Articles commentés

Hyperacousie sévère

Témoignage de Charles, A 17 ans j’ai commencé à avoir des acouphènes suite à des traumatismes répétés (je jouais de la guitare électrique dans un groupe de métal) puis petit à petit j’ai développé une hyperacousie légère qui s’est dégradée au fil du temps pour devenir...

lire la suite

http://twitter.com/Artnono

Lara Fabian victime d’un traumatisme sonore

Posted by Nono | Posted in prevention, santé | Posted on 07-11-2013

Mots-clefs :, , , ,

5

Lara Fabian a fondu en larmes sur le plateau de Cyril Hanouna sur la chaîne D8. Elle y explique qu’elle a été victime d’un traumatisme sonore du à un technicien peu scrupuleux dont l’avenir professionnel est loin d’être assuré… Elle se retrouve donc contrainte d’annuler sa tournée.
Elle évoque les difficultés à chanter à nouveau en public du fait de l’aggravation des symptômes.

Des myriades d’artistes ont vu comme elle leur audition lésée après des années de concerts.
Il est assez rare que l’oreille survive à des chocs auditifs répétés toute une carrière. Fait nouveau, il ne s’agit pas d’un rockeur anonyme ou d’un DJ oublié, mais bien d’une chanteuse populaire touchée en pleine gloire.
Autre nouveauté, elle décide d’en parler relativement clairement quand tant d’autres choisissent de se murer dans le silence.
Car le sujet des traumatismes sonores dans le petit monde du spectacle est encore tabou.
L’oreille du chanteur est un instrument de travail fragile, soumise comme celle de l’ouvrier à des contraintes aux conséquences parfois dramatiques.


Lara Fabian en pleurs sur le plateau de Touche… par Gentside

« Ce qui est arrivé, c’est qu’il y a quelques mois, j’ai pris un choc sur un plateau, a-t-elle expliqué. Un technicien a ouvert deux lignes, j’ai pris 1000 hertz et je suis tombée par terre. Le dommage est suffisamment sévère pour me mettre dans l’obligation d’un arrêt imminent. C’est terrible. »

Pistes audios pour l’hyperacousie

Posted by Nono | Posted in prevention, santé | Posted on 04-07-2011

Mots-clefs :, , , , , , , , ,

12

« Salut,
Un message pour te féliciter pour ton blog pour deux raisons:
-> Il me permet de trouver des informations et des échanges constructifs.
-> Il ne diffuse de vision négative et dépressive de cette pathologie mais tente de la définir au mieux.

Pour ma part je suis/j’étais Musicien Pro, prof de batterie mais également guitariste chanteur j’ai effectué plus de 250 concerts en dix ans avec toujours des bouchons ou casques anti-bruits.

Il ya trois mois j’ai subit une sorte de traumatisme malgré mes protections lors d’un weekend de bals (8h de jeux sur le weekend).

Mes soucis ne sont pas venus directement mais une semaine après.

Sensations « habituels » chez les hyperacousique: Oreilles dans le cotons, bouchés, difficulté à supporter les bruits aigus, environnants….

Après une bonne période de dépression j’ai testé différentes médecines parallèles: Hypnose, Étiopathie, Ostéopathie.

Suite à ces expériences il est clair que la médecine n’est pas une science exact.

A l’instar d’une bonne terre de jardin qui a été travaillé en amont, le corps doit être prêt à recevoir un enseignement, à évoluer (je pense notamment à l’hypnose).

Puis j’ai eu l’idée de travailler sur la piste de mes dents et je me suffit fais retirer mes dents de sagesses.
Et là miracle en 3 semaines mes douleurs incessantes de type otites ont disparues, plus de mal de crane sur les tempes.

3 mois après ce changement radical de vie, j’ai toujours mes acouphènes qui augmentent selon ma fatigue et de l’hyperacousie. Toutefois cela reste « vivable », j’ai par contre fais une croix purement et définitivement sur ce pourquoi j’avais donné 10 ans de ma vie…

Après différents tests, audiogrammes etc… J’ai l’impression d’après mes recherches perso qu’il existe deux catégories de trauma auditif.

1. Le premier est le plus souvent celui des musiciens, personnes travaillant dans des radios, studios, ayant en continue des spectres sonores complet à l’oreille.
Cette première catégorie de personne sont atteinte d’acouphène de type « bruit de fond » avec un audiogrammes plat et d’une hyperacousie assez présente.

2. La seconde catégorie de personnes sont le plus souvent issues de l’industrie.
Ils ont une perte significative au niveau de l’oreille avec un acouphène très présent sous la forme d’une fréquence définit.

Comment je suis arriver à cette comparaison?
Musicien j’ai la chance de connaître un tas de personnes dans le métier ayant une activité importante face à des niveaux sonores significatifs et j’ai pu contacter (dès mon trauma et durant ma période dépressive) des musiciens de tous bords, tous horizons, tous styles, tous instruments.

J’ai notamment rencontré une contrebassiste de jazz qui avait de gros soucis d’hyperacousie malgré la faible exposition sonore de son instrument.

Un chanteur très connu qui passe à la tv, qui lui ne supporte plus de son à plus de 80 db lui donnant des décharges dans les tympans avec inflammation de ces derniers.

Tout cela pour dire qu’une hyperacousie commune n’existe pas, mais que globalement des similitudes se dessinent.

J’ai d’ailleurs toujours des interrogations comme:
Pourquoi ai-je des difficultés à supporter des sons impulsionnels de ma batterie électronique?

Alors que le son continue de mon tracteur tondeuse ne me dérange pas, alors que ce dernier est plus fort?

Je pense donc que pour toute hyperacousie, une rééducation du cerveau est possible.
Il faut réussir à effacer les situations de stresse auditive et l’hypnose est une voie vers cela.

Désolé pour ce monologue sans fin, mais j’espère qu’il aura ouvert des voies possibles aux éventuels lecteurs.

Je ne parle pas ici de la relation Psychanalyse/Troubles Auditifs, mais je pense qu’il sont fondamentales et j’aurai de quoi en écrire des pages.

Merci.
S. »

Bouchon Pianissimo pour piano

Posted by Nono | Posted in prevention, santé | Posted on 16-12-2010

Mots-clefs :, , , , , , , ,

6

« Déjà, je suis très contente d’avoir découvert ce site et de pouvoir lire des témoignages même si certains font un peu peur quand même !
Cela fait un an et deux mois que je vis avec un acouphène plutôt faible, disons que je ne l’entends que quand il y a du silence, et d’hyperacousie qui me dérange beaucoup plus ! Commençons par le début : j ‘ai 30 ans et je suis musicienne. J’ai commencé le piano à 10 ans, et deux ans plus tard je suis tombée amoureuse de la batterie et des percussions. J’ai joué dans des groupes rock et grinde core jusqu’à mes 18 ans sans jamais me protéger les oreilles, et aucun problème. Puis j’ai stoppé la musique pendant deux ans durant lesquels je me suis totalement consacrée à mon petit bébé qui a 11 ans aujourd’hui et aux reptiles.
Mais la musique me manquait trop alors j’ai repris d’abord la batterie, puis les groupes, les concerts mais cette fois-ci en me protégeant les oreilles sauf avec mon groupe de percus !! allez savoir pourquoi !! Puis est arrivé le premier choc. Je participais à un carnaval, je jouais de la cloche et je suivais le chars dont les enceintes étaient beaucoup trop forte. Et d’un coup, çà a fait un poke douloureux dans mon oreille droite ; j’ai de suite compris. Mais sur le coup je me suis estimée chanceuse car à part une petite baisse auditive aucune séquelles. çà devait être en 2003 ou 2004.
J’ai continué à fond les ballons en protégeant cette fois-ci tout le temps mes oreilles : les acouphènes et l’hyperacousie n’étaient pas un sujet méconnu pour moi, je connaissais les risques. En 2006 j’ai pris la décision de me consacrer à fond au piano ( classique ) et quelques mois plus tard j’ai rencontré mon chanteur actuel et le old blind mole orkestra est né. J’y joue principalement du piano. Et qu’il s’agisse du piano seul ou du groupe ( pop swing ) beaucoup plus calme que mes groupes précédents, je ne me suis pas protégée les oreilles. A force, l’inévitable est arrivé mais d’une façon bien étrange : en octobre 2009 nous sommes parti faire un concert pour les expressifs à Poitiers. Des manifs ont éclaté dans la ville et le concert a été annulé. En rentrant, j’ai ouvert la fenêtre de ma voiture pour fumer une clope, je roulais à 110 et boum, oreille droite bouchée !
Je ne me suis pas inquiétée et je me suis dit que je devais avoir une otite. Mais une semaine plus tard, oreille toujours bouchée, plus acouphène et hyperacousie !!! Direction l’orl. Je ne suis pas quelqu’un de fataliste, c’était fait alors faut vivre avec. Mon oreille s’est débouchée au bout d’une semaine de cortisone, et de vastarel que je continue à prendre de temps à autre. Mais les premiers mois ont été très dur, les bruits du jet de la douche, le bip de la caisse dans les magasins, les restos, le cinéma, le piano, etc… et le plus dérangeant : les voix des filles et des enfants. Tous ces bruits font comme une saturation dans mon oreille, et je me sature avec ma propre voix ! Très vite, j’ai acquis les prothèses pianissimo pour pouvoir continuer mon métier : la musique.
Personnellement l’acouphène ne me dérange pas trop, il ne m’a jamais empêché de dormir même si il a fallu si habituer au départ. Par ailleurs mon acouphène est un si bémol aigu ! Mais l’hyperacousie est fatigante. Vivement que mon fils mue ! icon wink Bouchon Pianissimo pour piano Je n’ai pas fait de dépression non plus.
Ce qui m’inquiète, c’est l’évolution. J’ai eu une amélioration cette été ; donc en septembre j’ai repris le travail du piano sans les pianissimos mais avec la sourdine, puis j’ai fêté mon anniv, une quinzaine de personnes avec les pianissimos, et ça s’est redégradé, à oui, plus un concert d’Adam Gyorgy où le piano était surélevé par rapport au public, le son n’était pas trop fort et j’ai voulu entendre à nouveau le son d’un piano sans sourdine ou protections dans les oreilles, mais l’utilisation massive d’octaves dans les aigus chez Liszt et Chopin ont eu raison de mes oreilles ! Donc je me suis recalmée, car moi aussi je joue Chopin et Liszt !
Je ne sais pas combien de temps je vais pouvoir continuer la scène, je me renferme pas mal entre chaque répétitions et chaque concerts pour me reposer mais si çà devait empirer, j’arrêterai et me lancerai dans l’élevage des reptiles, font pas de bruit eux ! »

Alarme fatale au supermarché

Posted by Nono | Posted in prevention, santé | Posted on 11-12-2010

Mots-clefs :, , , ,

0

Caroline n’a pas de chance, elle part acheter des couches au hard discount, et revient avec un traumatisme sonore digne d’un concert de hard rock. La cause : l’alarme du supermarché « Dia » qui se déclenche inopinément. ça n’était pas son jour pour passer à la caisse…
Depuis l’hyperacousie lui fait payer en petites coupures ce coup du sort.
Les sirènes des acouphènes se déclenchent désormais en permanence, un bourdonnement incessant dans l’oreille gauche pareil à la funeste alarme.
Le directeur du supermarché refuse d’assumer sa responsabilité civile.
Il n’est pas certain que Caroline obtienne gain de cause auprès du procureur de la république tant nos pathologies sont minimisées, ignorées, moquées.
Pourtant si elle allait jusqu’au bout comme elle l’affirme, son cas ferait jurisprudence et permettrait à beaucoup d’obtenir réparation d’un préjudice dont on mesure trop mal l’importance.
traumatisme sonore au supermarché

Exposition aux décibels, durée maximale avant traumatisme auditif

Posted by Nono | Posted in prevention, santé | Posted on 11-10-2010

Mots-clefs :, , , ,

0

Un lecteur me fait penser que je n’ai pas encore publié la durée d’exposition maximale au bruit avant de risquer un traumatisme auditif .
La moyenne légale admise est de 105 dB (décibels) pour les concerts. Je me rends compte qu’il est absolument impossible, pour une personne à l’audition normale, de respecter cette durée d’exposition, à moins de devenir totalement paranoïaque. Voici une échelle du bruit , suivie des limites d’exposition au bruit.

180 dB Décollage d’une fusée
150 dB Armes à feu
140 dB Moteur d’avion au décollage
130 dB Marteau piqueur
120 dB Sirène d’ambulance, concert de rock
110 dB moto à l’accélération
100 dB Tronçonneuse, passage de train
90 dB Tondeuse à gazon, machine outils
80 dB Circulation automobile, baladeur
75 dB Robots ménagers
70 dB Restaurant bondé
65 dB Conversation animée

Temps d’exposition au bruit

85 dB 8 heures
88 dB 4 heures
91 dB 2 heures
94 dB 1 heure
97 dB 30 minutes
100 dB 15 minutes
103 dB 7 minutes et 30 secondes
106 dB 3 minutes et 45 secondes
109 dB 1 minutes et 52 secondes
112 dB 56 secondes
115 dB 28 secondes
118 dB 14 secondes
121 dB 7 secondes

Une durée d’exposition très courte suffit souvent à entrainer un traumatisme auditif.
Quelques secondes, sans protection et les acouphènes s’installent pour une vie…
Le son peut être dangereux à partir de 85 décibels, d’où la nécessité de se munir de protections auditives pour les travaux bruyants.
En ce qui concerne les concerts, il est mieux de se protéger certes, mais il n’est malheureusement par rare de subir un traumatisme auditif par conduction osseuse. Qui plus est, les organisateurs de concerts font porter les responsabilité des traumatismes sonores aux spectateurs qui ne se seraient pas protégés, alors qu’il serait bien plus facile de baisser le son.
On voit donc l’absurdité de la situation, qui fait qu’un spectateur est obligé de se protéger dans un concert (quel plaisir !…) alors que le simple respect de la réglementation permettrait d’assister à un concert en toute sérénité.
L’épée de Damoclès, qui plane au dessus des têtes, est forgée par les marchands de loisirs sonores. Rien ni personne ne leur interdit de baisser le volume des amplis. Il s’agit juste de gros sous et de mise aux normes des petites salles de concerts de rock indépendant qui n’ont pas les moyens de s’adapter à une réglementation plus stricte. Aussi font-ils tout pour culpabiliser le spectateur, quitte à employer une rhétorique de prévention douillette assez opposée à l’image du rock…

Aude contre les concerts trop forts

Posted by Nono | Posted in prevention, santé | Posted on 01-06-2010

Mots-clefs :, , , , ,

7

Aude est remontée contre les concerts où le son est trop fort. Elle nous en fait part dans ce billet d’humeur plutôt bien documenté.
Une sorte d’appel à la résistance contre les collabos du bruit. Les groupes de garage miteux, les ingénieurs du son piercés, les faux rebelles des beaux quartiers, chacun ajoute quelques décibels dans le verre de nos oreilles qui trinquent. A votre santé !…

« Depuis plusieurs années, les médias parlent de plus en plus des gens qui développent des acouphènes ou perdent de l’audition suite à une exposition à un niveau sonore élevé.
On sait qu’au-delà de 90 ou 100 dB, le tympan souffre, et les cellules ciliées de l’oreille interne peuvent subir des dommages irréversibles. Contrairement aux autres, elles ne se renouvellent pas et sont peu nombreuses. »

La suite à lire sur le le blog d’Aude.

Quelle protection auditive utiliser contre le bruit ?

Posted by Nono | Posted in prevention, santé | Posted on 16-03-2010

Mots-clefs :, , , , , , , , ,

7

Quelle protection auditive nous convient le mieux ? Il y a quelques années j’avais opté pour des bouchons moulés pianissimo, et un casque antibruit actif. De même, je portais parfois un casque de bruit blanc que je réglais en fonction du bruit environnant.
Or, il se trouve que cette surprotection n’est pas bonne, non pas en raison de l’isolement au bruit, mais tout simplement parce que l’afflux sanguin va augmenter tout naturellement l’hyperacousie et les acouphènes lorsque nous allons retirer le casque antibruit et les bouchons moulés qui compriment l’oreille à l’excès. Par la suite, j’ai suivi aveuglement les conseils de « non-protection » consistant à s’exposer « à l’arrache », à respirer bien fort quand un 38 tonnes déboule à 150 km/h tout en klaxonnant exprès (car le routier sait que vous êtes hyperacousique sévère et paranoïaque). Oh la délicate musique de la tronçonneuse ! j’avais oublié cette mélodie tellement bucolique. Le docteur Peigne-cul a bien raison quand il classe les tapettes pleurnichardes qui ne veulent pas se soigner d’un côté, et de l’autre les valeureux bouddhistes zen, futurs entrepreneurs toujours calmes, sûrs d’eux-mêmes, les dents rayonnantes de réussite, le teint hâlé par le soleil de la fortune.

Mais, revenons à nos bouchons…J’opte désormais pour une solution efficace (désolé pour cette expression publicitaire mainte fois resucée, beurk !). Les bouchons en mousse Quies (je ne gagne rien à les nommer) me semblent les plus souples et les plus protecteurs contre le bruit. Il est vrai que l’on ne passe pas inaperçu en portant du fluo vert dans les portugaises, car la stratégie commerciale consiste justement à faire en sorte qu’ils soient vus en discothèque ou en concert. Eh machin ! t’as quoi dans les oreilles ?… Toujours est-il que les montagnes russes de l’hyperacousie me semblent plus facile à gravir ou à descendre depuis que j’ai rangé les bouchons moulés dans un tiroir. Du reste, Le prix aurait dû me mettre la puce à l’oreille… Gardez-vous bien de dépenser des fortunes en la matière, vous vous apercevrez assez rapidement que l’investissement sera nul….

John Illsley, le bassiste de Dire Straits raconte

Posted by Nono | Posted in prevention, santé | Posted on 12-02-2010

Mots-clefs :, , , ,

1

John Illsley souffre d’acouphènes après un traumatisme sonore qu’il a subi en sortant d’un concert à la RDS Arena de Dublin. Le solo de Mark Knopfler sur Money for Nothing résonna ce soir là étrangement aux oreilles de John Illsley qui commença à percevoir les premiers sifflements d’oreilles.
Après avoir joué pendant des années à des niveaux de décibels records , le bassiste de dire straits a senti son audition baisser considérablement. Qui plus est, il souffre d’hyperacousie basses fréquences.

En ayant plus de succès, on pouvait s’ offrir du meilleur matos et on pouvait mieux gérer nous-même le son sur la scène, mais les sifflements eux restaient. Jouer dans des stades de 50.000 personnes années après années, c’ était pour moi, mon boulot.
‘Au début, nos sound systems étaient très primitifs’ se rappelle-t-il. ‘Vous aviez les speakers face au public et un moniteur dirigé vers la scène pour chaque membre du groupe afin que chaque musicien puisse entendre le son mixé. Il n’ y avait pas de lois contre les décibels à cette époque, alors, nous quattre, Mark et David Knopfler et notre batteur, Pick Withers, on mettaient nos moniteurs à fond, comme tous les autres groupes que nous cottoyions à l’ époque. Le mien je mettais le volume au max parce que je ne voulais pas être noyé par la batterie.

la suite : http://www.audilo.com/blog/2010/02/celebrite-acouphenes-john-illsley-de-dire-straits/

On peut légitimement se demander si les choses ont vraiment évolué dans le bon sens, étant donné le nombre accru de jeunes traumatisés sonores…

Vendeur à la sauvette sur internet

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 31-01-2010

Mots-clefs :,

1

Sur son blog, il vendait des places de concerts à prix réduits. Des promotions colorées faisaient scintiller le petit commerce virtuel dont il tirait fierté sans trop savoir pourquoi. François L’Élysée était « passionné de rock indépendant » et « ex professionnel de la communication ». Il ne cessait de répéter ces deux expressions, les brandissait comme les laissez-passer qu’on accroche au cou des VIP dans les festivals.
Parfois, il s’accordait le droit de rédiger un petit article sur les sextoys, car il n’ignorait rien du pouvoir d’attraction de la pornographie sur les nouveaux bourgeois libertaires et incultes, autrement appelés :bobos.
François L’Élysée admirait Eric Zemmour dont il essayait d’imiter la prose avec la maladresse et la lourdeur pachydermique d’un rédacteur de village. Il ne lui venait même pas à l’esprit que le bonapartisme de son idole était parfaitement incompatible avec ses convictions libertariennes, dérisoire paravent servant à cacher sa nudité politique.
Il avait embrassé la philosophie de son époque sans ardeur, et se refusait à l’épouser. Pourtant, ils étaient faits l’un pour l’autre…
Il ressemblait trait pour trait au personnage créé par Tristan Bernard : Nicolas Bergère, archétype du petit bourgeois pleutre et conformiste.
A cette différence près que le conformisme bourgeois s’était mué en consumérisme technologique débilitant. D’ailleurs, François L’Élysée ne ratait jamais une occasion d’afficher un enthousiasme peu communicatif à l’égard des colifichets à la mode.
Il y gagnait une part de respectabilité non négligeable.
Il s’imaginait paré de toutes les délicatesses, car il confondait l’état dépressif dans lequel il se complaisait avec une forme de sensibilité aristocratique. Mais, force était de constater qu’il n’avait pas la moindre fibre artistique à faire vibrer. Du reste, ses phrases torturées n’avouaient rien d’autre que cette criante vérité : « Je ne sais rien »…

La suite plus tard icon wink Vendeur à la sauvette sur internet (clin d’oeil pseudo complice qu’affectionne le personnage principal de cette fiction).

Compression sonore : dégâts auditifs garantis

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 20-01-2010

Mots-clefs :, , , , , ,

0

Un bon article vulgarisateur sur la compression sonore.
J’éprouve des sueurs froides à l’idée d’être soumis à une musique amplifiée dans un supermarché, ou dans n’importe quel lieu public où le silence est devenu intolérable parce qu’il ne fait pas vendre.
L’acte d’achat est le fruit d’une surstimulation visuelle et auditive, un abrutissement sensoriel qui fait oublier le goût des nuances musicales. Les MP3 couvrent d’autres musiques compressées créant une génération de musiciens à demi sourds (dans le meilleurs des cas) ou de fans de rock hyperacousiques. Ces mêmes fans qui clameront haut et fort qu’ils retournent aux concerts sans bouchons (« ne faites pas comme moi… ») et enverront, dans un grand élan altruiste, les benêts au casse-pipe.

http://www.lefigaro.fr/sante/2010/01/11/01004-20100111ARTFIG00338-frequente-la-manipulation-des-sons-nuit-a-notre-audition-.php