Articles commentés

Techno : des sifflements en trop pour des raves en moins

Je m’appelle Fabrice j’ai 28 ans, j’habite Montpellier et j’ai subi plusieurs traumatismes sonores dont un m’a laissé une trace indélébile. Comme beaucoup, je vis avec des acouphènes dans les deux oreilles et je ressens une légère hyperacousie surtout pour les bruits...

lire la suite

http://twitter.com/Artnono

Acouphènes et nouvelles discothèques silencieuses

Posted by Nono | Posted in prevention, santé | Posted on 10-07-2011

Mots-clefs :, ,

5

« Je pense que cela pourrait intéresser les membres car ça me parait effarant.
En effet je viens de voir dimanche à 19h20 à la TV sur France 3 un reportage sur les discothèques silencieuses, concept importé récemment de Grande Bretagne.
Le premier concert s’est déroulé dans l’Isère où étaient rassemblées autour du DJ 8000 personnes . Les participants sont tous dotés de casques, en l’occurrence pour le concert, 8000 casques audio ont été distribués et ainsi chacun et chacune a pu danser librement, en silence, en accord avec leur musique choisie . En effet trois DJ émettent simultanément vers les 8000 casques leur propre musique »

lu sur info acouphènes : http://www.info-acouphenes.com/profiles/blogs/acouphenes-et-nouvelles

Si les raveurs pouvaient faire la même chose…

Souffrir du bruit mais en silence

Posted by Nono | Posted in prevention, santé | Posted on 29-06-2011

Mots-clefs :, ,

0

faites plus de burit1 298x300 Souffrir du bruit mais en silence

Un nouveau rapport inquiétant vient de paraître, faisant état des répercussions sanitaires et budgétaires dues au bruit.
La mission parlementaire, chargée d’étudier cette question, pointe l’oubli flagrant du Grenelle de l’Environnement.
Il est vrai que les associations environnementalistes comptent un grand nombre de faux rastas blonds, virtuoses du djembé nocturne (je caricature à peine…).
La loi Royal sur le bruit de 1992, n’a jamais été suivie d’actions en termes d’améliorations du quotidien sonore. Elle se trouve ouvertement bafouée ou ignorée. Il serait vain de multiplier les exemples de nuisances sonores dont les effets sur la santé sont avérés. On peut citer, entre autres exemples, le motard suicidaire qui réveille 250000 personnes.

Cette mission parlementaire a le mérite de soulever un vrai débat, plus profond qu’il n’y paraît, tant le bruit des sociétés surproductrices et mortifères entraîne de pathologies.
J’ai souvenir d’un acousticien qui évoquait les jeunes accidentés de la route au sortir des discothèques. Il associait la perte de contrôle du véhicule non seulement à une forte imprégnation éthylique, mais aussi à la fatigue auditive…

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Deux-Francais-sur-trois-souffrent-des-nuisances-sonores_6346-1852803-fils-tous_filDMA.Htm

Discothèques parisiennes : niveau sonore trop élevé

Posted by Nono | Posted in prevention, santé | Posted on 13-11-2010

Mots-clefs :, , , , , , ,

1

La moitié des discothèques parisiennes ne respecte pas le niveau sonore autorisé. D’après une enquête de l’agence régionale de santé, il est temps de tirer la sonnette d’alarme. Les conséquences sur l’audition sont désastreuses : acouphènes, hyperacousie et surdité brutale entre autres risques.

Depuis vendredi se tiennent les états généraux de la nuit. Ce nom ronflant cache le lobby festif réunissant quelques tauliers de boîtes de nuit. Le but est de dépouiller les derniers privilégiés qui peuvent encore profiter du silence, les bienheureux. C’est dire si l’enquête de l’ARS tombe plutôt mal. Les résultats sont accablants, seul un nombre très limité d’établissements respecte la réglementation. La moitié des discothèques d’île de France pousse le son au delà du maximum autorisé, fixé à 105 décibels. Les basses fréquences sont en cause, elles sont même suspectées d’entrainer des pneumothorax.
Pour remédier à cette situation, Claude Evin, actuel directeur de l’ARS et ancien ministre de la santé, réunira les directeurs d’établissements de nuit afin d’élaborer une charte de bonnes pratiques.
Il est prévu de fournir des bouchons d’oreilles aux clubbers et d’aménager une zone de silence au sein même des discothèques. On pourrait peut être y organiser une réunion d’hyperacousiques…

Toulouse : chuteurs contre fêtards

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 12-10-2010

Mots-clefs :,

0

fetard 300x216  Toulouse : chuteurs contre fêtards

« Ils sont six, embauchés par la mairie de Toulouse. Ce sont des « chuteurs ». Leur mission : aller à la rencontre des fêtards tapageurs pour les convaincre de faire moins de bruit. Le député-maire PS, Pierre Cohen, souhaite que sa ville (dans laquelle vivent 10000 étudiants) demeure « festive » en étant « tranquille ». L’idée est venu de Lausanne, en Suisse, où de tels « chuteurs » se tiennent à la sortie des boîtes de nuit ».

source : Ouest France.

Une boîte pour les chiens

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 10-05-2010

Mots-clefs :

2

A New-York, il existe désormais un formidable complexe de détente pour nos amis à poils.
Le Fetch Club offre aux toutous 1000 m2 pour se détresser de la vie urbaine éreintante. Salle de sport, hôtel quatre étoile, massages aux huiles essentielles, restaurant avec menu allégé. Mais le must demeure la boîte de nuit pour chiens. Dans un cadre d’une rare élégance, la piste de danse avec ses bouboules à facettes, permettra à nos amis canins de pénétrer les étranges coutumes de leurs maîtres.
Une discothèque pour chiens, voilà encore une idée prodigieuse qui devrait faire des petits ici.

Quelle protection auditive utiliser contre le bruit ?

Posted by Nono | Posted in prevention, santé | Posted on 16-03-2010

Mots-clefs :, , , , , , , , ,

7

Quelle protection auditive nous convient le mieux ? Il y a quelques années j’avais opté pour des bouchons moulés pianissimo, et un casque antibruit actif. De même, je portais parfois un casque de bruit blanc que je réglais en fonction du bruit environnant.
Or, il se trouve que cette surprotection n’est pas bonne, non pas en raison de l’isolement au bruit, mais tout simplement parce que l’afflux sanguin va augmenter tout naturellement l’hyperacousie et les acouphènes lorsque nous allons retirer le casque antibruit et les bouchons moulés qui compriment l’oreille à l’excès. Par la suite, j’ai suivi aveuglement les conseils de « non-protection » consistant à s’exposer « à l’arrache », à respirer bien fort quand un 38 tonnes déboule à 150 km/h tout en klaxonnant exprès (car le routier sait que vous êtes hyperacousique sévère et paranoïaque). Oh la délicate musique de la tronçonneuse ! j’avais oublié cette mélodie tellement bucolique. Le docteur Peigne-cul a bien raison quand il classe les tapettes pleurnichardes qui ne veulent pas se soigner d’un côté, et de l’autre les valeureux bouddhistes zen, futurs entrepreneurs toujours calmes, sûrs d’eux-mêmes, les dents rayonnantes de réussite, le teint hâlé par le soleil de la fortune.

Mais, revenons à nos bouchons…J’opte désormais pour une solution efficace (désolé pour cette expression publicitaire mainte fois resucée, beurk !). Les bouchons en mousse Quies (je ne gagne rien à les nommer) me semblent les plus souples et les plus protecteurs contre le bruit. Il est vrai que l’on ne passe pas inaperçu en portant du fluo vert dans les portugaises, car la stratégie commerciale consiste justement à faire en sorte qu’ils soient vus en discothèque ou en concert. Eh machin ! t’as quoi dans les oreilles ?… Toujours est-il que les montagnes russes de l’hyperacousie me semblent plus facile à gravir ou à descendre depuis que j’ai rangé les bouchons moulés dans un tiroir. Du reste, Le prix aurait dû me mettre la puce à l’oreille… Gardez-vous bien de dépenser des fortunes en la matière, vous vous apercevrez assez rapidement que l’investissement sera nul….

La discotheque infernale

Posted by Nono | Posted in prevention, santé | Posted on 02-01-2010

Mots-clefs :, , , , ,

0

Une frise de vigne serpentait le long du mur de la cuisine. Un pochoir exécuté par les précédents locataires qui ne faisait que renforcer l’absence cruelle de vert naturel. Côté cour, un nid d’obscurité abritait quantité de voisins plus ou moins ressemblants… Nous pouvions admirer juste en face, l’éternel intellectuel de balcons, torse nu, un livre à la main, une roulée entre les lèvres. Plus bas, les cris de la voisine d’en face rivalisaient chaque vendredi avec les grincements de sommier sabbatiques du marseillais botté…

C’est dans cette ruche de bruits que notre alvéole bourdonnait elle aussi : les disputes incessantes et les récriminations intempestives rythmaient les procès d’intention et les mises en demeure. Nous répétions la même comédie que les voisins au cocker dont nous moquions les répliques théâtrales quelques années auparavant.

Je plongeais dans le lit drapé d’ennui, mes oreilles répondaient à l’appel d’un étrange clairon ivre mort. Un arbitre ne cessait de me sanctionner pour faute grave… Un carton rouge immérité, que je contestais dans un sommeil agité par une foule de bruits interlopes. L’ingénieur du son en chef s’était trompé, les équaliseurs des basses étaient déréglés au maximum… La vie était devenue une discothèque infernale, une défaite de la musique absolue…

L’oreille pense à droite

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 29-06-2009

Mots-clefs :,

2

Des chercheurs italiens viennent de démontrer que l’oreille droite est plus souvent sollicitée que l’ oreille gauche. En effet, instinctivement, nous tendons plus volontiers l’oreille droite pour transmettre une information à la partie gauche du cerveau qui se trouve être le centre de la logique et de la compréhension des informations verbales. Reste à savoir si nous nous servons de l’oreille gauche pour entendre les mots doux décryptés par le cerveau droit (zone des émotions…).
Toujours est-il que cette étude fut réalisée dans trois boîtes de nuit… les participants aux tests devaient demander une cigarette à l’oreille gauche et à l’oreille droite des clubbers. Quand la demande d’une blonde était formulée à l’oreille droite, ces derniers réagissaient au quart de tour, validant ainsi l’hypothèse émise par les chercheurs, d’une meilleure compréhension d’un message verbale par l’oreille droite.

A boire et à manger

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 25-02-2009

Mots-clefs :, , , , , , , , , , , , ,

1

Éric est un cordon bleu, un bec fin qui nous fait agréablement partager ses recettes grâce à des photos et des textes soignés sur son blog « A boire et à manger« . Mais, depuis le réveillon, un hôte indésirable s’est invité au menu…
témoignage :

« Je me rappellerai longtemps du 30 décembre dernier. En fin d’après-midi, je me suis rendu compte que j’avais un léger sifflement dans l’oreille droite qui ne s’arrêtait pas. J’avais déjà eu des acouphènes sporadiquement (genre quelques minutes), mais là, ça avait l’air persistant. Le lendemain, il fallait que je me fasse une raison : il était encore là! J’ai évidemment songé à appeler mon médecin traitant. Injoignable. Deux autres amis médecins. Idem. Il ne faut pas avoir de problèmes le 31 décembre…

J’ai finalement pu voir un médecin la semaine suivante. Qui a détecté une otite dans l’oreille droite. Ce ne serait que ça? J’ai donc eu un traitement antibiotique local. Qui m’a soigné l’otite. Mais pas l’acouphène, toujours bien là. Le médecin a avoué son incompétence et m’a dirigé vers un ORL. Rendez-vous 15 jours plus tard. Il m’a tout de même prescrit un médicament – le Vastarel – qui me semble briller par son inefficacité (dans mon cas, peut-être qu’il est bien pour d’autres…).

Finalement, je vois l’ORL (le jour de la fameuse tempête où j’ai explosé mon parapluie). Qui constate que j’ai un problème de déficience auditive – ce que je savais déjà. Pour l’acouphène, il ne peut rien faire. Fin de l’histoire.

Il suffit de se ballader un peu sur la toile pour s’apercevoir qu’il y a des millions de personnes qui souffrent du même problème que moi, avec toujours ce constat d’impuissance de la médecine traditionnelle. Il existe apparemment des solutions alternatives, mais l’on sent vraiment que la détresse humaine est exploitée en en tirant autant d’argent que possible (et évidemment pas remboursé par la sécu).

Pour l’instant, c’est relativement supportable, même si le phénomène s’est étendu à l’oreille gauche (un sifflement beaucoup plus grave). J’espère ne pas en arriver comme certains à prendre des anti-dépresseurs ou autres cochonneries du genre – style Rivotril – qui ne résolvent rien mais en plus vous abrutissent totalement.

Le mieux est que je trouve toujours une occupation: dans la majeure partie des cas, j’arrrive à ne plus y penser. Le soir, pour m’endormir, je mets un CD qui émet des bruits blancs (on dirait les crachottis d’une radio GO entre deux stations). C’est très monotone et couvre complètement mes sifflements. Ca marche plutôt bien.

J’espère trouver une solution un jour. En attendant, je commence à me faire l’idée de vivre avec le reste de ma vie…

Je voudrais tout de même conseiller aux mères de famille d’enquiquiner leur fils afin qu’ils limitent l’utilisation de casques pour écouter la musique. De leur faire mettre des « bouchons d’oreille » lorsqu’ils vont en discothèque ou en concert (et qu’ils évitent de se mettre près des baffles…). Je reconnais n’avoir pris aucune de ces précautions et j’en paie le prix maintenant. Je crois avoir lu qu’un jeune sur quatre avait des problèmes auditifs. Je crains que ce ne soit que le début… « 

Faut-il boucher ?

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 25-01-2009

Mots-clefs :, , , , , ,

0

appareillage Faut il boucher ?
Tortueuse question…

A cette interrogation hautement métaphysique que nous nous posons tous, la science n’apporte qu’une vague réponse de fermier normand. Peut-être bien que oui !
Comme je suis breton (confer : mes vœux de Bonne année…) j’ai tendance à aimer trancher dans le lard… Mais, force est d’admettre que je ne prétends pas comprendre tous les rouages mal graissés de l’hyperacousie… A la différence de beaucoup, et bien que j’ai aujourd’hui ma maîtrise en science des acouphènes, je ne sais pas. Non ! je ne sais toujours pas (on dirait Gabin…) s’il faut boucher nos oreilles fragiles quand le bruit se manifeste . La seule chose que je sais avec certitude est que cela ne nuit en rien de le faire. En revanche, méfiez-vous comme de la peste sonique des amplis ! Mieux vaut ne plus s’approcher de cette pollution sonore.
Ceux qui ont quelques heures de vol à leur compteur MSN me comprendront… Combien nous ont juré de ne plus jamais remettre les pieds sur le dancefloor d’une discothèque ou à 2 km d’un concert ? Fini le MP3 débridé ! jeté aux ordures des déchets ototoxiques !
L’appel du son est plus fort que tout semble-t-il …