’est renforcée en 2003, avec un plafond fixé à 87 dB »mais le bruit est souvent sous-estimé car considéré comme une composante normale du travail » indique Valérie Rozec.
Résultat : 1200 cas de surdité reconnus par an, chacun d’eux coûtant 1000000 euros à la collectivité ! 7% des salariés sont exposés quotidiennement à un bruit nocif. Parmi eux, des territoriaux : personnels de cantine scolaire, agents affectés
à l’entretien des espaces verts, aux travaux forestiers ou aux ateliers bruyants.

Bruno Frachet (chef de service ORL à l’hôpital Avicenne (AP-HP Bobigny)

« Il faut consulter dès les premiers bourdonnements d’oreilles »

Sommes-nous tous égaux face au bruit ?

Pour des raisons génétiques notre sonomètre est strictement personnel. Ce qui rend difficile la prévention : certains jeunes, par exemple, restent en milieu bruyant même s’ils ressentent une gêne, parce que les autres le supportent.

Quels risques l’excès de bruit fait-il courir à notre santé ?

il en va de l’oreille avec le bruit comme de la peau avec le soleil : même effets cumulatifs, même nécessité de se protéger. En cas de fatigue auditive, les baisses d’audition ou acouphènes sont passagers si l’on met l’oreille au repos.

Mais le traumatisme sonore aigu (un pétard près de l’oreille) ou les expositions intenses cumulées produisent des lésions irréversibles des cellules ciliées de l’oreille. Elles ne se régénèrent pas. Or, nous n’en possédons que 15000, pour 135 millions de cellules visuelles !

Quand s’alerter et que faire en cas de trouble auditif ?

Les bourdonnements d’oreille sont un avertissement. Il est important de consulter rapidement. D’autant plus que l’on commence à pouvoir agir par des médicaments pour stopper la perte progressive de l’audition.

L’échelle du bruit
Exemple du quotidien

20 dB vent léger, respiration
40 dB appartement tranquille
70 dB restaurant bruyant
85 dB route trafic intense
105 dB décollage d’un avion

Milieu du travail

10 dB « chambre sourde » d’essai acoutique
50 dB bureau isolé, laboratoire
75 db bureau « open space, tour d’usinage, aspirateur
80 dB camion bruyant
85 dB scie à ruban, machine à bois, restaurant scolaire
120 dB marteau piqueur
130 dB banc d’essai de réacteur

source : territoire mutuel

Le Noctran bientôt interdit

Posted by Nono | Posted in santé | Posted on 05-03-2011

Mots-clefs :

5

Le somnifère Noctran sera bientôt retiré du marché. Il faisait partie des 77 médicaments placés sous surveillance. L’hypnotique était composé d’un savant cocktail de benzodiazépine, de clorazépate dipotassique, ainsi que deux molécules de la même famille des phénothiazines, l’acépromazine et l’acéprométazine.

Il était fréquemment prescrit aux personne âgées de plus de 65 ans dont les médecins voulaient se débarrasser en quelques nuits… La commission d’AMM qui avait préalablement autorisé ce poison, juge dorénavant « qu’en dehors des surdosages volontaires, les effets indésirables graves le plus souvent notifiés avec Noctran sont des effets neurologiques et psychiatriques, en majorité confusion mentale, somnolence, syndrome parkinsonien« . Comme si les effets secondaires n’étaient pas assez nombreux, ladite commission évoque également des cas de chutes.

J’ai moi même tenté de casser les cercle infernal de l’insomnie en ingurgitant cette spécialité peu ragoutante de notre beau pays. Le Noctran vous plonge en effet dans un état végétatif très proche de certaines drogues dures . En comparaison, Le Rivotril ferait penser à une verveine-menthe…
Ce qui m’étonne dans cette affaire, c’est le fait qu’il ait pu bénéficier d’un avis favorable d’autorisation de mise sur le marché alors même que sa composition aurait dû alerter les quelques scientifiques-responsables et jamais coupables-qui siègent au sein de cette commission…