Articles commentés

Les vendredis de la philosophie : l’expérience de la maladie

Rassurez-vous, je ne jouerai pas aux pseudo-intellectuels de blogs, mais j’ai souvenir de cette émission de France Culture intitulée je crois : « l’expérience de la maladie« . Il faudrait la retrouver en postcad, si toutefois elle est encore archivée. Il y était...

lire la suite

http://twitter.com/Artnono

De la contagion

Posted by Nono | Posted in santé | Posted on 31-03-2012

Mots-clefs :

2

Il est un mal plus sinistre que toutes les maladies réunies: la peur de la contagion. Nous sommes bien placés pour en parler, nous qui ne sommes pas contagieux… Et pourtant… Combien de fois ai-je pu observer mon interlocuteur fébrile, empressé d’achever une conversation à peine entamée. Ses joues perdaient le beau rose de la vie au profit d’un gris terreux. Les yeux roulaient nerveusement dans leurs orbites. Il avait peur. Peur qu’un mal auquel il ne comprenait rien, mais qu’il assimilait à la folie, le gagnât sans raison.
Alors je me sentais contagieux. J’avais la nette impression que toute autre pathologie aurait suscité, sinon la compassion, du moins une forme d’indifférence polie. L’hyperacousie était bien la cause du « rejet » dont j’étais « victime ». Que l’on ne se méprenne pas. J’ai toujours évité d’en parler quand la nécessité de l’exigeait pas. Mais si vos voisins écoutent chaque soir de la techno, l’argument hyperacousique vous semblera suffisamment convaincant pour leur faire entendre raison… Ce fut de ma part une erreur de jugement. Il aurait mieux valu que je ne n’aborde jamais cette histoire d’hyperacousie : sujet casse-gueule, dialogues inintelligibles, épilogue incertain.
Non, il fallait jouer la folie, les autres se chargeraient du texte et des sous-titres. « Il est à moitié fou quoi » ai-je une fois entendu à travers ma porte. C’était deux voisins qui devaient très certainement juger mon attitude recluse peu conforme aux pratiques villageoises (absence remarquée à la tombola annuelle). ça faisait de moi un « demi fou ». ça m’allait bien. Du reste, je ne suis pas certain d’être totalement sain d’esprit. En toute subjectivité, je placerai la barre de la folie un peu moins haut, disons un tiers.
N’ayez crainte, un tiers de fou n’est pas contagieux.

lg share fr De la contagion

Articles liés

Comments (2)

tout à fait exact ,on me traite moi de débile mentale!

Pareil pour le débile mental…les gens ne comprennent pas ou ne veulent pas comprendre. Pourquoi ? On est différent avec un handicap non visible et meme non reconnu. La médiocrité de notre société en est la raison : l’individualisme, l’ego, l’indifference, le sentiment d’etre au dessus de tout et enfin le culte de l’extrême dans tous les domaines (y compris la pollution sonore) sont les nouvelles valeurs de notre société.
« On » ne sait plus vivre simplement et pire vivre heureux. Les malades, handicapés ou les personnes ayant subit des épreuves difficiles ont beaucoup plus de recul par rapport à tout cela.

Rédigez un commentaire