Articles commentés

Tapage nocturne: amende de 68 euros

Désormais le bruit qui dérange le voisin se paiera cash, sans jugement. Alors attention à la musique, à la tondeuse ou…au chien. Un voisin qui confond son appartement avec une discothèque tous les week-ends. Une tondeuse qui vous tire du lit le dimanche à 7 heures, un chien qui aboie sans...

lire la suite

http://twitter.com/Artnono

Harcèlement sonore

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 30-06-2016

Mots-clefs :,

0

Il me faisaient souffrir. Dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne, ils klaxonnaient. Oui, ils me faisaient souffrir et ils le savaient. J’entendais nettement la voiture frôler la maison, couleuvre métallique qui hurlait soudainement sa plainte mortifère tandis que je me tordais de peur dans mon lit.
Chaque jour, ils enfonçaient un peu plus le clou du klaxon. Parfois, quatre coups, une autre fois, un long gémissement de quatre secondes.
Il y avait des jours de pause. Je les remerciais pour tant de bienfaits. Bravo mes bourreaux !
Merci de respecter shabbat…

Qui étaient-ils au juste ces thénardiers modernes ? de pauvres gens sans foi, bien plus malheureux que moi en somme, puisqu’ils avaient besoin d’un plouc émissaire pour les aider à supporter le fardeau de leur existence, aussi vide que leurs bouteilles de whisky.

Elle : Harpie, yeux injectés de sang, teint olivâtre, crie beaucoup (surtout sur moi).
Lui : court, énorme, regard qui hésite entre la bêtise et le vice, mélange de Mr Hyde et de Bouddha.

Et puis j’ai changé de maison, j’ai changé de voisins, adieu les klaxons de l’enfer ! « même pas peur » comme disent les cons, ou plutôt « même plus peur »…

Billet retour

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 30-06-2016

Mots-clefs :

7

Des années que je n’ai plus écrit ici, de longues années sans une seule ligne : plus rien à dire, trop à taire, l’angoisse du billet blanc, trop de cafard, pas assez de café…
Des mois sans lire : trop d’excuses, de réseaux soucieux, d’écrans d’arrêt. Enfin, le 30 juin 2016, je n’avais toujours rien à dire, mais il fallait que je le dise, et que je le dise bien.
Peu à peu, je savais que ce « rien » deviendrait un « quelque chose », et en attendant ce « quelque chose », il faudrait bien passer par ces « petits riens ».
Et puis il y avait les abonnés et les commentateurs, je ne pouvais décemment pas laisser tomber : Panda75, Chips35, Ali Gator, French Caca, etc.
De nouvelles recherches venaient regonfler les voiles, le vent d’espoir soufflait fort, fallait pas lâcher la barre dans les courants contraires, ç’aurait été bête de chavirer si près de la crique ensoleillée. Oui ! dans quatre ans, on sera tous guéris, grâce à un comprimé sublingual à prendre pendant quinze jours. Dans quatre ans je ferai le tour du monde, je me fais cette promesse maintenant, sinon je ne la tiendrai jamais. L’aventure, enfin ! très loin, je connais trop bien le coin de la rue…
En attendant cette heure libératrice, je me fais cette autre promesse d’écrire régulièrement sur Hyperblog pour vous informer, vous divertir, et plus certainement vous ennuyer.