Articles commentés

Le bruit tape sur les nerfs des dentistes

Je tremble des molaires à l’idée de me rendre chez mon dentiste, mais sait-il qu’il risque gros à faire tourner la fraise ? Hear it nous apprend que le niveau sonore des outils rotatifs crève allègrement le plafond des 100 dB de pollution sonore…http://french.hear-it.org/page.dsp?page=6571 « Gardez...

lire la suite

http://twitter.com/Artnono

Techno hardcore, envoyez les basses !

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 30-03-2011

Mots-clefs :

0

Il fallait bien que je tombe, moi, le grand amateur de basses sur un « club de jeunes » hypnotisés par les rythmes de la techno hardcore. Il l’ont baptisé « Le Club », ce minable chalet en planches vermoulues laquées blanc.
Il y accueille les jeunes tarés du coin à chaque anniversaire. Les célébrations se succèdent frénétiquement.
Quelque tôles grisâtres ondulent au dessus d’une dizaine de têtes remplies de bière et d’idées confuses. Des corps malingres s’agitent sous d’étranges néons, comme des plans de cannabis malades… Il a fallu que j’y aille, que j’y retourne, que je négocie, que je menace. Rien n’y fait.
Les promesses et les engagements d’un soir sont oubliés le lendemain.
« Ce sont des jeunes, il faut bien que les jeunes s’amusent » m’assènent mes voisins cacochymes avec un air de reproche. Non seulement ce sont des jeunes, mais ce sont surtout les fils d’untel, avec qui il ne faut surtout pas se brouiller… Alors pas un voisin n’entend cette musique du diable. Je suis le seul. « L’autre fou », c’est moi. J’entends la techno tellurique quand d’autres entendent des voix célestes… Le mini tremblement de terre tous les jours, la fin de semaine en discothèque forcée. Leur club a des faux airs de baraquement concentrationnaire. Si le travail rend libre, Le loisir emprisonne…
Il faut que je déménage avant de vraiment déménager…

lg share fr Techno hardcore, envoyez les basses !

Articles liés

Rédigez un commentaire