Articles commentés

Karaoké géant, bouchez-vous les oreilles !

Yahoo organise le 5 juillet prochain un karaoké géant sur le Champ-de-Mars au profit d’une œuvre caritative, mais surtout pour se faire un joli coup de pub. En effet, le moteur de recherche avait regroupé pas moins de 130000 gogos à Londres, le 30 avril dernier, pour entonner « Hey...

lire la suite

http://twitter.com/Artnono

Harcèlement sonore

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 30-06-2016

Mots-clefs :,

0

Il me faisaient souffrir. Dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne, ils klaxonnaient. Oui, ils me faisaient souffrir et ils le savaient. J’entendais nettement la voiture frôler la maison, couleuvre métallique qui hurlait soudainement sa plainte mortifère tandis que je me tordais de peur dans mon lit.
Chaque jour, ils enfonçaient un peu plus le clou du klaxon. Parfois, quatre coups, une autre fois, un long gémissement de quatre secondes.
Il y avait des jours de pause. Je les remerciais pour tant de bienfaits. Bravo mes bourreaux !
Merci de respecter shabbat…

Qui étaient-ils au juste ces thénardiers modernes ? de pauvres gens sans foi, bien plus malheureux que moi en somme, puisqu’ils avaient besoin d’un plouc émissaire pour les aider à supporter le fardeau de leur existence, aussi vide que leurs bouteilles de whisky.

Elle : Harpie, yeux injectés de sang, teint olivâtre, crie beaucoup (surtout sur moi).
Lui : court, énorme, regard qui hésite entre la bêtise et le vice, mélange de Mr Hyde et de Bouddha.

Et puis j’ai changé de maison, j’ai changé de voisins, adieu les klaxons de l’enfer ! « même pas peur » comme disent les cons, ou plutôt « même plus peur »…

Un village français

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 23-07-2014

Mots-clefs :,

24

Il a fallu que j’y aille encore une fois. Trois jours que quarante personnes piaillaient, riaient, ripaillaient sous mes fenêtres. Alors, après la fête, il a bien fallu que je m’explique avec le vieux. Un voisin » exemplaire », au profil de prof de sciences, qui ne daigne plus lever la main pour me saluer depuis des mois déjà. En passant en voiture, j’ai fait marche arrière, lui a fait comme si je n’étais pas là, comme si je n’existais pas. Alors je lui ai lancé un « bonjour » bien sonore pour qu’il tourne la tête
- Merci pour les pétards fusée ! la prochaine fois je fais le 17 et je porte plainte.
Il s’est mis à ricaner d’un air sournois.
-Arrêtez de rire…
- Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise, ce sont les enfants, on ne peut pas parler avec vous.

Non, ça n’était pas les enfants, je les ai bien vus à travers le velux, des vieux riant aux éclat tandis que la fusée décollait du sol en sifflant, et puis ce bruit à la fois festif et guerrier, cette poudre qui hurlait son désespoir avant de disparaître dans l’air tiède, consumée, apaisée, sereine…

Le vieux prof de sciences s’est mis vraiment à rire quand je lui ai demandé de me prévenir.
Alors , c’est comme si le même pétard fusée avait éclaté en moi… j’ai fondu sur lui, j’ai saisi le col de chemise . J’ai senti ce corps encore robuste tenter de faire face. Alors, il a appelé sa femme: « Françoise ».
-Il m’a frappé !

Françoise, bretonne typique palote et menue, est arrivée à la rescousse. Griefs en tous genres, reproches, culpabilisation. Là j’ai commencé à réaliser la portée de mon geste. Non je ne l’avais pas frappé, mais son mensonge en annonçait peut être d’autres aux gendarmes qu’il ne manquerait pas d’appeler. C’est ce que je me suis dit en imaginant que c’était bien le genre de type à porter l’affaire devant un tribunal.

Le voici qui file, comme un serpent, chez d’autres voisins, « il m’a frappé » entends-je.
J’ai juste le temps de les rejoindre. Et là je ne suis pas le bienvenu, le gros alcoolique, qui est également le propriétaire de la maison, me dit » dégage » d’une main secouée en revers lifté.
Sa femme « crie volontairement » annonce t-elle.
« Je t’avais bien dit qu’il était malade », lance t-elle à son mari qui me fusille du regard avec une baïonnette de crainte tout de même.
Le vieux prof de science est prostré sur sa chaise, la tête baissée, il semble traumatisé, alors qu’il y a quelques secondes il enjambait gaillardement l’escalier qui menait à la terrasse de son voisin « justicier ». Il donne en effet l’impression de quelqu’un qui aurait été frappé, mais sans que l’on distingue l’ombre d’une trace de coup sur le visage…

Je me sens infiniment seul au milieu de ces êtres qui me hurlent dessus. Non, décidément je ne suis pas fait pour vivre en société. Oui, elle a peut être raison cette grande brune édentée « ça n’est pas un hôpital ici, c’est un village, et on s’entend tous bien ». Qui suis-je pour venir troubler la belle quiétude d’un village français ?…

« Cela fait deux cent ans ans que ma famille habite ici » finit par lâcher la vieille bretonne à court d’arguments.
Quant à moi, j’ai l’impression d’y être emprisonné depuis des milliers d’années…

Témoignage d’espoir

Posted by Nono | Posted in prevention, santé | Posted on 08-03-2013

Mots-clefs :, , , , , ,

18

Bonjour, je m’étais promis de venir témoigner dès que j’irais mieux, je me suis donc permis d’écrire ce pavé, en espérant qu’il puisse redonner espoir à certains…
Merci d’avance s’il est publié icon smile Témoignage despoir

J’ai 26 ans et je suis enseignant à l’île de la Réunion. Je suis aussi dingue de musique et je joue de la basse dans un groupe de rock depuis 1 an environ.
Voilà comment cela s’est passé pour moi. Fin avril 2012, j’ai attrapé une otite qui a été mal soignée et que j’ai gardée pendant deux mois, avec l’oreille gauche complètement bouchée. J’ai quand même continué à faire de la musique, sans protection puisque je n’avais pas le droit de mettre quoi que se soit dans mes oreilles. De même, j’ai écouté de la musique au casque à volume important, pour compenser cette «perte» d’audition.
En rentrant d’une répète, mon oreille était «cotonneuse» et est restée comme cela pendant un moment. Puis les acouphènes se sont installées, et progressivement l’hyperacousie. Je ne supportais plus certains bruits (clés, verres qui tintent et autres sons aigus). De plus, les acouphènes m’insupportaient, particulièrement le soir pour m’endormir. Je suis retourné voir plusieurs fois l’ORL qui me suivait qui était persuadé et fermement convaincu qu’il s’agissait là de l’inflammation de mon otite qui continuait de sensibiliser mes tympans, et que les acouphènes allaient s’en aller d’eux-même comme ils étaient venus. Il m’a quand même prescrit le traitement classique : cortisone et Vastarel. Aucun d’eux n’a été d’aucune efficacité, et mon état ne s’est pas amélioré, au contraire.
Après 2 ou 3 semaines à ne pas dormir plus de 2h par nuit, j’ai commencé à sombrer dans la dépression. Je me suis mis en arrêt maladie pendant près d’un mois, qui a été le pire que j’ai passé de ma vie. Je ne mangeais plus correctement, je devenais très faible, les anxiolytiques me rendaient amorphes. Je me suis complètement renfermé sur moi-même, n’osant plus sortir de chez moi car je ne supportais même plus le volume des conversation, j’avais l’impression que cela résonnait, et que mon tympan se contractait violemment. C’est devenu rapidement invivable, et les témoignages lus sur internet n’ont pas arrangé les choses. Très peu d’entre eux montraient une issue possible à ce mal. Je ne voulais plus retourner voir d’orl, je ne leur faisait plus confiance. Mon médecin traitant était aussi dépassé qu’eux, et semblait persuadé que ma détresse était purement d’ordre psychologique. J’ai eu des pensées sombres au possible, dont
je vous passe ici les détails. Ma vie semblait ruinée, je me voyais devoir arrêter mon métier d’enseignant et devenir tributaire des autres pour vivre, à mon âge ! Je ne pouvais plus envisager faire de la musique, alors que c’était une des choses qui me caractérisaient et qui me faisaient vibrer.
Au bout de quelques temps, j’ai décidé de me ressaisir. J’ai commencé avec la famille et les amis dans les endroits les moins bruyants possibles (pique-nique ou rando en forêt, plage, etc…) et toujours muni de bouchons de protection faits sur-mesure (-25db). En parallèle, j’ai essayé toutes les médecines «alternatives» possibles et imaginables (relaxation, yoga, acupuncture, ostéopathie, …) qui ne m’ont sûrement pas guéri mais m’ont permis de me détendre, de me sentir moins oppressé. J’ai finalement atteint mon objectif premier: reprendre le travail. Et ça a vraiment été le facteur accélérant de l’amélioration de mon état. J’ai recommencé à me socialiser, à discuter avec les collègues, bref, à penser à autre chose ! Bien sûr au début, j’étais fatigué, mais le fait de m’occuper l’esprit m’a permis de commencer à mieux dormir le soir, jusqu’à ce que finalement j’arrive à me passer des anxiolytiques. A ce moment
les acouphènes me dérangeaient déjà beaucoup moins.

Puis petit à petit j’ai décidé de reprendre la musique. Nous avions un petit local de répétition avec notre groupe, équipé d’une batterie électronique, cela constituait un compromis idéal pour reprendre «en douceur». Je me suis bien sûr protégé avec les bouchons à -25db. J’ai retrouvé le plaisir de la musique et celui-ci a commencé à «prendre le dessus» sur la douleur. Petit à petit je me suis remis à répéter en condition «normale» (batterie acoustique + amplis). Depuis, nous avons fait deux concerts avec mon groupe et mon audition se porte beaucoup mieux. Je n’utilise plus mes bouchons que pour les répètes et les concerts, je suis capable de conduire sans (et même d’écouter de la musique dans ma voiture !), d’aller dans des endroits relativement bruyants, bref je revis.

Tout çà pour vous dire de ne pas perdre espoir, ce n’est pas parce que la médecine n’y comprends pas grand chose que vous êtes condamnés. Et bien entendu ce n’est pas QUE psychologique, la douleur ressentit est bien réelle. Cependant la dépression est peut être encore bien pire qu’elle et c’est ce qu’il faut à mon avis traiter en priorité.

BON COURAGE A TOUS

Sébastien.

Tapage nocturne: amende de 68 euros

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 24-04-2012

Mots-clefs :,

0

Désormais le bruit qui dérange le voisin se paiera cash, sans jugement. Alors attention à la musique, à la tondeuse ou…au chien.

Un voisin qui confond son appartement avec une discothèque tous les week-ends. Une tondeuse qui vous tire du lit le dimanche à 7 heures, un chien qui aboie sans arrêt sur un balcon…
Les bruits et autre tapages nocturnes sont à l’origine de nombreux conflits entre voisins.
Jusque là les sanctions étaient obligatoirement soumises à la décision d’un juge de proximité qui pouvait prononcer jusqu’à 450 euros d’amende. Depuis le 9 mars, un décret autorise la sanction immédiate.

Une amende forfaitaire

Désormais les gendarmes ou les policiers peuvent verbaliser directement les fauteurs de troubles en leur infligeant une amende de 68 euros. Ce montant est ramené à 45 euros en cas de règlement immédiat ou dans les30 jours. L’amende sera majoré à 180 euros. Ces nouvelles dispositions visent notamment à désengorger les tribunaux qui croulent sous ce type d’affaire. Mais rien n’interdit aux agents de préférer le règlement à l’amiable. Bien souvent, une simple discussion, un rappel à la loi suffisent à faire cesser les nuisances.

Quels bruits sanctionnés ?

La nouvelle réglementation vise « les bruits de voisinage domestiques ». Ils englobent aussi bien les nuisances provenant d’animaux, d’outils de bricolage ou de jardinage, d’appareil de musique ou de la télévision que ceux lié au comportement (chants, cris, injures…). Les bruits provenant d’une activité professionnelle sportive ou de loisir (discothèques, restaurants , chantiers) ne sont pas concernés par cette mesure.

Jusqu’à 22 heures c’est permis ?

La limite fatidique des 22 heures est un mythe. Les nuisances comme la musique, les cris ou les chants sont sanctionnés de la même façon de jour (on parle de tapage diurne) comme de nuit (tapage nocturne). Les policiers ou les gendarmes n’ont pas besoin d’utiliser un appareil pour mesurer le bruit.
L’appréciation à l’oreille suffit à caractériser l’infraction.

Comment réagir ?

En cas de bruits de voisinage, tentez d’abord de régler le litige à l’amiable. Si le dialogue est impossible demandez à la police d’intervenir ou saisissez le service de médiation spécialisé dans les troubles du voisinage mis en place dans de nombreuses communes. Il est également possible d’alerter le syndic de l’immeuble ou le propriétaire si le voisin bruyant est locataire.
Si le problème n’est pas réglé, portez plainte est saisissez la justice.
Le fauteurs de troubles encourt jusqu’à 450 euros d’amende, la confiscation, du matériel et le paiement de de dommages et intérêts. d’autres conseil sur www.bruit.fr (centre d’information et de documentation sur le bruit.

source: Ouest France

Nouvel iPad3 : prévention auditive

Posted by Nono | Posted in prevention, santé | Posted on 18-03-2012

Mots-clefs :, ,

0

Je ne vous ferai pas un comparatif détaillé des nouvelles fonctions et applications de l’iPad3. Seulement j’ai été agréablement surpris pas la prévention auditive qui occupe une place importante au chapitre des consignes de sécurité.

« Prévention de la diminution de l’acuité auditive

Il existe des risques de perte d’audition irréversibles si le récepteur, les écouteurs ou le combiné sont réglés à pleine puissance. Utilisez uniquement un récepteur, des écouteurs, ou un combiné compatibles avec votre appareil. Allumez votre appareil et vérifiez le volume avant de porter tout dispositif à vos oreilles. Avec le temps, vous pouvez vous habituer à un volume plus élevé qui vous semble normal mais est susceptible d’endommager votre ouïe. Si vous entendez des bourdonnements, des sifflements (acouphènes) ou un son étouffé, arrêtez l’écoute et faites vous ausculter par un spécialiste de l’audition. Plus le volume est élevé, plus votre audition risque d’être endommagée rapidement. Les spécialistes de l’audition donnent les recommandations suivantes :

*Limitez la durée d’utilisation à volume élevé des écouteurs, du récepteur ou du combiné.
*Évitez d’augmenter le volume dans une environnement bruyant.
* Baissez le volume si vous n’entendez pas les gens parler auprès de vous.

Pour plus de renseignements sur la manière de régler un volume maximum sur l’iPad, consultez le guide de l’iPad. »

Il aveuglait les pilotes d’hélicoptères

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 10-12-2011

Mots-clefs :,

0

2011 12 10 155108 300x203 Il aveuglait les pilotes dhélicoptères

Un homme de 62 ans, coordinateur de sécurité de sont état, aveuglait les pilotes d’hélicoptères qui survolaient sa maison du Cannet-des-Maures (Var). Le propriété était située dans l’axe de l’École d’application de l’aviation légère de l’Armée de l’air.
Ulcéré par le bruit, l’homme s’était muni d’une lampe torche ultra puissante équivalant à 3 millions de bougies. Arrêté Vendredi, il devra répondre « d’entrave à la navigation ou à la circulation d’un aéronef » et « de mise en danger de la vie d’autrui » devant le tribunal correctionnel de Draguignan.
S’il ne joue pas les filles de l’air ou se fait porter pâle, son avocat devrait plaider les circonstances atténuantes…

Pistes audios pour l’hyperacousie

Posted by Nono | Posted in prevention, santé | Posted on 04-07-2011

Mots-clefs :, , , , , , , , ,

12

« Salut,
Un message pour te féliciter pour ton blog pour deux raisons:
-> Il me permet de trouver des informations et des échanges constructifs.
-> Il ne diffuse de vision négative et dépressive de cette pathologie mais tente de la définir au mieux.

Pour ma part je suis/j’étais Musicien Pro, prof de batterie mais également guitariste chanteur j’ai effectué plus de 250 concerts en dix ans avec toujours des bouchons ou casques anti-bruits.

Il ya trois mois j’ai subit une sorte de traumatisme malgré mes protections lors d’un weekend de bals (8h de jeux sur le weekend).

Mes soucis ne sont pas venus directement mais une semaine après.

Sensations « habituels » chez les hyperacousique: Oreilles dans le cotons, bouchés, difficulté à supporter les bruits aigus, environnants….

Après une bonne période de dépression j’ai testé différentes médecines parallèles: Hypnose, Étiopathie, Ostéopathie.

Suite à ces expériences il est clair que la médecine n’est pas une science exact.

A l’instar d’une bonne terre de jardin qui a été travaillé en amont, le corps doit être prêt à recevoir un enseignement, à évoluer (je pense notamment à l’hypnose).

Puis j’ai eu l’idée de travailler sur la piste de mes dents et je me suffit fais retirer mes dents de sagesses.
Et là miracle en 3 semaines mes douleurs incessantes de type otites ont disparues, plus de mal de crane sur les tempes.

3 mois après ce changement radical de vie, j’ai toujours mes acouphènes qui augmentent selon ma fatigue et de l’hyperacousie. Toutefois cela reste « vivable », j’ai par contre fais une croix purement et définitivement sur ce pourquoi j’avais donné 10 ans de ma vie…

Après différents tests, audiogrammes etc… J’ai l’impression d’après mes recherches perso qu’il existe deux catégories de trauma auditif.

1. Le premier est le plus souvent celui des musiciens, personnes travaillant dans des radios, studios, ayant en continue des spectres sonores complet à l’oreille.
Cette première catégorie de personne sont atteinte d’acouphène de type « bruit de fond » avec un audiogrammes plat et d’une hyperacousie assez présente.

2. La seconde catégorie de personnes sont le plus souvent issues de l’industrie.
Ils ont une perte significative au niveau de l’oreille avec un acouphène très présent sous la forme d’une fréquence définit.

Comment je suis arriver à cette comparaison?
Musicien j’ai la chance de connaître un tas de personnes dans le métier ayant une activité importante face à des niveaux sonores significatifs et j’ai pu contacter (dès mon trauma et durant ma période dépressive) des musiciens de tous bords, tous horizons, tous styles, tous instruments.

J’ai notamment rencontré une contrebassiste de jazz qui avait de gros soucis d’hyperacousie malgré la faible exposition sonore de son instrument.

Un chanteur très connu qui passe à la tv, qui lui ne supporte plus de son à plus de 80 db lui donnant des décharges dans les tympans avec inflammation de ces derniers.

Tout cela pour dire qu’une hyperacousie commune n’existe pas, mais que globalement des similitudes se dessinent.

J’ai d’ailleurs toujours des interrogations comme:
Pourquoi ai-je des difficultés à supporter des sons impulsionnels de ma batterie électronique?

Alors que le son continue de mon tracteur tondeuse ne me dérange pas, alors que ce dernier est plus fort?

Je pense donc que pour toute hyperacousie, une rééducation du cerveau est possible.
Il faut réussir à effacer les situations de stresse auditive et l’hypnose est une voie vers cela.

Désolé pour ce monologue sans fin, mais j’espère qu’il aura ouvert des voies possibles aux éventuels lecteurs.

Je ne parle pas ici de la relation Psychanalyse/Troubles Auditifs, mais je pense qu’il sont fondamentales et j’aurai de quoi en écrire des pages.

Merci.
S. »

Souffrir du bruit mais en silence

Posted by Nono | Posted in prevention, santé | Posted on 29-06-2011

Mots-clefs :, ,

0

faites plus de burit1 298x300 Souffrir du bruit mais en silence

Un nouveau rapport inquiétant vient de paraître, faisant état des répercussions sanitaires et budgétaires dues au bruit.
La mission parlementaire, chargée d’étudier cette question, pointe l’oubli flagrant du Grenelle de l’Environnement.
Il est vrai que les associations environnementalistes comptent un grand nombre de faux rastas blonds, virtuoses du djembé nocturne (je caricature à peine…).
La loi Royal sur le bruit de 1992, n’a jamais été suivie d’actions en termes d’améliorations du quotidien sonore. Elle se trouve ouvertement bafouée ou ignorée. Il serait vain de multiplier les exemples de nuisances sonores dont les effets sur la santé sont avérés. On peut citer, entre autres exemples, le motard suicidaire qui réveille 250000 personnes.

Cette mission parlementaire a le mérite de soulever un vrai débat, plus profond qu’il n’y paraît, tant le bruit des sociétés surproductrices et mortifères entraîne de pathologies.
J’ai souvenir d’un acousticien qui évoquait les jeunes accidentés de la route au sortir des discothèques. Il associait la perte de contrôle du véhicule non seulement à une forte imprégnation éthylique, mais aussi à la fatigue auditive…

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Deux-Francais-sur-trois-souffrent-des-nuisances-sonores_6346-1852803-fils-tous_filDMA.Htm

Le bracelet electronique qui rend fou

Posted by Nono | Posted in prevention, santé | Posted on 24-05-2011

Mots-clefs :,

1

Michel, 69 ans, a purgé sa peine.
Après 9 ans passé à l’ombre, l’ancien détenu porte désormais un bracelet électronique dernier cri à la cheville. Seul problème : le bracelet-GPS se montre capricieux et bruyant.
A tel point qu’il se déclenche sans raison toute la journée, incitant la police à contacter l’ex-taulard par téléphone. Depuis Michel est devenu suicidaire. Son épouse doit elle aussi subir les sonneries intempestives et les coups de fils policiers.
L’avocat de Michel, Me Clément Cavelier, songe à intenter une action en référé avant que son client ne devienne fou, victime d’un « aménagement de la double peine »…

Source : Ouest France

Grand prix de France moto : bouchons sur le circuit

Posted by Nono | Posted in prevention, santé | Posted on 14-05-2011

Mots-clefs :, , ,

3

Lors de cette manifestation crève-tympans qu’est le grand prix de France Moto, le sonomètre éclate comme un pneu à chaque tour de piste. Durant 3 jours, les blaireaux du bitume vont pouvoir admirer les performances de leurs idoles casquées. Mais à quel prix ?… surtout s’ils ont la mauvaise idée de faire partager cette funeste passion à leur progéniture dont l’avenir auditif et intellectuel doit être singulièrement compromis…
Selon les experts, Les 24H auto du Mans sont étonnement moins bruyants. Je ne demande pas à vérifier…
Aussi, l’agence régionale de santé des pays de Loire a t-elle préconisé aux spectateurs, de se munir de bouchons d’oreilles. Sur place, ils seront vendus un euro la paire (comme les capotes…) par l’automobile club de l’Ouest qui ne perd par le nord.
L’agence régionale de Santé préconise également de s’éloigner de la piste régulièrement.
J’imagine que les esthètes du premier rang le font naturellement après chaque bière…