Articles commentés

LES ACOUPHENES AFFECTENT LA QUALITE DE VIE

Une étude l’Université de Wisconsin à Madison aux Etats-Unis a démontré que les acouphènes avait un impact important sur la qualité des vie.Nous n’en serons pas véritablement étonnés…25 % des 28000 participants auraient vu leur santé affectée par les acouphènes (9% souffrant...

lire la suite

http://twitter.com/Artnono

Pistes audios pour l’hyperacousie

Posted by Nono | Posted in prevention, santé | Posted on 04-07-2011

Mots-clefs :, , , , , , , , ,

12

« Salut,
Un message pour te féliciter pour ton blog pour deux raisons:
-> Il me permet de trouver des informations et des échanges constructifs.
-> Il ne diffuse de vision négative et dépressive de cette pathologie mais tente de la définir au mieux.

Pour ma part je suis/j’étais Musicien Pro, prof de batterie mais également guitariste chanteur j’ai effectué plus de 250 concerts en dix ans avec toujours des bouchons ou casques anti-bruits.

Il ya trois mois j’ai subit une sorte de traumatisme malgré mes protections lors d’un weekend de bals (8h de jeux sur le weekend).

Mes soucis ne sont pas venus directement mais une semaine après.

Sensations « habituels » chez les hyperacousique: Oreilles dans le cotons, bouchés, difficulté à supporter les bruits aigus, environnants….

Après une bonne période de dépression j’ai testé différentes médecines parallèles: Hypnose, Étiopathie, Ostéopathie.

Suite à ces expériences il est clair que la médecine n’est pas une science exact.

A l’instar d’une bonne terre de jardin qui a été travaillé en amont, le corps doit être prêt à recevoir un enseignement, à évoluer (je pense notamment à l’hypnose).

Puis j’ai eu l’idée de travailler sur la piste de mes dents et je me suffit fais retirer mes dents de sagesses.
Et là miracle en 3 semaines mes douleurs incessantes de type otites ont disparues, plus de mal de crane sur les tempes.

3 mois après ce changement radical de vie, j’ai toujours mes acouphènes qui augmentent selon ma fatigue et de l’hyperacousie. Toutefois cela reste « vivable », j’ai par contre fais une croix purement et définitivement sur ce pourquoi j’avais donné 10 ans de ma vie…

Après différents tests, audiogrammes etc… J’ai l’impression d’après mes recherches perso qu’il existe deux catégories de trauma auditif.

1. Le premier est le plus souvent celui des musiciens, personnes travaillant dans des radios, studios, ayant en continue des spectres sonores complet à l’oreille.
Cette première catégorie de personne sont atteinte d’acouphène de type « bruit de fond » avec un audiogrammes plat et d’une hyperacousie assez présente.

2. La seconde catégorie de personnes sont le plus souvent issues de l’industrie.
Ils ont une perte significative au niveau de l’oreille avec un acouphène très présent sous la forme d’une fréquence définit.

Comment je suis arriver à cette comparaison?
Musicien j’ai la chance de connaître un tas de personnes dans le métier ayant une activité importante face à des niveaux sonores significatifs et j’ai pu contacter (dès mon trauma et durant ma période dépressive) des musiciens de tous bords, tous horizons, tous styles, tous instruments.

J’ai notamment rencontré une contrebassiste de jazz qui avait de gros soucis d’hyperacousie malgré la faible exposition sonore de son instrument.

Un chanteur très connu qui passe à la tv, qui lui ne supporte plus de son à plus de 80 db lui donnant des décharges dans les tympans avec inflammation de ces derniers.

Tout cela pour dire qu’une hyperacousie commune n’existe pas, mais que globalement des similitudes se dessinent.

J’ai d’ailleurs toujours des interrogations comme:
Pourquoi ai-je des difficultés à supporter des sons impulsionnels de ma batterie électronique?

Alors que le son continue de mon tracteur tondeuse ne me dérange pas, alors que ce dernier est plus fort?

Je pense donc que pour toute hyperacousie, une rééducation du cerveau est possible.
Il faut réussir à effacer les situations de stresse auditive et l’hypnose est une voie vers cela.

Désolé pour ce monologue sans fin, mais j’espère qu’il aura ouvert des voies possibles aux éventuels lecteurs.

Je ne parle pas ici de la relation Psychanalyse/Troubles Auditifs, mais je pense qu’il sont fondamentales et j’aurai de quoi en écrire des pages.

Merci.
S. »

lg share fr Pistes audios pour lhyperacousie

Articles liés

Comments (12)

Salut Seb,

Au contraire merci pour ce témoignage fleuve.
J’en arrive grosso modo aux même observations (bruit réguliers plus facile à supporter que les bruits d’impact, normal). Ton trauma est récent mais je partage tes conclusions, alors que j’ai longtemps nié l’aspect psy.
Pour « les deux catégories » de trauma sonores je n’en sais rien.
Je ne peux que t’encourager à essaye l’hypnose ou tout autre thérapie qui te permettre d’appréhender le bruit avec moins de souffrance. Essaye aussi le Rivotril, seul médicament réellement efficace.

Merci pour ton retour d’info Seb.

Salut,

Pour ma part je part du principe (pour l’instant on verra si mon état s’aggrave) de ne pas utiliser de substance pouvant changer le comportement auditif.

Je préfère garder ca comme marge de sécurité.

Concernant l’aspect psychologique: Je prends mon hyperacousie comme un cri d’alarme d’un corps et d’un cerveau qui n’en peuvent plus et qui souhaite une pause.
Sorte de mouvement psychosomatique.
Je pense également que l’hyperacousie ne pourra être annulé mais plutot que le cortex cérébral doit « travailler avec » et le prendre en considération ce qui pourra avoir pour effet de minimiser son impact.
Car on s’en moquerait d’avoir de l’hyperacousie comme quelqu’un qui a de l’asthme (perso j’ai les deux et le second j’en ai plus rien a faire…).

Exact l’hyperacousie peut être un signe d’alarme.
Pour ma part, je souffre d’acouphenes depuis 2 ans suite à trauma et j’ai eu une réelle amélioration : pris pas mal de recul avec la sophro, baisse du volume des acouphenes et moins sensible au bruit (je pouvais pas aller dans un resto alors que je peux maintenant aller dans un bar).
Au printemps, mariage bruyant mais j’etais protégé puis 2 jours après oreille droite bouchée et nouveau acouphene : le bruit fort d’une chasse d’eau qui se recharge sur une oreille. Difficile à supporter. A disparu au bout d’un mois puis evolution de mes acouphenes vers le bas (plutot fort au depart) a tel point que je n’y pensais même plus.
Helas, soirée avec client semaine derniere. Musique, discussion, je me protege avec bouchon (un peu tard peut être), mais à l’aise avec le bruit ambiant (pas d’hyperacousie). Resultat : à nouveau perte d’audition sur oreille droite et gros acouphenes sur les deux oreilles. Mais je surmonterai l’épreuve (une fois encore) même si ça va prendre du temps.
- donc hyperacousie est un bon indicateur
- La sophro, méditation aident beaucoup. 6 mois de pensées positives (j’imagine eau de mer qui soigne mes cellule) m’a fait oublié mes acouphene et diminuer mon hyper. La dimension psychologique est donc forte.
ça prend du temps. Soyez patient.

Bon courage à tous.

Hello ,

Merci pour ce témoignage intéressant.
Ca fait du bien de lire des choses positives, chacun son chemin de croix face à l’hyper, chaque cas est différent comme il est dit ici.
Sortir ses bouchons aux moments clés, se relever apres des chataignes, repousser petit a petit avec précautions ses limites (même si c’est sur on ne passera plus 3 jours en festival Rock), et surtout accepeter la dimension psycho de l’hyper , tel est la voie

Bon courage a tous

Et bien ma foi, ça fait plaisir de lire les témoignages de cet hyperblog !

Tout n’est pas noir et tout n’est pas rose non plus, on doute, galère, essaye, plonge, sort la tête hors de l’eau… bref, c’est le dur apprentissage d’une autre vie qui vient frapper à la porte alors qu’on s’y attendait pas du tout.

Moi j’ai des acouphènes et de l’hyperacousie depuis 10 mois, avec des rechutes et des moments de « rémission » en ce qui concerne l’hyperacousie. Grâce au blog, j’ai enfin la réponse à ce qui me préoccupait depuis quelques temps. Je ne COMPRENAIS PAS pourquoi j’avais des pics dans mon hyperacousie ! En fait, d’après ce que j’ai lu, il suffit de se replonger dans une ambiance trop sonore (pour soi, et c’est là toute la difficulté évidemment), pour avoir à nouveau une phase aigüe plus ou moins longue ! Incroyable comme phénomène, et aussi c’est tellement délicat de faire un choix entre je m’expose pour ne pas me sous exposer et ne pas aggraver la pathologie et je ne m’expose pas… je sais que c’est super dur pour moi parce que je ne me rends pas bien compte du surdosage de bruit, surtout si je suis en soirée avec des amis et qu’il y a de la musique. En tout cas, si je comprends bien il faut bannir les concerts, même avec protections… et ceci à vie ?

Qu’en est-il pour toi Nono qui vit avec l’hyperacousie depuis 10 ans ? C’est chute et rechute en permanence ?

En tout cas je me retrouve dans beaucoup de témoignages : hyperacousie plus après voyage en train ou en voiture ou suite à soirée dans bar ou tout simplement fatigue accumulée… COOL, je vais devenir Supersaine ! Le tout est de ne pas devenir Superchiante non plus.
Au fait, je suis en congé parental avec deux petits décibels de 2 et 5 ans, et je reprends le boulots dans quatre mois dans ma classe de maternelle d’enfants de 2-3 ans !!!! J’avoue que je ressens parfois de grands moments de solitude quelque peu angoissée, c’est normal docteur ?

Dix mois c’est tout frais, tu as de bonnes chances de voir l’hyperacousie diminuer. L’angoisse, le stress et la fatigue ne font pas bon ménage avec l’hyperacousie. Après quelques années, je peux te certifier (et je ne suis pas le seul) qu’il faut faire un travail sur soi, prendre beaucoup de recul vis à vis de des émotions liées au bruit. J’ai mis énormément de temps à comprendre l’hyperacousie. Moins tu auras peur, plus tu iras mieux. Le fait d’être dans une situation de tension empêche tout forme de réhabituation (ou la ralentit). Si tu aimes ton métier, alors le bruit sera sans doute difficile à encaisser au début, mais petit à petit, jour après jour les voix des enfants se feront oublier. L’idée est de se mettre en condition moralement, de se répéter des phrases types « je suis heureuse de revoir les enfants, les collègues « . ça paraît bébête, mais tu peux être contente de reprendre malgré le bruit, et dans ce cas, les oreilles suivront. A titre personnel je n’encourage pas à aller aux concerts même avec des bouchons. Pourquoi ? parce que tous ceux qui me posent la question sont tentés d’y retourner dès qu’ils vont mieux, mais la peur au ventre. De fait, ils y retournent dans les pires conditions. Alors parfois ça passe, parfois ça casse… Qui plus est le premier traumatisme a souvent eu lieu en concert, et l’on connait l’importance de la psychologie dans notre pathologie. Néanmoins je ne prétends pas avoir raison sur ce sujet , ce conseil me semble juste frappé au coin du bon sens…

Pour ma part je peux dire que je vais mieux depuis 2 ans, c’est à dire que je ne redoute plus les conséquences du bruit (en partie grâce à l’acide alpha lipoïque) Je peux faire beaucoup plus de choses qu’il y a trois ans, à l’époque je ne pouvais quasiment rien faire. Je reste néanmoins très handicapé et sors rarement de chez moi. Il faut dire que j’ai accumulé les concerts et les traumas, malgré tout je ne me considère pas comme un cas désespéré et j’ai encore l’espoir de voir les choses s’améliorer.

Merci Nono… A vrai dire je n’osais plus tellement aller sur ce blog parce que la dernière fois (quand j’ai écrit mon message) j’ai passé la soirée à pleurer toute seule vu que ma petite famille était de sortie et je me suis trouvée tellement pathétique que je n’ai pas voulu réitérer la performance.

Bon, au final il semblerait que j’ai beaucoup de mal à faire face à cette réalité hyperacousique et que comme le blog est une réalité certes numérique mais tangible quand même, je me prends encore dans les pavillons l’écho de mes altérations physiques quand je viens lire des témoignages ici même. Mais ça fait partie d’un chemin, je le sais.

Merci pour tes mots et tes conseils, ça fait vraiment du bien dans cette traversée du désert…

D’ailleurs, dernier RDV ORL en date, une petite merveille dans le style :
En gros j’attendais depuis longtemps de pouvoir rencontrer LA PONTE (au féminin ça fait un peu gallinacéen, mais elle le mérite) spécialiste des acouphènes et du reste, blah blah tout ça. Bon, du coup je me retrouve avec un interne, très bien, compétent et tout, mais je dois avouer que j’attendais un peu Madame Le Docteur avec impatience et surtout avec une palette de questions, angoisses et tout le reste que je ne sais pas bien dire mais qui est là.

Bon, elle finit par entrer dans le cabinet, me fait comprendre qu’elle est à phone, s’adresse uniquement à l’interne en parlant de moi à la troisième personne et moi je la regarde avec des yeux qui lancent des SOS et des bouteilles à la mer (de l’indifférence).
Alors là je m’emballe, j’essaye de tout lui dire en une phrase, je parle des angoisses, du boulot dans trois mois, de l’hyperacousie, je lui demande si je suis handicapée, bref je l’inonde d’un flot de paroles plus condensé que ça c’est pas possible et surtout pour mettre une cerise sur un gâteau qui n’était pas là, et bien je me mets à pleurer.
Alors ma foi, musique et violons, là elle se tourne vers moi et me dit d’abord, « oui, oui, mais ça va aller », puis « il ne faut pas TOUT mettre sur le compte de l’hyperacousie » et enfin avec un regard abrasif elle me lance « Vous êtes venue pour une invalidité, c’est ça que vous voulez ! » et là elle tourne les talons.
Là je passe la suite pleine de liquéfaction larmoyante dans le bureau des secrétaires qui m’ont empêchées de partir tout de suite parce qu’elles devaient avoir peur de me voir revenir illico à l’hosto en brancard d’accidentée de la route. J’ai bu un verre d’eau et je suis partie complètement déboussolée..

Bon, j’ai rapidement repris mes esprits et ai fabriqué illico une poupée vaudou à l’effigie de cette personne malfaisante et dangereuse pour ses pairs en détresse psychologique… Dieu du ciel qu’est-ce qu’on a fait pour mériter des êtres humains pareils !

Nono, tu parles de l’importance de ne pas redouter les conséquences des bruits et je pense que tu as mille fois raison, ce paramètre est déterminant. Maintenant, ce qui inquiète ma petite personne c’est la rentrée scolaire avec des enfants de 2-3 ans qui hurlent pour certains jusqu’aux vacances de la Toussaint. Il faut que je me protège, c’est certain car les hurlements d’enfants sont extrêmement puissants et ce dont je suis sure, par contre, c’est que cela peut causer des dégâts surtout dans mon cas. Pour l’instant j’ai des bouchons de musiciens à – 35db, mais je ne sais pas si je vais suffisamment entendre les enfants. Je me demandais s’il était possible de faire faire des bouchons qui filtrent surtout les aigus. je ne sais pas si tu as testé plusieurs types de bouchons et si tu pouvais me donner des conseils à ce niveau-là… bon, je me tais maintenant car je suis bien trop bavarde.

Merci pour ton soutien et ton esprit positif sans doute chèrement acquis. C’est important de garder envers et contre tout la saveur des choses.

Oui c’est une bonne idée de confectionner des poupées vaudou en blouse blanche, ça détend pendant les soirées d’hiver. La tienne doit porter un nom à consonance germanique si je ne m’abuse.
Rassure toi, tu n’es pas la seule à avoir été refroidie par sa morgue et son regard glaçant. Je n’ai jamais eu affaire à elle personnellement mais à des équivalents masculins locaux.
Je te conseillerai plutôt le Docteur Peignard si tu préfères éviter que ce genre de scène ne se reproduise.
Les nerfs lâchent, rien d’étonnant et surtout rien de honteux, nous sommes tous passés par là. La depression prend le dessus du fait de l’épuisement nerveux. Je ne suis pas très antidépresseurs pour moi (certaine intolérance) mais c’est un passage obligé qui aide à se réhabituer et à ne pas sombrer.
Il faut préparer ta reprise, et il serait peut être souhaitable que tu consultes Peignard avant.
J’ai bien conscience que ça n’est pas de la tarte les bambins de 2 et 3 ans, mais rien n’est insurmontable quand on maîtrise son sujet.
Je crois juste que ça ne sera pas une partie de plaisir au début mais que tu ne risques rien sur le plan auditif, à part la fatigue nerveuse et le stress, il ne peut rien arriver de dommageable.
Je pense que les bouchons moulés pianissimo (150 euros je crois) doivent filtrer les aigus, un avis plus éclairé que le mien sur ce sujet serait le bienvenu. Tout ce que je peux te conseiller, c’est de prendre ton temps avant de reprendre, d’essayer d’être dans les meilleures conditions possibles, de ne surtout pas désespérer. J’ai vu tellement de guérisons « miraculeuses » que j’en suis presque blasé… Crois moi, Gab ou Fabien (entre autres) qui témoignent sur hyperblog, m’ont « usé « sur Messenger, ils étaient dans un état catastrophique. Et pourtant, quelques mois après leur premiers trauma, ils revivaient.

Je ne sais pas qui est ce Doc Peignard, mais d’après ce que j’ai vu sur le net c’est une sorte de Super Doctor très médiatisé et qui plus est résidant à Paris, ce qui n’est pas mon cas…

Je viens de comprendre que si mon Doktor Germanique était Laurel, et Soupere Doc Peignard serait Hardy !

J’ai pensé que tu parlais du docteur O… Quant à Peignard, c’est un des rares à avoir bien compris l’hyperacousie et à proposer une méthode cognitive efficace (moi pas comprendre l’allusion à Laurel et Hardy). Je l’ai critiqué à tort sur ce blog avant de constater la pertinence de ses analyses (il n’y a que les imbéciles, etc.) Tu ne trouveras aucun spécialiste « intéressant » en dehors de Paris et Marseille.

Rédigez un commentaire