Articles commentés

http://twitter.com/Artnono

La médecine chinoise et nos oreilles

Posted by Nono | Posted in prevention, santé | Posted on 07-01-2009

5

bande La médecine chinoise et nos oreilles

J’avoue m’être intéressé au taoïsme par la lecture du Tao Te King de Lao Tseu. Je vous le conseille.
Une sagesse millénaire, une mystique de la nature, une harmonie avec le cosmos, bref ! C’était bon y’a 2500 ans. Aujourd’hui, essayez de faire du Taï Chi sans être déconcentré par un scooter japonais
Quant à la médecine chinoise, je ne sais trop qu’en penser. J’ai bouffé, pendant des semaines, d’indigestes et peu ragoutantes gélules noires contenant des dizaines de plantes, toutes plus exotiques les unes que les autres, un remède naturel sans succès… Prêt à n’importe quel sacrifice pour mettre fin à l’hyperacousie, je me suis auto-planté, devant un miroir, d’immenses aiguilles autours des oreilles.
Valait mieux pas rater son coup…
Rien n’a marché. J’ai donc tiré un trait sur mes idéogrammes…
Mais qui suis-je pour émettre l’ombre d’une critique à l’encontre d’une médecine vielle de 3000 ans ? Médecine préventive avant tout, mais qui fait aussi ses preuves dans les hôpitaux chinois.
Je publie donc ce texte de Chinamed que je trouve plutôt bien troussé. Les recettes populaires à la fin sont assez cocasses…

« Acouphènes et maladie de Menière ; causes et traitements

J’ai dû manquer de précision dans un de mes messages précédents. En fait la médecine chinoise peut être efficace pour tous les types d’acouphènes et non seulement pour ceux qui sont liés à la maladie de Menière.

Comme je ressens un intérêt certain pour la médecine chinoise, qui peut apporter de nouveaux espoirs à certains, je donne quelques informations supplémentaires. Je comprends qu’un manque de communication avec son médecin chinois ne soit pas une expérience très agréable. Sans doute s’agit-il d’un praticien d’origine chinoise qui ne maîtrise pas bien la langue. Dans ma pratique, je considère qu’il est important que le patient sache quels sont exactement la cause et le mécanisme de sa maladie et comment je compte y remédier. Cela aide à ‘diriger nos deux volontés vers le même but’, qui est celui de la guérison. C’est la ‘connivence’ dont parlait Gérard. En général les explications sont évidemment simplifiées, car la plupart des patients ne sont pas familiarisés avec le discours scientifique de la médecine chinoise… mais c’est assez facile à saisir et très raisonnable.

Voici donc quelques informations complémentaires résumées.

Les acouphènes sont cités pour la première fois comme maladie (plus traitement) dans un manuel médical chinois du 6me siècle. Depuis lors son diagnostic et ses traitements se sont largement diversifiés jusqu’à ce jour. Malgré cette recherche et cette expérience de 14 siècles… on n’arrive cependant pas encore à guérir cent pourcent des patients. Cependant les statistiques dont je dispose actuellement accusent un taux d’efficacité de plus de 80%. (Ce taux d’efficacité se divise selon les critères suivants : 1. Guérison, 2. Grande amélioration, 3. Légère amélioration ; 4. Pas d’amélioration. Le pourcentage total de l’efficacité se fait par l’addition des points 1 à 3).

Voici quelques causes des acouphènes suivant la médecine chinoise (dans le désordre) : une maladie chronique débilitante, des excès sexuels, le surmenage physique ou intellectuel, les problèmes émotionnels, le vieillissement, une alimentation ‘déréglée’, les atteintes virales, les traumatismes, les tumeurs, les maladies pyogènes, etc. Certains s’y reconnaîtront sans doute, tel qui s’est brisé les reins dans la préparation de ces examens, tel autre ayant été gravement blessé dans ses émotions, tel autre enfin, ayant trop profité des plaisirs de la vie, etc… tel autre finalement, ne se trouvant aucune cause et étant né avec ce facteur héréditaire (qui n’est pas nécessairement un gène spécifique, mais un type d’affaiblissement relaté à une quelconque fonction physiologique se rapportant aux acouphènes).

En médecine chinoise, les acouphènes se traitent principalement par la médecine aux herbes (phytothérapie) et l’acupuncture. Pour un étudiant (et sans doute le médecin chinois plus tard dans sa pratique), c’est une des pathologies les plus complexes (je ne dois certainement pas vous convaincre de cela). On distingue actuellement 5 mécanismes pathologiques principaux et pas moins de 18 complications. Cela fait une base de 23 mécanismes pathologiques fondamentaux, dont plusieurs d’entre eux peuvent se combiner. Chacun d’eux se développera chez une personne qui a ses particularités physiologiques personnelles (ce qu’en homéopathie on appelle le terrain), ce qui crée autant de tableaux cliniques individuels. C’est compliqué. Mais les médecins chinois dûment formés sont entraînés à ce type d’approche. C’est compliqué… mais cela veut dire aussi que la médecine chinoise dispose d’une connaissance médicale et thérapeutique qui permet de diagnostiquer cette maladie avec sérieux et de la traiter. Voilà de nouvelles raisons d’espérer.

Le problème est qu’en France il n’y a que peu de vrais médecins chinois qui ont eu cette formation (dans les formations abrégées habituelles des praticiens d’acupuncture en France, le nombre de syndromes étudiés se limite actuellement à cinq – meilleur manuel disponible actuellement). Seuls les quelques médecins chinois ayant eu une formation universitaire complète en la matière (y compris les quelques praticiens diplômés de l’Institut Guang Ming en Suisse qui ont également eu cet enseignement, dont deux français) disposent du potentiel nécessaire à traiter sérieusement. C’est notamment pour faire face à ce problème que je publierai bientôt un ouvrage reprenant dans le détail les protocoles de diagnostic et de traitement des acouphènes suivant la médecine chinoise. Espérons que l’élargissement de cette connaissance profitera au plus grand nombre.

Pour terminer… et comme j’ai pu constater qu’au-delà de la souffrance vous savez faire preuve d’humour, je terminerai par une recette populaire chinoise pour traiter les acouphènes et qui, dans certains cas, semble avoir fait ses preuves : « jeter un morceau de fer chauffé au rouge dans l’alcool blanc. Boire cet alcool et en même temps placer un morceau de magnétite dans les oreilles et l’y garder toute la journée (l’enlever la nuit) ». Cela dégage les orifices des oreilles, diminue les acouphènes et favorise une ouïe qui décline. Une dernière qui est très jolie et qui s’applique surtout à la surdité : « Prendre un morceau de magnétite de la grandeur d’un grain de soja et y ajouter un peu de carapace de pangolin grillé. Envelopper dans du coton et introduire dans l’oreille atteinte. Garder un morceau de fer dans la bouche. La formule commence à avoir de l’effet quand on peut entendre un bruit comme le vent et la pluie dans l’oreille ». Que ces deux petites recettes ne vous mettent surtout pas sur une fausse voie. Elles sont amusantes, mais ne diminuent en rien la profondeur et le sérieux de l’approche des acouphènes en médecine chinoise.

J’espère ne pas vous avoir lassé. Je ne veux pas ‘squatter ce site’… mais compte tenu des demandes d’information que je reçois, je pense que ce genre d’information peut être utile pour le plus grand nombre. Et qu’on s’en souvienne : même si la médecine chinoise dispose d’un arsenal diagnostique et thérapeutique impressionnant, elle ne guérira ou n’améliorera qu’une partie des patients. Il faut espérer… mais savoir garder les pieds sur terre. »

Le bruit infernal des écoles maternelles

Posted by Nono | Posted in prevention, santé | Posted on 13-01-2009

0

Redimensionnement de Redimensionnement de Cantine Le bruit infernal des écoles maternelles

Voilà un autre endroit où le bruit constitue une cause certaine de troubles auditifs.
D’ailleurs, nombreux sont les enseignants ou le personnel des cantines qui viennent témoigner sur les forums de leur difficultés à faire face au handicap dans une école. La plupart sont atteints d’hyperacousie ou d’acouphènes.
Près de 120 dB ont été relevés sous les préaux et dans les cantines. Difficile dès lors d’éviter la pollution sonore.
Malgré des normes plus strictes en matière d’acoustique et un arrêté de 2003 qui impose un seuil de bruit à ne pas dépasser dans les écoles maternelles, aucun diagnostic n’a été réalisé pour améliorer l’isolation phonique à l’échelle nationale. Les parents d’élèves et le personnel des écoles se trouvent donc dans l’obligation de déposer une plainte auprès du maire de leur commune, afin d’obtenir la réalisation des travaux nécessaires.

« Certains bâtiments scolaires construits avant 1995 ont tendance à réverbérer les sons et amplifier les bruits, générant stress et fatigue chez les jeunes enfants.

La semaine du son, qui débute lundi, s’intéresse cette année à l’acoustique des bâtiments et tout particulièrement des écoles maternelles. Le problème est important mais largement ignoré chez nous, contrairement à ce qui se passe en Europe du Nord et dans les pays anglo-saxons. En effet, il arrive encore trop souvent qu’en milieu scolaire les très jeunes enfants et le personnel scolaire soient exposés à des niveaux sonores dépassant les 80 décibels (db) dans les préaux couverts, les cantines, voire même dans certaines salles de classe. »

La Suite ICI

Un soir d’hiver à la guinguette Pirate

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 09-06-2009

0

Oui c’était l’hiver, je crois, car je portais une affreuse doudoune noire dont l’unique utilité était de me protéger du froid parisien. Laurence m’appela, elle habitait rue du dessert des bourges, la rue juste en face de la rue de Pâté.
J’aimais bien cette hypocrite bourgeoise (pléonasme) qui avait remarqué l’intérêt que je lui portais. Elle en faisait des tonnes, soufflant le chaud et le froid, comme elles savent si bien faire pour activer le foyer du désir et l’étouffer brutalement dans un rictus de satisfaction… Ce soir là, le téléphone retentit dans la cuisine avec des accents funèbres, un « dring » qui aurait dû me mettre la puce électronique à l’oreille. Elle ne disait jamais « allo », gardait une silence pesant durant cinq secondes, envoyait brutalement « c’est Laurence ! ». Un moyen de désarçonner l’interlocuteur, une ruse de siou adolescente dont je n’étais pas dupe.
- Y’a un concert de rock ce soir à la Guinguette Pirate, ça te dit?
Que n’aurais-je accepté pour revoir ce sourire carnassier et cette blanche nuque patricienne aux grains de beauté géométriquement sensuels comme les points des dominos !…
-Allons-y ! dis-je d’une voix que je voulais assurée.
Direction Quai de Bercy, arrêt guinguette Pirate.
La pont de Tolbiac vibre déjà, pilonné par la batterie tellurique, un dernier coup de semonce avant la pause, et nous rentrons dans cette péniche du diable qui décidera de mon destin. L’embarcation est d’un rouge vif comme des lèvres maquillées ondulant à la surface du fleuve obscure.
La lumière des spots se reflète sur la Seine tels de petits bûchers dans le nuit. Enfin, l’air électrique pénètre les poumons et refroidit l’échine en même temps qu’il se disperse en mille et un fourmillements à travers le corps. Cette fois, la fourche du son entame son travail de pique auditive. C’est parti… Le premier accord de guitare électrique commence par un larsen, mais rien ne décourage le groupe miteux dont le chanteur se prend pour le frère caché de Migg Jagger. Tous font des mouvements de tête hystériques. Je me rends compte que je suis pris en étau entre deux amplis. Les forgerons sans ouvrage martèlent le fer de nos têtes déjà bien cabossées par l’alcool. Devant nous, se succèdent en effet, sur des tables en bois, des verres de bière en plastique dont le houblon ne fait pas oublier l’infâme arrière-goût de pisse. Laurence se tient à côté de moi, sur un banc interminable où les paires de fesses des bourgeois s’alignent vulgairement comme les têtes du cimetière des innocents… Nous hurlons pour nous comprendre ; la gorge brûlée par tant d’efforts vains, nous finissons par adopter la langue des signes ponctuée de monosyllabes et de borborygmes maltés.
-Hein ? oui, non, aime pas ! J’AIME PAS, JE TE DIS !…

La suite par ici

Le doux bruit des vagues

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 03-06-2009

1

Je ne sais pourquoi le bruit des vagues m’apaise, il suffit que le vent soit de la partie pour que ces deux bruits blancs aient un pouvoir d’atténuation immédiat sur l’hyperacousie. Aussi, allongé sur la plage, je peux supporter bon nombre de bruits qui me seraient insupportables ailleurs. Plusieurs personnes m’avaient fait cette réflexion : « La mer apaise l’hyperacousie, c’est indéniable ». Je ne me suis jamais senti aussi « normal » que sur une plage, comme un sanctuaire ou je n’aurais à craindre les multiples bruits de mes contemporains. Je ne rate pas une miette des scènes burlesques qui se déroulent comme des vagues sous mes pieds.
-Je veux être enterrée aussi, dit une gamine tandis que ses frères ensablent jusqu’au cou le plus petit de la fratrie.
-Personne ne veut m’aider à m’enterrer, insiste t-elle. Ses mains fouissent le sable, son visage exprime de l’agacement, mais elle met du cœur à l’ouvrage pour recouvrir de quartz humide son corps potelé. Deux autres petits blonds passent devant ma serviette, l’aîné traîne d’une main un immense congre désorbité au corps desséché. L’affreuse gueule du monstre fait admirer ses dents saillantes et grisâtres.
- Tu verras, ça va leur faire plaisir ! dit-il à son frère…
L’eau est glaciale mais j’y suis comme un congre, je nage jusqu’à l’oubli… Je comprends le plaisir des navigateurs, des surfeurs. Ce même plaisir, cette même sérénité, je les ai éprouvés en courant dans la forêt, sous le vert parasol des chênes.

J’ai l’oreille absolue

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 09-06-2009

2

ah ! j’aurais dû travailler dans un sous-marin comme me l’avait conseillé un médecin-guérisseur peu au fait de l’hyperacousie. Je me souviens de ce type, petit brun râblé à l’aura franchement contestable. S’il rayonnait d’une quelconque façon, c’était grâce à sa lampe frontale.
- Installe-toi ( Le tutoiement affectif, ça marche pas sur moi. On n’a pas gardé les malades ensemble…)
-Oui oui, je vois l’hyperacousie… hum… tu as songé à jouer de la musique ? tu as sûrement ce don : l’oreille absolue… je le regarde avec un étonnement mêlé d’une cruelle pointe de déception.
- Tu sais, dans les sous-marins, on a besoin de gens comme toi … Je m’imagine alors accorder les violoncelles à l’intérieur d’un monstre des mers plongé à 6000 mètres de profondeur…`je me demande si je ne suis pas dans une arrière salle secrète de l’ANPE pour qu’il oriente la conversation sur mon avenir professionnel avec autant d’insistance.
Finalement, sans prévenir, il me plante une énorme aiguille dans le petit doigt de pied. C’est, en acupuncture, la zone qui soigne l’hyperacousie en fonction du méridien de Greenwich. Je suis rassuré après avoir mordu le haut du fauteuil, lequel fauteuil a conservé depuis la trace du râtelier. Ensuite, il s’enquiert de mon signe astrologique, me dresse une liste complète de médicaments homéopathiques correspondant à mon thème astral. Quinze boîtes du Nux vomica 15 CH, en veux-tu en voilà ! des montagnes de granules à ingurgiter trois fois par jours, un Everest sucré à engloutir !…
Je retiens une chose : j’ai l’oreille absolue, et celle là au moins, on ne me l’arrachera pas…

Acouphene-Allo-docteur-France 5

Posted by Nono | Posted in prevention, santé | Posted on 06-09-2010

5

Je viens de regarder l’émission Allo docteur sur France 5. Cela faisait longtemps que Marina et Michel n’avaient invité le docteur Londero pour parler d’acouphènes. La dernière fois, je me souviens avoir pris des notes pour en faire un résumé rageur ici-même. Cette fois-ci, c’est une première, à aucun moment je n’ai été énervé par ce qui a été dit, ce qui, je l’avoue, va faire perdre beaucoup de charme à ce billet. Je pense que le fiasco de la dernière émission d’Allo docteur n’est pas passé inaperçu aux yeux des responsables de France Acouphènes. Aussi, le docteur Londero s’est-il appliqué a ne pas heurter la sensibilité des acouphéniques. On ne retrouve plus ce ton péremptoire exaspérant, et c’est avec surprise que je l’entends dire « Je n’en sais fichtre rien » à propos du lien stress-acouphènes…
L’invitée témoignait dignement -on met le mot « dignité » à toute les sauces maintenant…- et timidement de sa difficulté à vivre la tête emplie de sifflements très aigus. L’origine de ses acouphènes serait un traitement médicamenteux ototoxique. Elle parlait également d’hyperacousie. Pour une fois que le terme est expliqué sans que le mal soit minimisé, il y a de quoi en tirer satisfaction. Il était aussi question d’un prof atteint d’hyperacousie qui a eu le droit à un début de compassion de la part du Docteur Londero : « avec 30 élèves, ça doit être infernal » souligna t-il, et d’ajouter que cela posait la question de la reconnaissance du handicap. Bon, une simple réserve tout de même. Vers la fin de l’émission on assistait à la sempiternelle séance de sophrologie télévisée. Et la gentille sophrologue de service a failli gâcher la bonne impression du début en insistant sur le stress. Mais enfin, si certains sont calmés par des voix de hot lines pour sous-dépressifs, je ne vois rien à redire.

Privé : Acouphènes : la parabole des aveugles

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 30-05-2009

2

2009 07 19 142643 Acouphènes : la parabole des aveugles
Je ne me lasse pas de lire les commentaires des guerriers de la gratte électrique qui bombent le torse en encaissant les distorsions… Celui là choisit l’ironie faussement désabusée. En cela, les kamikazes du son ne diffèrent pas les uns des autres. ils jouent à se faire peur comme des marmots. Ils préfèrent en rire bourgeoisement. Les acouphènes, l’hyperacousie, la surdité sont pour eux le trio perdant de la fatalité. Seulement, ce sont les premiers à venir pleurnicher dès que le mal est fait tellement ignorants des troubles auditifs qui les menacent… Je n’ai rien contre le fait que l’on se moque d’un handicap, de toute façon les comiques troupiers de « l’intelligentsia » savent nous guider vers la voie d’une belle morale de l’autodérision comme antidépresseur naturel… « Les handicapés sont les premiers à me demander de me moquer d’eux » déclarait le très délicat clone de Desproges : Stéphane Guillon. Toute la société du spectacle le considère comme un modèle d’impertinence. Gageons que l’on assistera à une levée de boucliers quand l’humaniste Philippe Val le mettra à la porte de France Inter…
Fermons cette digression, le problème n’est pas de se moquer mais de savoir de quoi on se moque… En parcourant d’un regard distrait les trop nombreux blogs où il est question d’acouphènes, je me rends compte que l’on y fait allusion pour tout et pour rien, pour un concert trop fort comme pour quelqu’un qui entend des voix, pour un film qui n’a rien à voir avec son titre comme pour un groupe de rock qui prétend faire preuve d’humour… C’est dans cette minimisation constante d’un mal dont on ignore l’essentiel que réside la réussite des fausses campagnes de prévention. A vouloir absolument rire de tout, dans une société où le rire est la norme bêtifiante, où chacun est sommé de prouver qu’il est un petit cynique merdeux alors qu’il adhère pleinement au cynisme consensuel de son époque, nous chutons sur un autre imbécile d’aveugle, comme dans la parabole…
« Après avoir fait saigner de nombreuses oreilles à Bercy en février dernier (véridique, faites un tour sur les forums des fans d’AC/DC), le concert d’Angus Young et ses compères à Munich du 15 mai aurait provoqué pas moins d’une centaine de plaintes pour nuisance sonore. »…
« Cette info blasera certainement tous les guitaristes d’appartement (moi y compris) obligés de pousser à fond les 5 watts de leur micro-cube pour couvrir le bruit de la télé de la mamie du dessus en train de regarder Derrick (je sais, ça sent le vécu).« 
http://blog.unplugged-cafe.org/amis-des-acouphenes-bonjour

Après la torture sonore sur musulmans, le groupe de sexagénaires sadiques ACDC s’illustre désormais dans la torture acoustique sur engagés occidentaux…

Centres d’appels : SOS acouphènes

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 16-01-2009

0

indiacallcenter thumb 450x297 Centres dappels : SOS acouphènes
centre d’appels en Inde

Une lectrice me fait savoir par mail qu’elle vit un véritable cauchemar éveillé. Huit heures par jour, elle travaille sur une plateforme téléphonique de plus de 30 personnes. Entre les conversations permanentes et les sonneries de téléphone, on imagine facilement le stress auditif constant et ses répercussions sur l’audition.
 » C’est un enfer » est l’expression qu’elle emploie et je ne pense pas qu’elle soit exagérée…
J’ai souvenir d’une personne atteinte d’hyperacousie et continuant bon an, mal an, son travail on ne peut plus pénible. Une pollution sonore insidieuse…

Même le centre d’appel de la Caisse primaire d’assurance maladie du Tarn a connu trois cas de traumatismes acoustiques, en l’espace de quelques mois. Les salariés auraient, en effet, essuyé des rafales de « bips » meurtriers traversant leurs casques de qualité médiocre.
La CNAM s’est donc trouvée dans l’obligation d’investir dans des limitateurs sonores haut de gamme.

« La direction de la Caisse primaire d’assurance maladie du Tarn n’a pas traîné, depuis que mercredi l’une des conseillères de la plate-forme téléphonique a été victime d’un choc acoustique, le 2e survenu en quelques jours et le 3e accident depuis fin septembre (La Dépêche du Midi du 6 novembre).« 

ARTICLE DÉPÊCHE DU MIDI

Les cellules souches pour soigner les AVC

Posted by Nono | Posted in prevention, santé | Posted on 20-01-2009

3

En Grande-Bretagne, la recherche progresse. les scientifiques peuvent désormais utiliser les cellules souches de fœtus avortés, dans le but de soigner les AVC .
Après injection de cellules souches, la régénération de cellules permettrait au patients victimes d’un accident vasculaire cérébrale de recouvrer leurs facultés physiques et mentales.
Les premiers essais (qui dureront deux ans) commenceront l’année prochaine. Le but consiste à injecter des cellules souches à 4 groupes de 3 patients.
Les cellules souches sont produites en laboratoire à partir de cellules de cerveaux de fœtus .
Elles s’adaptent à tous les tissus du corps humain. Les tests sur les rats cobayes montrent qu’elles peuvent faire gambader à nouveau les rongeurs handicapés par une attaque…
Selon les scientifiques, une seule injection serait nécessaire pour soigner l’être humain.
Côté anti-avortement, la riposte ne s’est pas faite attendre, les militants parlent de  » vie sacrifiée pour des bénéfices hypothétiques ».
On pourrait leur répondre qu’il ne s’agit pas de « vie sacrifiée », étant donné que les fœtus utilisés sont déjà morts…
La Grande-Bretagne (par l’entremise de l’Agence nationale de régulation des produits de santé et médicaments) est le premier pays à autoriser les scientifiques à pratiquer l’injection de cellules souches, le remède de l’avenir.
Espérons que cette avancée médicale profitera rapidement aux autres malades, handicapés, et bien entendu, aux handicapés auditifs atteints d’acouphènes, de surdité ou d’hyperacousie.

source : Maxisciences

Quelle protection auditive utiliser contre le bruit ?

Posted by Nono | Posted in prevention, santé | Posted on 16-03-2010

7

Quelle protection auditive nous convient le mieux ? Il y a quelques années j’avais opté pour des bouchons moulés pianissimo, et un casque antibruit actif. De même, je portais parfois un casque de bruit blanc que je réglais en fonction du bruit environnant.
Or, il se trouve que cette surprotection n’est pas bonne, non pas en raison de l’isolement au bruit, mais tout simplement parce que l’afflux sanguin va augmenter tout naturellement l’hyperacousie et les acouphènes lorsque nous allons retirer le casque antibruit et les bouchons moulés qui compriment l’oreille à l’excès. Par la suite, j’ai suivi aveuglement les conseils de « non-protection » consistant à s’exposer « à l’arrache », à respirer bien fort quand un 38 tonnes déboule à 150 km/h tout en klaxonnant exprès (car le routier sait que vous êtes hyperacousique sévère et paranoïaque). Oh la délicate musique de la tronçonneuse ! j’avais oublié cette mélodie tellement bucolique. Le docteur Peigne-cul a bien raison quand il classe les tapettes pleurnichardes qui ne veulent pas se soigner d’un côté, et de l’autre les valeureux bouddhistes zen, futurs entrepreneurs toujours calmes, sûrs d’eux-mêmes, les dents rayonnantes de réussite, le teint hâlé par le soleil de la fortune.

Mais, revenons à nos bouchons…J’opte désormais pour une solution efficace (désolé pour cette expression publicitaire mainte fois resucée, beurk !). Les bouchons en mousse Quies (je ne gagne rien à les nommer) me semblent les plus souples et les plus protecteurs contre le bruit. Il est vrai que l’on ne passe pas inaperçu en portant du fluo vert dans les portugaises, car la stratégie commerciale consiste justement à faire en sorte qu’ils soient vus en discothèque ou en concert. Eh machin ! t’as quoi dans les oreilles ?… Toujours est-il que les montagnes russes de l’hyperacousie me semblent plus facile à gravir ou à descendre depuis que j’ai rangé les bouchons moulés dans un tiroir. Du reste, Le prix aurait dû me mettre la puce à l’oreille… Gardez-vous bien de dépenser des fortunes en la matière, vous vous apercevrez assez rapidement que l’investissement sera nul….