Articles commentés

Remèdes naturels contre les acouphenes

Il n’y a que la foi qui sauve (et encore…) . Voici une liste de remèdes naturels glanés sur passeport santé.Certains peuvent soulager, peuvent aider à mieux dormir. Libre à chacun de se faire une idée.Les escrocs modifient la liste et la vendent en PDF… je vous fais gagner 30...

lire la suite

http://twitter.com/Artnono

Changer le regard du Handicapé

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 26-07-2016

Mots-clefs :

1

Le mot revenait le plus souvent lorsque je devais décrire ma situation : j’étais « handicapé ». Avant, il ne recouvrait aucun sens précis pour moi. En présence d’un handicapé, je me m’intéressais à la personne et faisais fi de la tare dont elle était affligée. Et si par malheur, elle évoquait ses déboires existentiels, je tentais, comme l’aurait fait n’importe qui, de la rassurer sur le fait que cela n’avait aucune espèce d’importance.
J’étais jeune, bien portant, j’avais du succès auprès des filles, aucune préoccupation matérielle n’assombrissait mon front, et, comble de l’outrecuidance, je me permettais de donner des leçons à ceux qui avaient vécu le malheur depuis l’enfance…
Ce qui me frappait, c’était leur regard empli d’une tristesse profonde, quotidienne, contre laquelle il était vain de lutter.
Aujourd’hui, quand je cède la mode du selfie, je vois apparaître ce même regard, à demi éteint, et dont les seules lueurs semblent provenir d’une obscure fatalité…
Leur slogan se résumait à : « Changer le regard sur le handicap », alors qu’il fallait changer le regard du handicapé…
Je jouais la comédie du valide, mais je jouais presque toujours mal, j’avais l’impression d’être nu sur scène et d’avoir oublié mon texte.
A ceux qui étaient au courant, je rabâchais comme un mantra : « je vais mieux, y’a de l’espoir, bientôt je serai guéri », l’auto-persuasion plutôt que le désespoir si simple à accueillir, et à héberger chez soi pendant des années…

lg share fr Changer le regard du Handicapé

Articles liés

Comments (1)

Bel article. Je me suis fait une réflexion similaire lorsque je suis passé du « côté obscure de la force ».
D’ailleurs, j’en ai fait la promesse, si un jour j’ai un semblant de vie normale, je choisirai un métier pour aider les personnes en situation de handicap. Moi je parle souvent des gens « normaux », on aime bien les normes, c’est à mode…

Dans le domaine auditif, je compare aussi souvent notre situation d’hyperacousique/acouphènique sévère aux personnes qui disent « ah oui moi aussi j’ai eu mal aux oreilles et des acouphènes après un concert » comme si ils comprenaient le handicap…

De manière générale, il est très compliqué de comprendre un handicap lorsqu’on ne l’a pas vécu soit même (égoïsme grandissant de notre société oblige).

Rédigez un commentaire