Articles commentés

La sauce au glutamate

Hier soir, j’ai dîné à la sauce glutamate autrement appelée, non sans frayeur ; « sauce Alzheimer », ou bien terrassé par l’angoisse ; « sauce tueuse de neurones ». J’ignorais absolument que ce plat préparé, à base de morceaux de...

lire la suite

http://twitter.com/Artnono

Témoignage d’espoir

Posted by Nono | Posted in prevention, santé | Posted on 08-03-2013

Mots-clefs :, , , , , ,

18

Bonjour, je m’étais promis de venir témoigner dès que j’irais mieux, je me suis donc permis d’écrire ce pavé, en espérant qu’il puisse redonner espoir à certains…
Merci d’avance s’il est publié icon smile Témoignage despoir

J’ai 26 ans et je suis enseignant à l’île de la Réunion. Je suis aussi dingue de musique et je joue de la basse dans un groupe de rock depuis 1 an environ.
Voilà comment cela s’est passé pour moi. Fin avril 2012, j’ai attrapé une otite qui a été mal soignée et que j’ai gardée pendant deux mois, avec l’oreille gauche complètement bouchée. J’ai quand même continué à faire de la musique, sans protection puisque je n’avais pas le droit de mettre quoi que se soit dans mes oreilles. De même, j’ai écouté de la musique au casque à volume important, pour compenser cette «perte» d’audition.
En rentrant d’une répète, mon oreille était «cotonneuse» et est restée comme cela pendant un moment. Puis les acouphènes se sont installées, et progressivement l’hyperacousie. Je ne supportais plus certains bruits (clés, verres qui tintent et autres sons aigus). De plus, les acouphènes m’insupportaient, particulièrement le soir pour m’endormir. Je suis retourné voir plusieurs fois l’ORL qui me suivait qui était persuadé et fermement convaincu qu’il s’agissait là de l’inflammation de mon otite qui continuait de sensibiliser mes tympans, et que les acouphènes allaient s’en aller d’eux-même comme ils étaient venus. Il m’a quand même prescrit le traitement classique : cortisone et Vastarel. Aucun d’eux n’a été d’aucune efficacité, et mon état ne s’est pas amélioré, au contraire.
Après 2 ou 3 semaines à ne pas dormir plus de 2h par nuit, j’ai commencé à sombrer dans la dépression. Je me suis mis en arrêt maladie pendant près d’un mois, qui a été le pire que j’ai passé de ma vie. Je ne mangeais plus correctement, je devenais très faible, les anxiolytiques me rendaient amorphes. Je me suis complètement renfermé sur moi-même, n’osant plus sortir de chez moi car je ne supportais même plus le volume des conversation, j’avais l’impression que cela résonnait, et que mon tympan se contractait violemment. C’est devenu rapidement invivable, et les témoignages lus sur internet n’ont pas arrangé les choses. Très peu d’entre eux montraient une issue possible à ce mal. Je ne voulais plus retourner voir d’orl, je ne leur faisait plus confiance. Mon médecin traitant était aussi dépassé qu’eux, et semblait persuadé que ma détresse était purement d’ordre psychologique. J’ai eu des pensées sombres au possible, dont
je vous passe ici les détails. Ma vie semblait ruinée, je me voyais devoir arrêter mon métier d’enseignant et devenir tributaire des autres pour vivre, à mon âge ! Je ne pouvais plus envisager faire de la musique, alors que c’était une des choses qui me caractérisaient et qui me faisaient vibrer.
Au bout de quelques temps, j’ai décidé de me ressaisir. J’ai commencé avec la famille et les amis dans les endroits les moins bruyants possibles (pique-nique ou rando en forêt, plage, etc…) et toujours muni de bouchons de protection faits sur-mesure (-25db). En parallèle, j’ai essayé toutes les médecines «alternatives» possibles et imaginables (relaxation, yoga, acupuncture, ostéopathie, …) qui ne m’ont sûrement pas guéri mais m’ont permis de me détendre, de me sentir moins oppressé. J’ai finalement atteint mon objectif premier: reprendre le travail. Et ça a vraiment été le facteur accélérant de l’amélioration de mon état. J’ai recommencé à me socialiser, à discuter avec les collègues, bref, à penser à autre chose ! Bien sûr au début, j’étais fatigué, mais le fait de m’occuper l’esprit m’a permis de commencer à mieux dormir le soir, jusqu’à ce que finalement j’arrive à me passer des anxiolytiques. A ce moment
les acouphènes me dérangeaient déjà beaucoup moins.

Puis petit à petit j’ai décidé de reprendre la musique. Nous avions un petit local de répétition avec notre groupe, équipé d’une batterie électronique, cela constituait un compromis idéal pour reprendre «en douceur». Je me suis bien sûr protégé avec les bouchons à -25db. J’ai retrouvé le plaisir de la musique et celui-ci a commencé à «prendre le dessus» sur la douleur. Petit à petit je me suis remis à répéter en condition «normale» (batterie acoustique + amplis). Depuis, nous avons fait deux concerts avec mon groupe et mon audition se porte beaucoup mieux. Je n’utilise plus mes bouchons que pour les répètes et les concerts, je suis capable de conduire sans (et même d’écouter de la musique dans ma voiture !), d’aller dans des endroits relativement bruyants, bref je revis.

Tout çà pour vous dire de ne pas perdre espoir, ce n’est pas parce que la médecine n’y comprends pas grand chose que vous êtes condamnés. Et bien entendu ce n’est pas QUE psychologique, la douleur ressentit est bien réelle. Cependant la dépression est peut être encore bien pire qu’elle et c’est ce qu’il faut à mon avis traiter en priorité.

BON COURAGE A TOUS

Sébastien.

Bouchon Pianissimo pour piano

Posted by Nono | Posted in prevention, santé | Posted on 16-12-2010

Mots-clefs :, , , , , , , ,

6

« Déjà, je suis très contente d’avoir découvert ce site et de pouvoir lire des témoignages même si certains font un peu peur quand même !
Cela fait un an et deux mois que je vis avec un acouphène plutôt faible, disons que je ne l’entends que quand il y a du silence, et d’hyperacousie qui me dérange beaucoup plus ! Commençons par le début : j ‘ai 30 ans et je suis musicienne. J’ai commencé le piano à 10 ans, et deux ans plus tard je suis tombée amoureuse de la batterie et des percussions. J’ai joué dans des groupes rock et grinde core jusqu’à mes 18 ans sans jamais me protéger les oreilles, et aucun problème. Puis j’ai stoppé la musique pendant deux ans durant lesquels je me suis totalement consacrée à mon petit bébé qui a 11 ans aujourd’hui et aux reptiles.
Mais la musique me manquait trop alors j’ai repris d’abord la batterie, puis les groupes, les concerts mais cette fois-ci en me protégeant les oreilles sauf avec mon groupe de percus !! allez savoir pourquoi !! Puis est arrivé le premier choc. Je participais à un carnaval, je jouais de la cloche et je suivais le chars dont les enceintes étaient beaucoup trop forte. Et d’un coup, çà a fait un poke douloureux dans mon oreille droite ; j’ai de suite compris. Mais sur le coup je me suis estimée chanceuse car à part une petite baisse auditive aucune séquelles. çà devait être en 2003 ou 2004.
J’ai continué à fond les ballons en protégeant cette fois-ci tout le temps mes oreilles : les acouphènes et l’hyperacousie n’étaient pas un sujet méconnu pour moi, je connaissais les risques. En 2006 j’ai pris la décision de me consacrer à fond au piano ( classique ) et quelques mois plus tard j’ai rencontré mon chanteur actuel et le old blind mole orkestra est né. J’y joue principalement du piano. Et qu’il s’agisse du piano seul ou du groupe ( pop swing ) beaucoup plus calme que mes groupes précédents, je ne me suis pas protégée les oreilles. A force, l’inévitable est arrivé mais d’une façon bien étrange : en octobre 2009 nous sommes parti faire un concert pour les expressifs à Poitiers. Des manifs ont éclaté dans la ville et le concert a été annulé. En rentrant, j’ai ouvert la fenêtre de ma voiture pour fumer une clope, je roulais à 110 et boum, oreille droite bouchée !
Je ne me suis pas inquiétée et je me suis dit que je devais avoir une otite. Mais une semaine plus tard, oreille toujours bouchée, plus acouphène et hyperacousie !!! Direction l’orl. Je ne suis pas quelqu’un de fataliste, c’était fait alors faut vivre avec. Mon oreille s’est débouchée au bout d’une semaine de cortisone, et de vastarel que je continue à prendre de temps à autre. Mais les premiers mois ont été très dur, les bruits du jet de la douche, le bip de la caisse dans les magasins, les restos, le cinéma, le piano, etc… et le plus dérangeant : les voix des filles et des enfants. Tous ces bruits font comme une saturation dans mon oreille, et je me sature avec ma propre voix ! Très vite, j’ai acquis les prothèses pianissimo pour pouvoir continuer mon métier : la musique.
Personnellement l’acouphène ne me dérange pas trop, il ne m’a jamais empêché de dormir même si il a fallu si habituer au départ. Par ailleurs mon acouphène est un si bémol aigu ! Mais l’hyperacousie est fatigante. Vivement que mon fils mue ! icon wink Bouchon Pianissimo pour piano Je n’ai pas fait de dépression non plus.
Ce qui m’inquiète, c’est l’évolution. J’ai eu une amélioration cette été ; donc en septembre j’ai repris le travail du piano sans les pianissimos mais avec la sourdine, puis j’ai fêté mon anniv, une quinzaine de personnes avec les pianissimos, et ça s’est redégradé, à oui, plus un concert d’Adam Gyorgy où le piano était surélevé par rapport au public, le son n’était pas trop fort et j’ai voulu entendre à nouveau le son d’un piano sans sourdine ou protections dans les oreilles, mais l’utilisation massive d’octaves dans les aigus chez Liszt et Chopin ont eu raison de mes oreilles ! Donc je me suis recalmée, car moi aussi je joue Chopin et Liszt !
Je ne sais pas combien de temps je vais pouvoir continuer la scène, je me renferme pas mal entre chaque répétitions et chaque concerts pour me reposer mais si çà devait empirer, j’arrêterai et me lancerai dans l’élevage des reptiles, font pas de bruit eux ! »

Alarme fatale au supermarché

Posted by Nono | Posted in prevention, santé | Posted on 11-12-2010

Mots-clefs :, , , ,

0

Caroline n’a pas de chance, elle part acheter des couches au hard discount, et revient avec un traumatisme sonore digne d’un concert de hard rock. La cause : l’alarme du supermarché « Dia » qui se déclenche inopinément. ça n’était pas son jour pour passer à la caisse…
Depuis l’hyperacousie lui fait payer en petites coupures ce coup du sort.
Les sirènes des acouphènes se déclenchent désormais en permanence, un bourdonnement incessant dans l’oreille gauche pareil à la funeste alarme.
Le directeur du supermarché refuse d’assumer sa responsabilité civile.
Il n’est pas certain que Caroline obtienne gain de cause auprès du procureur de la république tant nos pathologies sont minimisées, ignorées, moquées.
Pourtant si elle allait jusqu’au bout comme elle l’affirme, son cas ferait jurisprudence et permettrait à beaucoup d’obtenir réparation d’un préjudice dont on mesure trop mal l’importance.
traumatisme sonore au supermarché

La télémédecine autorisée en France

Posted by Nono | Posted in santé | Posted on 25-10-2010

Mots-clefs :, , ,

0

La France vient d’autoriser la télémédecine. Le décret officiel permet désormais d’envisager un diagnostic médical par internet. Un bonne nouvelle pour ceux qui ne peuvent se déplacer du fait du handicap. Ainsi, des ordonnances pourront être délivrées sur simple consultation internet. Au CHU de Caen ainsi qu’à l’Hôpital européen Georges Pompidou à Paris, on utilise avec succès la visioconférence ou la téléexpertise depuis quelques années. L’intérêt consiste à assurer une meilleure couverture médicale dans les zones rurales isolées. La télémédecine permet également de poser un diagnostic précis dans les cas d’urgence grâce à la visioconférence entre patient et spécialiste.
Pour les patients atteints d’hyperacousie, une simple consultation nécessite un plan de guerre anti-bruit. Le médecin devra éviter d’utiliser un porte-voix ou d’écouter du rock dans son cabinet ( ne riez pas, ça m’est déjà arrivé…).
Consulter un spécialiste dans une rue fréquentée n’est envisageable que dans les rêves ou les visions délirantes.
Aussi, je suis curieux de voir à quoi ressemblera cette consultation par internet pour m’éviter le stress et la fatigue d’une consultation réelle…

Exposition aux décibels, durée maximale avant traumatisme auditif

Posted by Nono | Posted in prevention, santé | Posted on 11-10-2010

Mots-clefs :, , , ,

0

Un lecteur me fait penser que je n’ai pas encore publié la durée d’exposition maximale au bruit avant de risquer un traumatisme auditif .
La moyenne légale admise est de 105 dB (décibels) pour les concerts. Je me rends compte qu’il est absolument impossible, pour une personne à l’audition normale, de respecter cette durée d’exposition, à moins de devenir totalement paranoïaque. Voici une échelle du bruit , suivie des limites d’exposition au bruit.

180 dB Décollage d’une fusée
150 dB Armes à feu
140 dB Moteur d’avion au décollage
130 dB Marteau piqueur
120 dB Sirène d’ambulance, concert de rock
110 dB moto à l’accélération
100 dB Tronçonneuse, passage de train
90 dB Tondeuse à gazon, machine outils
80 dB Circulation automobile, baladeur
75 dB Robots ménagers
70 dB Restaurant bondé
65 dB Conversation animée

Temps d’exposition au bruit

85 dB 8 heures
88 dB 4 heures
91 dB 2 heures
94 dB 1 heure
97 dB 30 minutes
100 dB 15 minutes
103 dB 7 minutes et 30 secondes
106 dB 3 minutes et 45 secondes
109 dB 1 minutes et 52 secondes
112 dB 56 secondes
115 dB 28 secondes
118 dB 14 secondes
121 dB 7 secondes

Une durée d’exposition très courte suffit souvent à entrainer un traumatisme auditif.
Quelques secondes, sans protection et les acouphènes s’installent pour une vie…
Le son peut être dangereux à partir de 85 décibels, d’où la nécessité de se munir de protections auditives pour les travaux bruyants.
En ce qui concerne les concerts, il est mieux de se protéger certes, mais il n’est malheureusement par rare de subir un traumatisme auditif par conduction osseuse. Qui plus est, les organisateurs de concerts font porter les responsabilité des traumatismes sonores aux spectateurs qui ne se seraient pas protégés, alors qu’il serait bien plus facile de baisser le son.
On voit donc l’absurdité de la situation, qui fait qu’un spectateur est obligé de se protéger dans un concert (quel plaisir !…) alors que le simple respect de la réglementation permettrait d’assister à un concert en toute sérénité.
L’épée de Damoclès, qui plane au dessus des têtes, est forgée par les marchands de loisirs sonores. Rien ni personne ne leur interdit de baisser le volume des amplis. Il s’agit juste de gros sous et de mise aux normes des petites salles de concerts de rock indépendant qui n’ont pas les moyens de s’adapter à une réglementation plus stricte. Aussi font-ils tout pour culpabiliser le spectateur, quitte à employer une rhétorique de prévention douillette assez opposée à l’image du rock…

Bono investit dans facebook

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 14-04-2010

Mots-clefs :, ,

0

Bono, Le chanteur du groupe U2, dont nous avons déjà eu l’occasion de parler ici, vient d’investir 90 millions de dollars dans Facebook.
Il détient par conséquent 1% du réseau social.
Cela étant, l’irlandais braillard ne connaît pas de francs succès dans les affaires puisqu’il est considéré comme le « pire investisseur des États-Unis » par le site spécialisé 24/7Wallst.com.
L’homme d’affaire malavisé reste tout de même bien plus préoccupé par le cours de ses actions que par les oreilles de ses fans auxquels il réserve un déluge de décibels.
On comprend aisément les cris d’angoisse dont il fait profiter les foules lorsqu’il engloutit des millions de dollars dans des actions « titanic »…
« In the name of love ! »…

Vendeur à la sauvette sur internet

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 31-01-2010

Mots-clefs :,

1

Sur son blog, il vendait des places de concerts à prix réduits. Des promotions colorées faisaient scintiller le petit commerce virtuel dont il tirait fierté sans trop savoir pourquoi. François L’Élysée était « passionné de rock indépendant » et « ex professionnel de la communication ». Il ne cessait de répéter ces deux expressions, les brandissait comme les laissez-passer qu’on accroche au cou des VIP dans les festivals.
Parfois, il s’accordait le droit de rédiger un petit article sur les sextoys, car il n’ignorait rien du pouvoir d’attraction de la pornographie sur les nouveaux bourgeois libertaires et incultes, autrement appelés :bobos.
François L’Élysée admirait Eric Zemmour dont il essayait d’imiter la prose avec la maladresse et la lourdeur pachydermique d’un rédacteur de village. Il ne lui venait même pas à l’esprit que le bonapartisme de son idole était parfaitement incompatible avec ses convictions libertariennes, dérisoire paravent servant à cacher sa nudité politique.
Il avait embrassé la philosophie de son époque sans ardeur, et se refusait à l’épouser. Pourtant, ils étaient faits l’un pour l’autre…
Il ressemblait trait pour trait au personnage créé par Tristan Bernard : Nicolas Bergère, archétype du petit bourgeois pleutre et conformiste.
A cette différence près que le conformisme bourgeois s’était mué en consumérisme technologique débilitant. D’ailleurs, François L’Élysée ne ratait jamais une occasion d’afficher un enthousiasme peu communicatif à l’égard des colifichets à la mode.
Il y gagnait une part de respectabilité non négligeable.
Il s’imaginait paré de toutes les délicatesses, car il confondait l’état dépressif dans lequel il se complaisait avec une forme de sensibilité aristocratique. Mais, force était de constater qu’il n’avait pas la moindre fibre artistique à faire vibrer. Du reste, ses phrases torturées n’avouaient rien d’autre que cette criante vérité : « Je ne sais rien »…

La suite plus tard icon wink Vendeur à la sauvette sur internet (clin d’oeil pseudo complice qu’affectionne le personnage principal de cette fiction).

Compression sonore : dégâts auditifs garantis

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 20-01-2010

Mots-clefs :, , , , , ,

0

Un bon article vulgarisateur sur la compression sonore.
J’éprouve des sueurs froides à l’idée d’être soumis à une musique amplifiée dans un supermarché, ou dans n’importe quel lieu public où le silence est devenu intolérable parce qu’il ne fait pas vendre.
L’acte d’achat est le fruit d’une surstimulation visuelle et auditive, un abrutissement sensoriel qui fait oublier le goût des nuances musicales. Les MP3 couvrent d’autres musiques compressées créant une génération de musiciens à demi sourds (dans le meilleurs des cas) ou de fans de rock hyperacousiques. Ces mêmes fans qui clameront haut et fort qu’ils retournent aux concerts sans bouchons (« ne faites pas comme moi… ») et enverront, dans un grand élan altruiste, les benêts au casse-pipe.

http://www.lefigaro.fr/sante/2010/01/11/01004-20100111ARTFIG00338-frequente-la-manipulation-des-sons-nuit-a-notre-audition-.php

Le batteur de Metallica Lars Ulrich fait son coming out

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 05-01-2010

Mots-clefs :, , , , ,

2

Lars Ulrich, le batteur de Metallica a accordé une interview à CNN dans laquelle il fait son coming out. Ne vous attendez pas à des révélations très intimes puisqu’il avoue, à travers témoignage , être victime d’acouphènes … Rien de nouveau sous le soleil si ce n’est, encore et toujours, cette nécessité impérieuse pour les rockeurs ou les ORL de nier l’aspect physiologique de l’acouphène.
Par ailleurs, Lars Ulrich fait totalement abstraction des milliers de traumatismes auditifs qu’il a provoqué durant sa longue carrière de batteur métallique. On a l’impression assez désagréable qu’il lui suffit d’utiliser des bouchons d’oreilles pour être totalement protégé (vision totalement fausse et dangereuse) tandis qu’il inflige à son public des niveaux de décibels records
le lien de l’interview :
http://www.cnn.com/2009/HEALTH/12/28/tinnitus.metallica.drummer/

Rage against the machine contre la télé réalité

Posted by Nono | Posted in prevention | Posted on 19-12-2009

Mots-clefs :

2

Je n’ai pas compris grand chose à cette histoire qui fait le buzz. Toujours est -il que le groupe de rock Rage Against The Machine s’en prend à la télé réalité en créant un groupe de soutien sur facebook. Quel est le but ?
Vendre le plus d’albums possibles de la chanson Killing in the Name Of, et cela entre le 13 et le 20 décembre.
Pourquoi ? pour battre (au nombre de ventes) Joe McElderry élu dans l’émission X-Factor.

On constate où en est réduit le rock prétendument underground : vendre toujours plus d’albums sous me fallacieux prétexte de lutter contre ce qui n’est rien d’autre qu’un télé crochet. Entre nous soit dit, je ne fais vraiment pas la différence entre ces sous rastas énervés et un chanteur de variété « lisse ». Les deux sont promus par le système pour être vendus. Rage Against the Machine bénéficie sans nul doute d’une étiquette de faux rebelles qu’adorent les petits bourgeois en mal de sensations acoustiques. L’occasion est inespérée pour s’encanailler, je suis persuadé que beaucoup ont vraiment l’impression d’être dans la marge en soutenant ce groupe miteux sur facebook ou en achetant Killing in the Name Of, un tube vieux de 20 ans…
A mon avis, ça ne peut être que des trentenaires nostalgiques, des vieux-jeunes, consommateurs perdus, révoltés de Noël.